Partagez | 
 

 Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ânkhti "Déchéance" Chefet

avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 3
Points RP : 0
Date d'inscription : 28/06/2017
MessageSujet: Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet   Mer 28 Juin - 21:51



Ânkhti "Déchéance" Chefet
Moderato

19 ans ᵜᴥ 04/04/1998 ᵜᴥ 1m75 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ Marrons ᵜᴥ Marrons ᵜᴥ  Archéologie ᵜᴥ Aucune ᵜᴥ Assez Asociale ᵜᴥ A tendance à oublier rapidement ᵜᴥ Parle rarement ᵜᴥ Imperturbable ᵜᴥ Assez Impassible ᵜᴥ Assez peu d'émotions tout compte fait ᵜᴥ Directe les rares fois où en entend sa voix ᵜᴥ Énigmatique ᵜᴥ Odieuse si on la cherche, elle n'hésiteras pas à sortir ce qu'elle sait ᵜᴥ Indépendante ᵜᴥ Observatrice

Mon pouvoir

Tu regardes le ciel, tes jambes pendant dans le vide. Les nuages défilent tandis que le temps passent. Et puis, tu finis par descendre de ton perchoir. L'heure du dîner approchant doucement, mais surement. Et puis, tu te fais accoster. Un type assez lourdingue qui te reluque de bas en haut, regardant un morceau de viande. Une traînée de bave glisse de sa bouche. Tu es stoïque, peu de choses te font vraiment sortir de tes gonds mais, le fait de voir cet homme avec ses instincts d'animal, te donne simplement envie de le détruire, de lui signifier que tu n'es pas une cible facile. Tout compte fait, tu te décides à l'utiliser. Ton pouvoir. Tes yeux.

Tu les fermes quelques secondes et tu les ouvres. L'homme n'est plus là, car à la place, tu as un miroir. Il est assez ébréché et as quelques fissures par-ci et là. La poussière s'entassent dessus. Tu tends la main qui s'engouffre sans aucune résistance dedans. Et tu te retrouves dans sa vie. Tu es une spectatrice. Tu contemples sa vie, son passé, ses bonheurs comme ses malheurs et ses pires hontes. Et tu ressors, empruntant la même sortie, le même miroir. Car tu as fais sa vie jusqu'à sa rencontre avec toi. Tu ne connais pas ses pensées mais, tu as une brève idée de ce qu'il est. Un porc. Tu ouvres tes yeux, ceux-ci ayant repris leurs couleurs normal. Et tu le contemples, cet individu si pathétique qu'un petit sourire fleurit sur ton visage. Et ta voix emplit le silence qui s'était installé, tu le brises et révèle ses pires hontes et malheurs. Tu le mets plus bas que terre tandis que des gouttes dévalent sa joue. Il se met finalement en colère, voulant te saisir. Mais, tu sais te défendre et tu le mets littéralement à terre. Quand ses sanglots déchirent la ruelle, tu finis par le relâcher et par t'en aller.

Tu repars vers ton "chez toi". Ton masque d'impassible ayant repris sa place. L'incident ayant déjà été oublié.

Récapitulons :

_ A l'activation de ton pouvoir, tes yeux changent, te permettant de visualiser non plus l'individu mais, ce qui le représente : un miroir. Celui-ci change, selon les personnes.
_ Quand tu rentres à l'intérieur, tu vois le passé de la personne et ce, jusqu'à sa rencontre avec toi. Tu ne connais pas les pensées de la personne, tu n'es qu'une spectatrice qui regarde son passé par une fenêtre. Tu ressors de celui-ci par le même miroir.
_ Quand tu désactives ton pouvoir, tu te rappelles de tout ce que tu as vu et tes yeux reprennent leurs teintes initiales.
_ Tu compiles tout ce que tu as vu sur un carnet, car tu ne peux te souvenir de deux passés en même temps. Donc, si tu actives ton pouvoir à la suite, il n'y aura que la deuxième personne dont tu te rappelleras le passé.
_ Le temps passé dans le miroir représente une vie pour toi mais, à peine quelques secondes pour le monde réel. Tu sauras donc fatigué après l'utilisation de celui-ci._ Peu de pouvoirs peuvent bloquer le tien puisque toutes les personnes possèdent un minimum de passé donc, un miroir.


Mon histoire

La cloche du village sonnait au loin tandis que tu regardais le corps de ton géniteur. Des bouteilles de divers alcools traînaient un peu partout, encombrant le salon. Il y en avait partout. De la saleté, de l'alcool et d'autres choses non identifiables. Tu devais te débrouiller seule pour manger, laver ton linge et apprendre les diverses choses que tu n'aurais du apprendre que plus tard dans la vie. Une unique larme descendis le long de ta joue tandis que le soleil déclinait à l'horizon. Tu ne sais pas vraiment quoi faire du corps alors tu le laisses là où il est et tu pars faire tes devoirs. Ton visage se ferme tandis que tu refrènes tes émotions. Tes rares émotions. Depuis ta naissance, tu es détachée de tout. Rare sont les fois où tu témoignes d'un peu d'amour ou même de pitié. La gentillesse n'est pas ton fort et la solitude t'accompagne à la maison comme à l'école. Mais tu es dans ton propre cerveau. Tu réfléchis, tu parcours ta conscience de long en large, cherchant des réponses à tes questions. Et puis le temps passe sans que tu t'en rendes compte. La maîtresse veut voir ton père. Tu ne lui as rien dit à propos du corps qui est en train de pourrir. Tout compte fait, tu ne dis rien, tu ne fais qu'hocher la tête.

La sonnette retentit. Tu regardes par le petit trou de la porte et tu vois ta maîtresse. Tu regardes le corps et finis par ouvrir la porte. Autant qu'elle le découvre maintenant. Elle se bouche le nez tandis qu'elle pose un pied dans la petite maison décrépis. Elle regarde de droite à gauche et se fige tandis qu'un cri sort de sa bouche. Elle regarde le corps avec ses mouches et te regarde. Tu la regardes, tu ne dis rien du tout. A quoi bon ? Elle te prend par la main et te tire dans l'allée. Elle compose un numéro, à moitié hystérique tandis qu'elle serre fortement ta main. Tu ne dis rien mais, tu as assez mal.

Une prolifération d'humains se poussent dans l'allée tandis que des policiers t'interrogent. Tu hausses les épaules, de rare mots sortant de ta bouche. Ils se regardent et une femme prend leur place. Elle t'explique tu vas devoir aller avec d'autre "papas et mamans" pour pouvoir continuer de vivre. Car tu ne peux rester seule petite fille. Même si tu es débrouillarde, tu n'es encore qu'une enfant. Aucune étincelle de bonheur ou d'autres émotions ne flamboie dans tes yeux. Tu ne fais qu'hocher la tête pour ton consentement. Et puis tout va très vite. Plusieurs familles se succédèrent mais, ta passivité ou du moins, ton silence, ne faisait que provoquer gêne et colère chez tes familles d'accueil. Certains "grand-frère" ou "grandes sœurs" en profitaient pour te faire du mal. Et c'est là que tes yeux s'éveillèrent. Ton cœur et ton esprit n'étaient pas atteint mais, ton corps criait douleur et vengeance. Le temps se figea dans un battement de cils. Ta grande sœur n'était plus là, à la place se dressait un petit miroir ovale, poussiéreux et ayant des moisissures sur le contour. Tu ne savais pas trop quoi faire, tu étais un peu perdu. Tu ne voyais que le miroir et plus rien aux alentours. Alors, faute de ne pas savoir quoi faire, tu te regardas dans le miroir. Il ne te renvoya pas ton visage blessé par les coups de ta sœur. Tu ne voyais rien. Tu le touchas prudemment et tu fus emportée dans un maelström de passages.

Et tu atterris assez brutalement dans la chambre de ta sœur. Tu regardas le temps passé tandis qu'elle grandissait, qu'elle faisait des bêtises et qu'elle subissait des hontes. Tu étais spectatrice de sa vie. Et puis les images disparurent pour ne laisser place qu'au même miroir. Tu le touchas encore une fois et tu ouvris tes yeux dans la réalité. Une fatigue assez forte te tomba brutalement dessus, te coupant le souffle quelques secondes. Tu ne voulais pas sombrer dans le sommeil. Pas encore. Pas après avoir découvert un moyen de la mettre plus bas que terre. Tu te redressas et la regarda. Et tu ouvris la bouche pour déverses ses horreurs. Elle partit en pleurs pour aller tout raconter à ses parents. Mais tu t'en fichais, tu avais gagné. Pour une fois ! Le sommeil t'emporta tandis qu'un bref sourire éclairait ton visage.

Et puis enfin tu te posas. A l'âge de 10 ans, dans une famille gentille qui n'avait pas eu la chance d'avoir un enfant. Ta nouvelle mère t'aimait et ne voyait aucun outrage à ton silence. Au contraire, elle disait que cela était normale. Ton père quant à lui, t'apprenait à te défendre. Pour ne plus que tu subisses des coups qui meurtriront ton corps. Et tu ne montrais qu'à eux seuls, tes émotions. Tu riais ! Silencieuse jeune fille, ta voix emplissait la maison !

Et puis, plus le temps passait et plus tu te posais des questions sur ton passé. Tu ne savais rien de ta mère, tu te demandais même si ton père mort et enterré était ton vrai père. Tu fis part de tes doutes à ta mère et ton père qui se regardèrent. D'un commun accord, ils révélèrent qu'ils avaient fait leurs propres recherches sur tes parents. Ton père ne l'était pas. Tu avais été adopté, car ta mère n'avait pu avoir d'enfants. Elle est morte peu après ton adoption te laissant à ton "père" qui fou de chagrin, se terra dans l'alcool. Tes parents étaient vivants mais, apparemment, n'étais pas ensemble. Ton vrai père était marié tandis que ta mère était veuve. Tu te demandais bien où elle habitais mais, tes parents te dirent simplement un nom de pays : Egypte. Tu demandas qu'ils fassent les démarches pour que tu puisses adopter le nom de famille de ta mère ainsi qu'un prénom égyptien, tout en gardant un pseudonyme français, en mémoire à eux. Car oui, tu es française.

Tu souhaitas prendre le prénom Ânkhti qui signifiait "Elle est vivante". Chefet en l'honneur de ta mère biologique que tu comptais bien retrouver. Et tu choisis "Déchéance", car au fond de toi, tu le sais. Tu es bas, si bas. Puis tu grandis et choisis ta voie : l'Archéologie. Pour découvrir le passé des anciennes cultures et peuples d'autrefois. Tu appris plusieurs langues dont l'anglais que tu aimais particulièrement. Tu excellais à la parler comme à l'écrire. Et tu finis par quitter ton foyer, pour partir dans une université de personnes comme toi. Qui possède un pouvoir. Plusieurs fois dans ta scolarité, tu as due l'user et tu as appris quelques petites choses dessus. Car les jeunes entre eux ne sont pas tendres. Encore moins quand tu ne ripostes pas et que tu parles peu, voir pas du tout. Tu étais une proie facile pour eux.

Tu levas ton regard sur l'Île tandis que le bateau se rapprochait lentement mais, surement de celle-ci. Un bref mélancolie t'empoigna et tu la chassas tout aussi rapidement. Tu as besoin de ce diplôme. Et ensuite tu partiras en Egypte pour ton travail comme pour ton objectif.

Jeune fille, tu as bien grandis. Sauras tu néanmoins, te redresser et réussir à être un peu plus humaine ? Ou resteras tu comme tu es actuellement ?



Derrière l'écran
Krysélia ᵜ 18  années ᵜ C'est beau, c'est good c'est ... Tasty good !  ᵜ  

Code:
[b]Le miroir de ton passé[/b] • Ton miroir est ouvert à mes yeux tandis que défile ton passé. Simple spectatrice, je n'oublie rien, pour mieux l'utiliser le besoin s'en ressent. ▬ [i]Ânkhti "Déchéance" Chefet[/i]
Code:
Shiki • Kara no Kyoukai ▬ [i]Ânkhti "Déchéance" Chefet[/i]




Dernière édition par Ânkhti "Déchéance" Chefet le Ven 30 Juin - 20:40, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azoth L. Aegnor
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 514
Points RP : 393
Date d'inscription : 07/08/2016
MessageSujet: Re: Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet   Jeu 29 Juin - 2:53

Bienvenue !
Très jolie pouvoir :3

▬ ● ● ● ▬

Azoth talks in #8dd9eb, Fenrir talks to her in italic, she answers to him in bold
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Kane
Admin • Andante
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 1121
Points RP : 1641
Date d'inscription : 12/02/2016
MessageSujet: Re: Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet   Jeu 29 Juin - 10:21

Woow ce pouvoir

Bon courage pour la suite de ta fiche ♥

▬ ● ● ● ▬

               
I hate you I love you
I hate that I love you
Don't want to, but I can't put
Nobody else above you

▬▬▬▬▬▬▬▬

Arte' la Déesse, par Drew ♥ :
 


Artish(o) ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Neelov
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 903
Points RP : 705
Date d'inscription : 15/02/2017
MessageSujet: Re: Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet   Jeu 29 Juin - 16:02

... Ce pouvoir a la classe, vraiment. ** Tellement que j'ai pas envie de te casser pour te dire qu'un prédef a le même, fin de connaître les souvenirs d'autrui s'entend. D: Et l'archéologie c'est le bien. *\O/* J'adore ton vava mais tu le sais déjà et je plussoie totalement pour le gif. ** *fond*'

BIENVENUE ICI SWEETIE. *QQQQQQQQQQQ*'

J'ai vraiment hâte de lire ta fiche en entier, tu as un très beau style d'écriture. /O/
Revenir en haut Aller en bas
Azoth L. Aegnor
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 514
Points RP : 393
Date d'inscription : 07/08/2016
MessageSujet: Re: Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet   Sam 1 Juil - 16:19

Hello !
Alors je viens pour faire quelques demandes à propos de ton histoire
En effet au tout début tu sous entend donc vivre avec le cadavre de ton père, mais à quel âge cela a lieu et pendant combien de temps ? Car pour nous avant au moins 6/7 ans ca serait plutot difficile de vivre plus de quelques jours sans une aide adulte.. Et vivre plus de quelques jours avec un cadavre de toute facon est assez difficile à accepté.
Je te laisse modifier ça et prévenir ici quand c'est terminé !

▬ ● ● ● ▬

Azoth talks in #8dd9eb, Fenrir talks to her in italic, she answers to him in bold
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Moderato - Ânkhti "Déchéance" Chefet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tasty Tales ► Forum RPG Université :: Les premiers pas :: Présentations :: Nouvelles présentations-
Sauter vers:  
Ewilan RPGHoshi no Musudabberblimp