♫ ~ Voteland
Vote toutes les deux heures et tu auras un bisou de Liam. ♥
Les posteurs les plus actifs du mois
36 Messages - 15%
34 Messages - 14%
32 Messages - 13%
31 Messages - 13%
23 Messages - 9%
20 Messages - 8%
18 Messages - 7%
18 Messages - 7%
18 Messages - 7%
17 Messages - 7%

Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Kélio Sardone
Groupe : Tractamus
Messages : 11
Points RP : 0
Inscription : 19/06/2019

Kélio "Sardone" Empty Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 16:22


Kélio "Sardone"

20 ans ■ 29/07/1999 ■ 187 CM ■ ♂ ■ Yeux Ambrés ■ Cheveux Blanc ■  Philosophie ■ Sport ■ Hostile ■ Antagonique ■ Désagréable ■ Morose ■ Méprisant ■ Sec ■ Franc
Sa réalité.:
Solitaire, voilà ce que j'dirais en premier pour m'présenter. Pour la bonne et simple raison que je déteste la compagnie, pensant sans doute que leur existence ne valait pas mieux qu'une vulgaire fourmi que je me laissais le droit d'écraser à la moindre fébrilité. Je déteste tout le monde et je suis fière de ne pouvoir compter que sur moi même, impensable pour moi d'éprouver le moindre sentiment pour quelqu'un, impossible pour eux d'espérer la moindre tendresse venant de ma part.

Mais malgré ça, une tristesse insoupçonnable sommeil en moi, je ne sais ou elle m'emmènera, en revanche, je sais quelle est la source de toute ma susceptibilité. Pour un rien je pourrais exploser en insultant tout ceux qui pourraient m'entourer.. Insulté, cela restait un bien grand mot. A certain moment je ne prenais même pas la peine de porter un regard sur certain individu. S'en suivait cette profonde solitude que j'pouvais éprouver, me mettant à dos n'importe quelle personne qui cherchaient à interagir avec moi.

Je me considère bien évidemment supérieur à n'importe lequel d'entre eux, même si je ne m'amusais jamais à le crier ou le montrer sur tout les toits. Sans pour au temps dire un mot, cet air et ce regard légèrement hautain constamment afficher ne faisait qu'accentué mon arrogance profonde. Sachez que je ne vous aucun respect pour personnes, quelle soit jeune ou vieille, pour aucune loi, aucune religion ni politique, je ne vis que pour moi, mes idéaux et mes convictions. Mon idéalisme étant pousser à l'extrême je ne vois les hommes qu'en tant que simple pion, faible et ignorant, avançant tous mains dans la mains vers une mort si habituelle qu'on fini par les oubliés très vite une fois qu'on a enterré corps. A quoi bon vivre pour quelqu'un qui vous oubliera la seconde ou il croisera le chemin de quelqu'un de plus intéressant que vous.

Égoïste et exigeant, insensible, intransigeant et plein d'autre mauvaise chose qu'on aurait pu me dire justifie clairement mon manque de bon sens. Allant même jusqu'à supposé que le dieu solitaire m'avait conçu de ses propres burnes pour rappeler aux autres que sa descendance de merde existait encore.

COMPRESSION D'AIR
De l'air vient se canalise devant le plat de ses mains et le plat de ses pieds quand il le souhaite. L'air se compresse et se voit relâcher à la moindre contraction des muscles des avants bras pour les mains et des mollets pour les pieds. Cet effet engendrera une légère détonation semblable à celle d'un canon à air comprimé.

Il se verrait obliger d'utiliser cette force de pousser sur un rayon d'1 mètres entre lui et la surface opposé à ses membres pour que l'effet escompté soit prit en compte. La pression exercé serait donc de 70m/s soit environ 250km/h maximum. Cette pression d'air pourrait ou aussi bien afflué sur n'importe quel chose au moins solide, cette force de propulsion différa selon la taille et le poids de ce même objet, une balle de tennis ira sans doute beaucoup plus vite et beaucoup plus loin qu'un meuble. Cette même force de propulsion différa selon la position du membre.
Un humain pourrait tout aussi bien subir cette force de pousser, je ne serais pas en mesure de vous rassurer en vous disant que ce même humain ne ressortirait avec aucune séquelle si il venait à se retrouver dans le champs de la détonation, dites vous juste que plus vous serez proche de lui, plus vous irez loin..

Il ne pourra l'utilisé que 2 fois/membre toutes les 24 heures. Il se verra aussi contraint d'attendre entre chaque détonation, sous peine de voir les os de ceux ci de se fracturés de l'intérieur et de s'éviter une déchirure musculaire par la même occasion (Au moins 1 minute). En plus de se repos presque obligatoire, l'individu se verra incapable de forcer sur les membre utilisés à deux reprise pendant une dizaine de minutes. Effectivement l'effort conséquent demander à chaque détonation entraîne un risque de fracture des poignets pour les membres supérieurs et des chevilles pour les membres inférieurs si il venait à s'en servir directement après.

Les trajectoires sont rectilignes, il ne peut pas se permettre de diriger cette compression d'air, seul l'angle de sortie pourra être choisie selon la position du membre. Le temps de détonation est équivalent au degrés de puissance qu'il pourra produire, c'est à dire que plus il attendra plus l'onde choc sera puissante. Autrement dit chaque secondes équivaux à un degrés de puissance, 1 secondes lui permettrait d'envoyer ses vagues à 10m/s, 2 secondes pour 20m/s etc..
Mon histoire
J'suis né le 29 Juillet. Fils unique, né à Trani dans le sud de l'Italie, d'un père Italien et d'une mère Sicilienne. J'ai passé presque toute ma vie là-bas. On vivait dans une situation assez instable, déjà que la population était pas franchement élevé au moins 30% de ceux ci appartenaient à la mafia. J'étais assez bon à l'école, mais leur foutu système avait l'air d'était fait de telle sorte que les gens comme moi ne pouvait guère espérer réussir là-dedans. Mais j'me suis accroché et j'ai tenu bon jusqu'à décrocher mon baccalauréat général. J'vous avouerais que ça n'a pas été très simple, j'ai réussi en comptant que sur moi même malheureusement.. Déjà petit j'avais du mal à m'intégrer à l'école, j'me sentais pas comme les autres et j'ai jamais hésité quand il s'agissait de m'affirmer. Alors j'ai très vite eu la réputation du type hyper froid et bizarre au fond de la classe, on m'ignorait la plupart du temps et ça m'allait très bien.

Mon père et la plupart des habitants de cette petite ville méprisaient les dotés, justifiant leurs pensées stupides en affirmant qu'ils étaient tout simplement là pour voler nos femmes et nos emplois. Quand il a apprit pour mon pouvoir, il m'a battu tellement fort que j'aurais pu craquer au bout de ses doigts. C'était un matin d'été, j'venais d'avoir 18 ans. J'étais contrarié de ne pas pouvoir accéder à des études supérieur l'année qui suivait pour aller bosser avec mon père. On était à table, mon paternel râlait comme à son habitude et ma mère préparait le repas, si je me souviens bien. Mes mains se sont mises à trembler sans aucune raison. Affolé, je regardais celle-ci sans trop comprendre ce qu'il se passait, j'étais à la fois perturbé et incapable d'arrêter l'exercice qui se produisait. Au milieu de la pièce, je regardais mes parents, mon regard empli de détresse. Ma mère se précipita sur moi et, en voulant m'attraper la main pour voir ce qu'il se passait, elle reçut une violente déflagration au niveau de l'abdomen qui l'envoya valser à l'autre bout de la pièce. Mon père, furieux, s'empressa de venir me gifler en m'insultant de tous les noms. Je ne l'écoutais pas, j'étais subjugué par l'exploit que je venais de faire. Un sourire vicieux se dessina sur mon visage quand je reposai mes yeux sur mes mains, j'venais enfin de comprendre pourquoi j'me sentais si différent des autres.. Soudain, il s'arrêta nettement de me ruer de coups en entendant les cris de douleur que poussait ma mère. Elle était enceinte à ce moment-là et, comme vous pouviez vous en douter, la déflagration avait sans doute entraîner une fausse couche.. Un bain de sang entourait ma mère. Le bas de sa robe de chambre était marqué de rouge et elle se tenait le bas du ventre en criant à s'arracher la voix que son bébé était mort. J'étais comme paralyser devant cette scène d'horreur, mon père, à genoux à ses côtés, pleurait, la tête collé contre le ventre de sa bien-aimée, tétanisé au sol.

A la suite de cette effroyable scène, je me suis enfui de chez moi, sans argent, sans rien. Je me suis retrouvé à la rue par peur d'affronter la réalité en face. J'ai marché sans m'arrêter le reste de la journée, droit devant moi, sans me retourner. J'essayais de me consoler et de me convaincre que toutes les années passées derrière moi devraient sombrer dans l'oubli. Je ne me sentais pas à ma place dans cette ville et je suis arrivé très vite à la conclusion que cet événement n'était qu'un prétexte pour m'en aller de chez moi.

Les premiers mois ont été très difficiles, je mangeais peu, voire pas du tout certains jours. Je volais sur les marchés et je dormais dans une cave abandonnée au milieu d'autres adolescent comme moi. J'ai connu une jeune fille qui, elle aussi, avait été renvoyée de chez elle par ses parents à cause de sa nature cachée. On s'est serrés les coudes pendant ces 2 années, je m'occupais de trouver de quoi nous acheter à manger et elle, elle s'occupait de nous trouver un endroit où passer la nuit et nous fabriquait des vêtements. On changeait souvent d'endroit, par peur de finir entre les mains de la mafia ou dans un foutu laboratoire. J'ai fini par comprendre la nature de mon pouvoir après de nombreux essais. Afin de maîtriser totalement celui-ci, il fallait que je me renforce musculairement. Si je voulais prétendre défendre ma cause dans le futur, j'étais obligé de passer par là pour qu'on me prenne un minimum au sérieux. J’entraînais mon physique à supporter les déflagrations que je pouvais produire, l'utilisation de mon pouvoir étant assez simple, je me permis de focaliser mes efforts sur le développement musculaire et les différentes manières d'utiliser mon pouvoir. Je supposais qu'il me serait possible d'évoluer dans le futur, mais pour l'instant, ma priorité était de maîtriser mes bases à la perfection.

Je m'étais presque satisfait de cette vie, méprisant les gens que je pouvais croiser. À cause de mon père, je me suis mit à détester le genre humain, ces enfoirés égoïstes qui justifient leurs échecs en accusant les dotés de voler leur rôles. À quoi vous vous attendiez sérieusement ? Le monde dans lequel on vit est rempli d’égo surdimensionné. Je savais que certains allaient se faire passer en héros, d'autres allaient se servir de leurs pouvoirs pour s'affirmer avec force. Je suivais l'actualité en écoutant ce que les passants et les radios pouvaient dire, malgré le fait que je sois complètement détaché de tout ça. J'avais comme but caché de faire en sorte que les humains nous reconnaissent à notre juste valeur avant de disparaître, nous sommes supérieurs en tout point à eux. Nous sommes l'évolution. Avant les hommes, il y avait soit-disant les singes, puis les hommes préhistoriques. Ils ont, chacun, eu leur tour, maintenant, c'est à nous de construire le futur et ils ne feront que nous ralentir dans notre projet.

J'allais très vite me rendre compte une nouvelle fois à quel point les rêves n'appartenaient qu'aux idiots. L'année de mes 20 ans, le destin emporta l'amie qui m'avait aidé pendant toutes ces années. Un soir, alors qu'on marchait pour rentrer dans notre squat, un groupe de quelques personnes s'approcha de nous. Je savais très bien ce qu'il voulait, mais ce soir-là, j'étais peut-être plus fatigué que les autres jours, alors je ne fis pas vraiment le rapprochement avec leurs intentions. Arrivé à notre hauteur, sans dire un mot, le plus musclé d'entre eux sortit une barre de fer de son pantalon et m'envoya un violent coup vers la tête. J'avais juste eu le temps de lever mes bras pour atténuer le coup, mais la frappe était tellement violente que je ne pus rester que quelques instants debout avant de m'écrouler au sol, impuissant. Sans me laisser de répit, deux autres se mirent à me rouer de coup pendant que le reste du groupe s'empara de la jeune fille affolée près de moi. Elle avait sans doute utiliser son pouvoir en public alors que je lui avais formellement interdit de le faire. Par chance, ils ont dû penser que j'ignorais la vraie nature de celle-ci. Ils l'emmenèrent avec eux, me laissant en sang sur le bord du trottoir perdre peu à peu connaissance. Deux choix s’offrirent à moi, j'avais la possibilité d'utiliser mon pouvoir pour tenter de la sauver au risque de me faire également attraper et emmener sûrement vers une mort certaine ou alors m’enfuir lâchement. L'esprit embrumé, je ne tardai pas à me rendre compte que ma décision était déjà prise depuis le départ. J'étais déjà sur le chemin inverse, boitant pour m'éloigner le plus loin possible de "la scène de crime". Suffisamment éloigné, je m'écroulai sur le sol d'une petite ruelle, perdant connaissance jusqu'au lendemain.

Ce matin, je me retrouva seul face à moi-même. Encore une fois, j'avais lâchement fuit mes responsabilités comme si je me foutais complètement du sort qu'ils lui réservaient. J'étais détruit par ce qu'il venait de se passer, mais je ne pleurais pas, je regardais le sol devant moi sans rien dire. J'étais une nouvelle fois seul, seul parce que je le méritais. Personne ne devrait compter sur un être aussi égoïste que moi. Je n'ai jamais compris pourquoi je réagissais toujours de la sorte, pourquoi je ne portais aucune autre personne que moi-même dans mon cœur malgré tout ce qu'ils pouvaient entreprendre pour moi. Je n'avais aucune raison de vivre et pourtant, je me battais pour survivre dans ce monde infâme où j'ai vu le jour.

Quelques jours sont passés et toujours aucune larmes ne s'étaient décidées à tomber. La culpabilité s'estompait peut à peut, laissant place à un deuxième boulet autour du cœur.. Je rodais dans un marché à la recherche de quelque chose à me mettre dans la bouche. Ce jour la j'avais l'air beaucoup trop prévisible, j'agissais en pensant à d'autre chose. Je cherchais un bon souvenir, et j'avais beau cherché rien ne me venait à l'esprit.. J'étais vraiment perturbé quand je passais ma main dans mon dos pour récupéré la banane posé sur le stand. Une vieille femme d'un autre stand m'avait surprit mais ne dit rien, elle se contenta de me lancer un regard l'air de dire t'es griller à une borne arrête ça. Mon profond mal être semblait m'avoir trahi, elle m'avait fait un signe de la main pour que je la rejoigne derrière le camion de sa marchandise. Je stoppa mon action malveillante pour suivre son ordre, j'avais aucun intérêt à faire de vague au milieu de tout ces gens. Pour ce genre de vol les gens préfèrent se faire justice eux même si vous voyez ce que je veux dire. Derrière ce fameux camion la vieille dame me fit tout d'abords la morale sur un ton que je n'avais pas entendu depuis au moins deux année.. Après son monologue , la vieille me fit comprendre que son mari et elle n'avait plus la force de décharger et charger leur camion de marchandise. Elle voyait en moi la solution à ce problème et j'voyais en elle la solution à mes besoins vitaux. Alors me tendis quelques habits en boule dans une boite et m'ordonna de m'en aller sans rien dire de plus comme ci elle était persuadé que j'allais revenir le lendemain..

Quelques mois sont passés et comme vous deviez vous en douter j'y suis retourner le lendemain matin très tôt. Au début, elle me donnait un léger billet à la fin du service puis quand elle s'est rendu compte que je n'avais pas de chez moi, les vieux se sont mit à m'inviter chez eux. Après un certain temps ils m'ont fait comprendre que leur maison était aussi la mienne à présent..
J'avais fini par entendre deux clients parler d'une ville paumés en plein milieu du pacifique qui allait sûrement devenir la capitale de tous les événements qui s'étaient produits. Une école avait été créée pour les gens dotés de pouvoir. Une ville où cohabitaient humains, dotés et autres. Si les choses devaient bouger pour nous, c'est là-bas que tout commencerait.

J'ai donc suivit toutes les démarches administratives et envoyer mon dossier depuis un cybercafé, les vieux détestais la nouvelle technologie. J'ai aussi du me rendre dans mon ancien établissement pour récupérer certain papier nécessaire à l'inscription, je ne pouvais pas rentrer dans mon ancienne maison comme ci de rien était et puis j'avais encore beaucoup trop de peine pour ce que j'avais fait à ma mère.. J'ai passé les concours de justesse, en m'arrachant les cheveux devant ma copie certes mais pour moi je jouais ma vie sur un putain de bout de papier. Je suis partie de chez mes faux grands-parent sans aucun scrupule, sérieusement vous vous attendiez à quoi? J'avais surement pas l'intention de finir ma vie assit sur un putain de tabouret à vendre des vêtements basses qualités. J'ai claqué la moitié de mes économies pour me rendre dans ce bled paumés mais j'me disais que ça valait vraiment pas chère pour une nouvelle vie..  
Derrière l'écran
Pseudo : Kst'
Âge : 23 j'viens d'avoir la pano bouftou
Avis sur le forum : passe crème
Tu nous as connus comment ? j'étais la à l'ancienne genre à l'ancienne ancienne hein et me revoilà du coup
Mot de la fin : mdr

Code:
[b]Pshit Pshit[/b] • Compression de l'air ▬ [i]Kélio[/i]
Code:
Shogo Makishima • Psycho pass ▬ [i]Kélio[/i]



Dernière édition par Kélio Sardone le Jeu 27 Juin - 0:17, édité 10 fois
Joshua Namara
Groupe : Hominum
Messages : 128
Points RP : 580
Inscription : 09/05/2019

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 17:23
Déjà dit dans la CB, mais bienvenue encore !
Wow, un sacré caractère ! Ça va être un challenge à RP ! Mais c'est bien, se mettre des challenge ~
Je trouve ça bien écrit GG ~
Kélio Sardone
Groupe : Tractamus
Messages : 11
Points RP : 0
Inscription : 19/06/2019

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 17:47
Re-merci du coup ^^
En vrai c'est marrant de jouer des persos imprévisible comme ça, dis toi même moi j'sais pas ce qu'il va devenir ce fou
Alice Collen
Groupe : Hominum
Messages : 98
Points RP : 270
Inscription : 28/12/2018

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 17:51
Bienvenue ici flower
Kélio Sardone
Groupe : Tractamus
Messages : 11
Points RP : 0
Inscription : 19/06/2019

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 18:33
*Acquiesce*
Marianne Fitzerald
Groupe : Civis
Messages : 69
Points RP : 325
Inscription : 23/09/2018

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 19:44
Wakfu ou Dofus ?

Quel serveur ?

(Bienvenue)

● ● ●
Kélio "Sardone" Signature%20Marianne
Kélio Sardone
Groupe : Tractamus
Messages : 11
Points RP : 0
Inscription : 19/06/2019

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 20:14
j’ai bien cru que personne allait capter la référence aha
j’suis un ancien, dofus 1.29 à jamais dans mon cœur

(merci du coup)
Marianne Fitzerald
Groupe : Civis
Messages : 69
Points RP : 325
Inscription : 23/09/2018

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 20:23
Wakfu dathura. Best gouverneur de Brakmar ever.

● ● ●
Kélio "Sardone" Signature%20Marianne
Harrison Liesse
Traqueur de citrouilles • Seider
Traqueur de citrouilles • Seider
Groupe : Civis
Messages : 488
Points RP : 1076
Inscription : 08/08/2018

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 20:26
Encore bienvenue à toi. Compression d'air est super intéressant comme pouvoir, un coté Quake dans la contre partie niveau des os que j'adore.

Par contre c'est pas parce que tu comprime l'air qu'l faut comprimer en si gros paragraphes.
Et moi aussi j'comprime mon texte tavus?
Kim Hyeon Seok
Groupe : Civis
Messages : 74
Points RP : 260
Inscription : 20/05/2019

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

le Mer 19 Juin - 23:41
Hey, je suis venue m'occuper de ta fiche mais j'ai un petit problème héhé, tu n'as pas choisi d'études ! Je te laisse voir ça ou si tu veux faire un civis et je te laisse me faire signe une fois ça fait.

● ● ●
Kélio "Sardone" Aizm
Kim Hyeon talks in #d995aa
Kélio "Sardone" 231083G93aClFKélio "Sardone" 577688OBKcGeA
Kélio "Sardone" ZZRUJYB
Contenu sponsorisé

Kélio "Sardone" Empty Re: Kélio "Sardone"

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum