♫ ~ Voteland
Vote toutes les deux heures et tu auras un bisou de Liam. ♥
Les posteurs les plus actifs du mois
161 Messages - 19%
135 Messages - 16%
130 Messages - 15%
126 Messages - 15%
102 Messages - 12%
58 Messages - 7%
40 Messages - 5%
35 Messages - 4%
30 Messages - 4%
27 Messages - 3%

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Groupe : Civis
Messages : 10
Points RP : 50
Inscription : 14/08/2018

Emily Copperspoon, spectatrice du trépas

le Mer 15 Aoû - 23:35


Emily Copperspoon

27 ans ᵜᴥ 7 novembre 1991ᵜᴥ 1M60 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ Yeux bleus azur ᵜᴥ Cheveux blancs ᵜᴥ  Professeur d’Anthropologie à l’université de Summerside ᵜᴥ Honnête ᵜᴥ Bornée ᵜᴥ Brillante ᵜᴥ Passionnée ᵜᴥ Bourrelle de travail ᵜᴥ Emotive ᵜᴥ Solitaire ᵜᴥ Rêveuse ᵜᴥ Ambitieuse ᵜᴥ Charismatique ᵜᴥ Caractérielle

Vision of Fatality
Où que je regarde, mes yeux voient la Fin. J’observe la Mort faire son œuvre sur qui croise mon regard. Inéluctable, je ne peux rien y faire. Je suis la spectatrice d’une possible destination finale. Parce que mes yeux observent la Mort, je peux connaitre la manière dont une personne meurt quand je la regarde. Incontrôlable, là où mes yeux se posent je connais la fin. La Vie n’étant qu’une infinité de possibilités, cette fatalité sera peut-être autre, mais elle adviendra.

En d'autres termes, quand elle regarde quelqu'un, elle voit, sans pouvoir le contrôler, comment cette personne va mourir. Bien entendu, la vie étant imprédictible, ce qu'elle voit est soumis au destin et peut changer du tout au tout. Si elle agit contre cette vision, elle n'empêchera pas la mort, au mieux, elle la retardera, au pire, elle la fera venir plus tôt que prévu.  
Mon histoire


LE QUOTIDIEN.NET


Accueil > Actualité > Bridgeside

EN DIRECT - Grave accident près de l’aéroport de Bridgeside: « J’ai vu le bus arriver en trombe sur le passage protégé, j’ai su que quelque chose n’allait pas. »

Par Eva Langdon | Mise à jour le 30/08/18 |

Live terminé le 15/08/18 à 13h17

Le 14/8/18 à 23h43

Sur l’avenue Monte-Carlo, là où passe des centaines de voyageurs par jour pour se rendre à l’aéroport s’est déroulé un terrible accident en fin de soirée entre un autobus et une voiture laissant dans l’inquiétude des familles entières. Selon les autorités, de nombreux blessés sont à déplorer, dont 5 grièvement et 1 dans un état critique.

Après avoir questionné le chef des pompiers sur les lieux, il y a 32 blessés comptant des passagers du bus les emmenant à l’aéroport et des passants. 6 sont encore à l’hôpital. Si ces derniers sont touchés par de nombreuses blessures et brulures, leur santé n’est pas en danger à l’exception d’une seule victime dont le pronostic vital est engagé.

Selon des témoins, la scène se serait déroulée dans un chaos sans nom. Tout d’abord, un bus roule approximativement à une allure de 80km/h au lieu des 45 normalement autorisés, aux abords des déposes minutes. Le conducteur transportant ses voyageurs, qui fait partie des accidentés, semble avoir perdu le contrôle de son véhicule, les freins ne répondant plus. Une expertise est en cours pour connaitre les raisons de ce dysfonctionnement. Suite à cela, ne pouvant s’arrêter, l’autobus rencontre sur son périple désastreux le petit véhicule d’une jeune femme, encore en réanimation à l’heure actuelle.  Cette dernière n’est autre qu’une professeure d’anthropologie du lycée Riverside. Elle semblait, selon les dires de ses parents, être allée chercher son époux sortant de l’avion, revenant d’un colloque de médecine en Europe. Ces derniers sont dévastés.

Nous l’avions d’ailleurs interrogée sur la situation du lycée et de l’université face au départ inquiétant du directeur de l’établissement : voir ici.

[…]

Le 15/8/18 à 3h29

L’avenue Monte-Carlo, qui était jusqu’à présent bloquée pour permettre aux secours d’évacuer les blessés est de nouveau ouverte. Cependant seule la voie de gauche est disponible, la voie de droite étant trop endommagée par l’incident pour permettre de circuler. Le dépose minute est ainsi indisponible, prévoyez d’aller au parking par l’entrée de l’avenue Echo Park.

Les expertises des spécialistes et enquêteurs ne seront disponibles que le mois prochain avec des analyses et des rapports. Des dizaines de familles demandent un responsable pour obtenir des réparations. Les urgences de l’Hopital de Bridgeside sont saturées, privilégiez les cliniques de quartier.

La situation d’Emily Copperspoon, l’anthropologue et maître de conférences en la matière du groupe scolaire de l’ile est toujours dans un état plus que critique, les médecins ne sont pas optimistes.  Quant au conducteur de l’autobus, il sera interviewé dans les jours prochains.

[…]

Le 15/8/18 à 19h50

Les travaux de réaménagement ont déjà commencé pour permettre de circuler sur la totalité de la voie de l’avenue Monte-Carlo. Les autorités déplorent l’accident et une marche de soutien sera organisée prochainement. Une réunion est prévue entre la Mairie et la société de transport en commun de Bridgeside afin de déterminer les causes et les solutions de cet accident.

La jeune femme fortement touchée est finalement hors de danger. Elle est cependant maintenue dans un coma artificiel en attendant son réveil.

LE QUOTIDIEN.NET

Voir aussi : Enquête - Un groupe pharmaceutique à la tête du groupe Scolaire de Summerbridge  | Mais où est passé le doyen Maestro ? |  Portrait – Andrew Seider : Le nouveau directeur de Summerbridge | Culture – Comment passer l’été sur l’île ? | Test Hominum – 10 questions pour savoir quel pouvoir vous auriez pu posséder ! | Culture – Les 10 livres à lire sur la plage cet été | Mode : 5 styles à adopter cette saison |

Contenus sponsorisés […].


° ° °

« - Allo ? Darling ? Adam ? Rha, j’entends rien ! Ecoute, je ne sais pas si je suis sur ton répondeur ou si tu as décroché… Il faut vraiment que je change de téléphone ! Je t’attends au dépose-minute à gauche de la sortie du terminal 2-B, d’accord ? A toute de suite, ‘love you »

Je raccrochais et jetais mon téléphone sur la banquette arrière, passablement énervée par ce téléphone en carton. C’était un téléphone de fonction, donnée par l’université. Certainement trop proche de mon argent, j’avais abandonné le mien au fin fond d’un tiroir, afin de m’éviter de payer une ligne téléphonique en plus… et de m’alléger le sac à main déjà bien trop lourd, soulevant déjà des centaines de copies et mes papiers. Il commençait à faire tard, j’étais fatiguée, migraineuse, et j’avais hâte que Adam sorte de cette grande porte coulissante, vitrée et brillante de propreté pour rentrer à la maison. Il s’était pris un appartement en ville il y a de çà des années maintenant, et même si jusqu’à présent je détestais cette garçonnière, j’y ai fait ma place. C’est dire, je commence à préférer cet appartement à la chambre fournie par l’université.

Cela ne faisait même pas quelques jours qu’il était parti et c’était déjà trop long. Il me manquait terriblement et de ce fait, je regardais par toutes les vitres de ma voiture, guettant son arrivée. Impatiente, j’allumais l’autoradio et changeait de fréquence jusqu’à tomber sur une chaine musicale diffusant de la K-Pop. Cela semblait être le groupe ACE. Tapotant mon volant au rythme de la musique, mon regard tombait sur un livre qui sortait à moitié de la boite à gants. Intriguée, je le prenais et l’ouvrais à l’endroit où tombait le marque page. Il s’agissait d’une des lectures d’Adam. J’avais l’impression qu’où qu’il aille il déposait un de ses livres, comme s’il avait peur un jour de manquer de lecture. Je regardais le marque page et à cette vue, mon visage commençait à devenir écarlate. Il avait gardé cette photo ? Au dos, c’était écrit novembre 1998. De mémoire, c’était le jour de mon anniversaire. On avait cette tradition que chaque année, celui qui fêtait son anniversaire avait le droit de faire subir à son meilleur ami tous ses caprices. Ce jour-là je crois que… oui, c’est ça. Je lui avais demandé d’être « mon amoureux », et il avait dit oui. C’en était suivi une semaine de doutes s’il avait fait ça pour mon anniversaire ou tout à fait sérieusement. Face à cette avalanche de souvenirs embarrassants, je collais la paume de ma main sur mon visage, le sourire aux lèvres.

Je suis née en plein centre de Londres, au St Mary’s Hospital, en plein centre du quartier de Paddington. Je suis une véritable anglaise, née dans les terres de notre bienheureuse reine, et élevée pas si loin de son palais. On peut dire que oui, je faisais partie de la petite bourgeoisie Londonnienne. Mais, mes parents, souhaitant changer de vie, lassés de la vie anglosaxonne et du traitement fait aux détenteurs de pouvoirs, ils ont décidé rapidement de déménager sur l’ile où je me trouve actuellement. Et c’est donc à l’âge de cinq ans que j’ai rencontré mon actuel époux.  Beaucoup nous envient, à vrai dire. Nos familles respectives ayant vécu à Summerside depuis presque sa création, il nous a été facile de se rencontrer et ce, dès l’enfance. Depuis, on ne s’est jamais quitté.  

Nous nous sommes rapidement aimés, différemment, au fil des années. Tout n’a pas été facile, naturellement, mais il a su accepter mes difficultés, mes défauts et enfin, mon pouvoir. En effet, celui-ci est tellement violent, fatiguant et traumatisant que j’ai préféré m’en couper. Ainsi, je suis sans arrêt à porter un bandage sur mes yeux afin de m’éviter la vision d’horreur à chaque fois que pose mon regard sur un être aimé. Si j’ai pu supporter difficilement voir la mort d’inconnus, celle de mes proches a été trop choquante et mon esprit à préférer l’oublier. Compréhensif, Adam ne m’a jamais demandé d’utiliser mes capacités, même si je suis persuadée qu’il a voulu les voir à l’œuvre à de nombreuses occasions. Il a toujours eu mon admiration, que ce soit par sa générosité, son altruisme, son écoute, ses gentilles attentions… Gosh… Quand il me manque j’en oublie ses défauts ; je n’ai rien à dire de mal de lui, alors que je brûle d’impatience de le voir s’installer sur le siège passager.

Le mal de tête étant persistant, je décidais de fouiller mon sac à main afin de retrouver mon accessoire qui ne me quittait plus depuis déjà plusieurs dizaines d’années. Tirant sur le bout de tissu noir, je le déposais sur mes yeux et le nouais à l’arrière de ma tête. Instantanément, je sentais que ça allait déjà mieux. Je voulais me reposer. Je fermais les yeux et pensais au jour où j’avais découvert cette vision de la fatalité… C’est arrivé du jour au lendemain. Je me suis réveillée, un matin, à l’âge d’une dizaine d’années et… j’ai vécu la pire journée de ma vie. Sans arrêt je voyais des gens mourir. La dernière image que mon esprit m’a laissé de cette journée, c’est moi pleurant dans un coin de ma chambre, et expliquant à mes parents ce que j’avais vécu. Eux-mêmes choqués, ils ont préféré m’aider avec ce cache œil en attendant qu’un jour le monde ait la connaissance pour enlever ce maudit pouvoir.

Somnolant, je fus réveillée par le bruit assourdissant d’un chauffard ne cessant d’écraser son klaxon. Le temps de baisser ce qui me couvrait les yeux je vis pour la première fois ma propre mort : celle qui m’arrivait à l’instant. Je voyais ma voiture s’écraser contre moi, les portières métalliques s’enfoncant dans ma chair, les éclats de vitres s’éparpillant tout autour de moi, rencontrant mes joues et ma peau. Les airbags avaient été libérés, mais ils n’avaient fait que tenter de sauver l’insauvable, j’étais condamnée. La douleur n’avait été que brève, en l’espace d’un instant, je ne sentais plus rien, mes membres ne répondaient plus. Je ne sentais que des bouts de langue et de joue, coupées par mes dents et le choc.  Le sang se remplissais dans ma bouche. Ma vision était trouble, j’étais sonnée et puis… tellement fatiguée. Mon rythme cardiaque était lent, contre tout attente, j’étais calme. Je voulais dormir. Mes paupières étaient lourdes et je m’endormais finalement, libérant de mes doigts ce souvenir de papier qui me manquera tant.

° ° °

Je souffrais le martyr et je me sentais lourde. Chaque membre me paraissait peser cinq fois plus que leur masse originelle. Je tentais de me mouvoir et chaque muscle semblait m’ignorer en ne voulant pas répondre à mes appels. Courbaturée, crampée, je finissais par abandonner l’idée de vouloir bouger. Nauséeuse, je voulais me rendormir. Et soudainement, je me rappelais ce qui avait causé mon sommeil en premier lieu. Mon corps se raidit en l’espace d’un instant : ce fut si violent que mon corps en eut presque décollé du matelas sur lequel je me trouvais. Comme une piqûre de rappel, mon corps ressentait une nouvelle fois ce l’accident. J’ouvrais les yeux. Il n’y avait personne. Mes yeux se mirent à pleurer sans réellement savoir pourquoi.

J’étais choquée. Je me souvenais de presque tout ; des bruits, surtout. Le son du klaxon, du choc, des vitres se brisant, le claquement des airbags. Vint ensuite de nouveau la douleur. Tremblante de faiblesse et de peur, je touchais mon visage. J'allais bien, les éclats rencontrant ma peau n'avaient comme jamais existés. Je regardais mon corps, mon bras était relié à une perfusion, mon torse au boitier contrôlant mes signes vitaux, mon bas ventre relié à une poche. Glamour. Mais définitivement, je n'avais rien : ni bandages, ni pansements, ni fils. Que c'était-il passé ? J'avais rêvé ?L’angoisse venait. Où étaient mes parents ?

J’entendis au loin des sons de pas, rapides, comme quelqu’un qui courrait, je baissais les yeux, regardant le sol. La porte s’ouvrit pour finalement se refermer. Ne voyant que des pieds, ces derniers s’approchaient près de moi. Ils avaient l’air d’appartenir à un homme. Le souffle rapide et le son qui se délivrait confirmaient mes soupçons. A la vue de la blouse blanche tombant jusqu’à ses mollets, je faisais donc face à un médecin.

Il me paraissait rassuré. Sa voix me paraissait familière et étrangère à la fois. Il semblait véritablement se soucier de ma santé, j’étais touchée, un peu gênée aussi. Je levais les yeux jusqu’à son torse afin de lire le badge accroché à la poche de sa blouse. « Pr. A. Johannesson. » J’avais donc été soignée par un confrère. Ainsi donc, mon cas avait certainement été suffisamment sérieux pour être pris en charge, au moins en partie, par un professeur. Je le remerciai de m’avoir sauvé la vie et je lui demandai ainsi ce qu’il m’était arrivé et tout ce qui s’en suivait. Sa voix était presque tremblante, il semblait perturbé. S’était-il passé quelque chose de si grave pour qu’il en ait du mal à me l’avouer ? Je craignais le pire.

Après m’avoir expliqué, presque autant sous le choc que moi, toutes les opérations que j’avais subi, ma mort et le miracle dont j’avais bénéficié, il m’annonçait qu’il me garderait en observation pour quelques jours et m’énonçait les séquelles que je pourrais subir : perte d’équilibre, de mémoire (immédiate et sur le long terme), peut être des difficultés de locution, absences, ect. Après avoir sorti de sa poche un carnet il écrivit et me tendit une feuille : je la lisais en diagonale, c'était une lettre de recommandation pour un psychologue.  Il quitta la pièce, presque hésitant. Pour une raison que j’ignore, j’étais peinée. Peut-être était-ce simplement de la compassion… bien que j’ignorais la raison de son trouble apparent.

Je sortais finalement de l’hôpital au jour convenu avec des vêtements de prêt, les miens ayant été découpés par les urgences. Ma voiture avait été détruite, mon téléphone aussi. Je regardais dehors, un peu perdue et le cœur lourd. Où habitais-je, déjà ?

Derrière l'écran
Pseudo : Anduril Âge : Compte sur ses doigts hmmm… 23 chef ! Avis sur le forum : Très joli, coloré, vitaminé~ & très facile de s’y retrouver ! Au top !
Tu nous a connu comment ? Via les partenaires !
Mot de la fin : Mon rêve à moi, c’est d’être un jour une princesse licorne~

Code:
[b]Professeure d’Anthropologie [/b] • A l'Université ▬ [i]Emily Copperspoon[/i]
Code:
[b]Vision of Fatality[/b] • Emily Copperspoon a la faculté de voir comment les gens vont mourir. Elle ne sait cependant pas quand et n’a aucun contrôle sur ce pouvoir et n’a pas la possibilité d’empêcher ce décès. S’il elle tente, la personne mourra quand même d’une autre manière, à un autre moment…  ▬ [i]Emily Copperspoon[/i]
Code:
2B • Nier Automata ▬ [i]Emily Copperspoon[/i]



Dernière édition par Emily Copperspoon le Jeu 16 Aoû - 20:07, édité 3 fois
avatar
Apprenti survivant
Groupe : Corporis
Messages : 132
Points RP : 646
Inscription : 14/05/2018

Re: Emily Copperspoon, spectatrice du trépas

le Jeu 16 Aoû - 12:46
BIENVENUE TOI

Emily est super chouette, j'ai hâte de la voir évoluer à Summerbridge (et je viendrais forcément te piquer des liens avec mes différents comptes ).
Son pouvoir est super cool, ton ava est super joli, et le début de ton histoire méga original. J'adore. ("Test Hominum – 10 questions pour savoir quel pouvoir vous auriez pu posséder !" perfect )

Bref, des bisous sur toi et encore bienvenue !
avatar
Co-fonda • Seider
Co-fonda • Seider
Groupe : Tractamus
Messages : 540
Points RP : 1577
Inscription : 03/05/2016

Re: Emily Copperspoon, spectatrice du trépas

le Jeu 16 Aoû - 12:51
Coucou!

Très jolie fiche, j'adore l'originalité de l'article! (le voir aussi m'a fait rire un moment)
Cependant j'aurais une petite réticence, ayant connaissance de votre projet je sais que la "suite" de ton histoire se trouvera chez Adam très probablement. Cela dit, même sans détail un petit paragraphe sur "l'après" serait agréable ici. Histoire que ce soit à jour et qu'on sache pourquoi elle est là et pas dans les limbes. :D
Courage tu y est presque (et avant Adam tu va gagner la course)

● ● ●
avatar
Groupe : Civis
Messages : 10
Points RP : 50
Inscription : 14/08/2018

Re: Emily Copperspoon, spectatrice du trépas

le Jeu 16 Aoû - 18:43
Merci beaucoup vous deux !

Alors oui, j'ai eu cette réflexion pas plus tard que ce matin... Je fais donc un paragraphe à ce propos. Je suis une gagnante, je ne me fais pas de soucis à ce propos :huhu:
avatar
Co-fonda • Seider
Co-fonda • Seider
Groupe : Tractamus
Messages : 540
Points RP : 1577
Inscription : 03/05/2016

Re: Emily Copperspoon, spectatrice du trépas

le Jeu 16 Aoû - 19:53

- CONGRATS HONEY -

T'es validée ! C'est t'y pas magnifique ? C'est le moment de te jeter dans le grand bain et de commencer ton aventure sur le forum ! Pour que tu sois pas toute perdue et que tu cherches pas pendant 10 ans où tu dois aller, on te met des petits liens juste là :
> Créer ta fiche de liens
> Faire des demandes de liens
> Faire des demandes de RP
> Créer la messagerie de ton perso
> Créer ton journal intime

Pour pouvoir savoir tout ce qui se passe sur le fofo, on te propose de cliquer sur les petits liens ci-dessous. Tu verras, ça te mettra automatiquement des notifications quand il se passe quelque chose d'important :
> Evénements et animations du forum
> Annonces de maintenances du forum

● ● ●
Contenu sponsorisé

Re: Emily Copperspoon, spectatrice du trépas

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum