♫ ~ Voteland
Vote toutes les deux heures et tu auras un bisou de Liam. ♥
Les posteurs les plus actifs du mois
152 Messages - 19%
126 Messages - 16%
118 Messages - 15%
116 Messages - 15%
94 Messages - 12%
56 Messages - 7%
36 Messages - 5%
31 Messages - 4%
29 Messages - 4%
25 Messages - 3%

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Groupe : Mentis
Messages : 22
Points RP : 0
Inscription : 04/11/2018

Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 15:14


Noel Applegate

21 ans ᵜᴥ 11 février 1997 ᵜᴥ 1m91 ᵜᴥ ♂ ᵜᴥ Marron ᵜᴥ Brun ᵜᴥ  Etudes majeures : Neurosciences (quatrième année) ᵜᴥ Etudes mineures : Sociologie, sport et menuiserie (autant dire qu’il n’a pas de vie) ᵜᴥ Curieux (il en couvre tout le prisme : de la qualité rafraîchissante à l’indécrottable défaut) ᵜᴥ Grand lecteur ᵜᴥ Très travailleur (il compense par là une absence légèrement vexante de facilités à l’origine) ᵜᴥ Chiant comme la pluie (en tout cas c’est ce qu’il s’efforcera de vous faire croire) ᵜᴥ Orgueilleux ᵜᴥ Sous ses airs faussement angéliques et conciliants, il est d’une rare mauvaise foi et d’un aplomb féroce ᵜᴥ Ambitieux ᵜᴥ Obstiné ᵜᴥ Débrouillard ᵜᴥ Organisé ᵜᴥ Ingénieux ᵜᴥ Cynique, dans le plus grand secret ᵜᴥ Peu sociable, mais non moins observateur… et fouteur de merde ᵜᴥ Mémoire étrangement sélective ᵜᴥ  Indéfectible partisan des adages « Sur un malentendu, ça passe. » et « Pas vu, pas pris. »

Mon pouvoir
« Mangeur de douleur. » Son caractère ne devait pas être compatible avec l’empathie dont son père a pu faire preuve tout au long de sa vie. Noel s’est rapidement montré capable de percevoir la souffrance psychologique des gens, de lui trouver une odeur – nauséabonde – et de l’absorber par un simple contact avec la peau, dans l’unique but de s’y soustraire. Nulle trace de sadisme là-dedans. Mais Noel n’est pas pour autant un bienfaiteur. Si la personne touchée ressent alors un profond bien-être et oublie ses peines de façon provisoire, ce n’est qu’une manière bien égoïste, pour le jeune homme, de se nourrir spirituellement et de ne pas souffrir lui-même, en canalisant la douleur de ceux qui l'entourent. Malheureusement, la douleur est une drogue comme les autres : on s’y accoutume, on croit finalement en avoir besoin. Au fil des années, et malgré son écœurement, Noel a développé une forme de dépendance qui l’a contraint à perpétuer ses singuliers « repas » dans le but de conserver une bonne santé toute relative. Et à plus ou moins long terme, ce joug étrange finit également par atteindre ceux qu’il touche un peu trop. Une personne dont il absorbe quotidiennement la douleur risque à son tour de devenir physiquement dépendante à ce soulagement. On aurait ainsi tort de prêter à son pouvoir des vertus thérapeutiques : l’état de bien-être presque constant qu’il provoque dans les cas les plus prolongés fait perdre à ces personnes-là le sens de la perception et du discernement ; régulièrement apaisées, sollicitant moins leurs propres mécanismes de défense, elles deviennent du même coup moins endurantes à la douleur. Leur barrière émotionnelle s’effrite progressivement, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux drames et frictions de l’existence, si Noel ou un autre individu capable de tiédir leur douleur n’est plus là pour le faire.

Noel n’est pas encore un mauvais garçon, cependant. Il se protège, disperse au maximum les contacts. Sans tout à fait soupçonner l’étendue des effets néfastes que son don peut avoir sur les autres, il se sait lui-même sujet aux overdoses et tâche de consommer la douleur ambiante avec modération. Autrement, il risque d’être en proie – en plus d’une fatigue chronique – à un état nauséeux doublé de migraines handicapantes.
Mon histoire
« Je lui ai demandé de m’aider pour un devoir de Japonais, un jour. Il a très gentiment accepté mais j’ai découvert à mes dépens – un joli 5/20 en thème – qu’il n’en parlait pas un traître mot : sa mère vient d’Osaka mais il est né et a grandi à Londres, ce crétin. Il n’aurait pas pu me le dire plus tôt ? Quand j’ai commencé à m’énerver, son frère a débarqué et m’a fait remarquer qu’il avait été gentil de ne pas me faire payer son aide, alors qu’il aurait pu, vu à quel point j’avais l’air con comme un ballon. Mot pour mot. Je n’ai pas pu lui coller une beigne parce qu’un surveillant gardait un œil sur nous. Et j’ai l’impression que ça ne m’aurait pas soulagé, de toute façon : ces enflures ont l’art de te faire sentir bien douloureusement que tu ne peux jamais compter que sur toi-même. »


« Sa mère est venue, une fois, pour un rendez-vous avec le psychologue de l’université. Elle avait l’air gentille mais un peu dépassée. Je l’ai entendue expliquer que Leon et Noel avaient passé leur enfance à faire des bêtises et à traumatiser tous leurs éducateurs.
— Ah bon ? Noel a quand même l’air plus posé que son frère.
— C’est là que tu te gourres, mon gars. S’il y en a un qui chuchote à l’oreille de l’autre, c’est certainement Noel. Avant, c’était seulement pour couvrir les tableaux de savon noir. Mais maintenant… »


« Personne n’a jamais réussi à prouver quoi que ce soit contre eux, cela dit. Les apparences sont toujours pour Noel. C’est l’air innocent qu’il prend, parfois. Ou bien l’accent posh ? Sans doute les deux. »


« Il a toujours le nez dans un livre. C’est comme si avoir les yeux baissés était plus confortable pour lui.
— Tu veux dire qu’il est lâche ?
— Non. Plutôt qu’il devient très fainéant quand il s’agit d’affronter la connerie du monde. Enfin, c’est ce que son frère m’a dit.
— Leon t’a vraiment dit ça ?
— Oui. En ajoutant "Peau de con." »


« Ils n’ont aucun cours en commun et si tu regardes bien, ils s’arrangent toujours pour qu’on ne les surprenne pas dans leurs moments de complicité. Si tu débarques alors qu’ils sont en train de s’amuser ensemble, tu peux être sûr que Noel arrêtera immédiatement de sourire pour redevenir aussi sec et silencieux que la steppe patagonienne. Je crois que c’est pour mieux brouiller les pistes. »


« De loin, j’ai entendu que leur mère parlait d’eux avec beaucoup de tendresse. J’imagine que même s’ils ont été les petites terreurs du bac à sable, elle a quand même eu double ration de bisous chaque jour.
— Tu sais, la complaisance des parents envers leur môme, c’est l’un des pires fléaux de la société.
— C’est ce que le psychologue avait l’air de lui dire. »


« C’est une tête, il squatte la bibliothèque jusqu’à la fermeture. C’est le seul moment où tu le verras froncer les sourcils, d’ailleurs.
— Attends, trois options, tu m’as dit ? Mais où il trouve le temps d’être un p’tit merdeux, alors ?
— Leon. Ne jamais oublier Leon. »


« Si ses dons n’avaient pas posé problème, son frère et lui ne se seraient sans doute pas inscrits à l’université.
— Des problèmes ? Quel genre de problèmes ?
— C’est dur à expliquer. Tu te souviens de Vicky… ? »


« T’as remarqué ? Il fronce le nez sans raison, des fois. Comme s’il sentait un truc. »


« Tu te rappelles de cette annonce publiée dans le journal de l’université au nom d’un professeur ?
— Celle pour un achat en viager ? Avec la mention "Mort imminente seulement." ?
— Ouais. Bah c’est eux.
— Mais non, le vrai coupable s’était fait choper et…
— C’est eux, j’te dis. »


« C’est forcément un gentil garçon, au fond. Vicky était tellement déprimée avant de sortir avec lui… Il lui a redonné le sourire !
— Le sourire… ? Tu veux dire qu’elle est devenue complètement perchée dès qu’elle s’est mise à le fréquenter, ouais !
— Oh, t’exagères. Tu serais pas un peu jaloux, des fois ?
— N’importe quoi. Elle cherchait toujours à lui prendre la main ou à le toucher, même en classe, c’était carrément flippant. Et vu comment ça s’est fini, c’est pas moi qui vais être jaloux de ces deux tarés. »


« Il tremble, des fois. Tu sais, du genre fébrile, un peu malade. Pourtant il fait son sport comme les autres, sans broncher. Et le lendemain, ça va mieux. Généralement. »


« Tu penses vraiment que c’est de sa faute si elle a quitté l’université ? Elle devait voir son père, ce jour-là, j’imagine qu’il lui a encore dit tout ce qu’il pensait de son anomalie et qu’elle ne l’a pas supporté…
— Tu l’as dit : elle ne l’a pas supporté. Et je suis pas sûr qu’elle ait quitté l’université pour rentrer à Tokyo avec son père. J’me demande si elle a pas fait pire que ça. »


« Bien, monsieur Applegate, pourriez-vous me dire à présent quelles ont été les premières manifestations de votre pouvoir ?
— Quand j’avais sept ans. Je me suis fait renvoyer temporairement de l’école à force de hurler à mon institutrice dépressive qu’elle "puait". Je ne comprenais pas où était le mal. Maintenant je sais que les gens sentent mauvais parce qu’ils souffrent. Un pince-nez n’y changerait rien pour moi.
— Je vois. Mais vous ne faites pas que sentir la douleur, n’est-ce pas ?
— Non, je la consomme.
— Vous la consommez ? Comme vous le feriez d’un bon plat de pâtes ? … Ou bien d’une drogue ? »


« Vicky n’a jamais répondu à mes messages. »


« Pour un type réputé inexpressif, il a quand même tiré une sacrée tronche pendant le discours de Seider.
— Ah ouais ?
— Ouais. Et c’est pas bien difficile de comprendre pourquoi. La guéguerre entre « fratries » qu’on avait avant a été remplacée par quelque chose de beaucoup plus sérieux où le mépris risque de devenir bien réel, avec conséquences dramatiques et dommages collatéraux à la pelle. Non seulement ils ont perdu leur terrain de jeu, mais en plus ils vont avoir des êtres humains ordinaires dans les pattes alors qu’on leur a toujours répété qu’ils n’avaient rien à foutre là. J’ai entendu Noel dire que l’arrivée des « lambdas » transformerait pour de bon l’université en fosse aux lions.
— … Tu les as espionnés pendant combien de temps, au juste ?
— T’occupe. Va peut-être falloir que t’apprennes à laisser traîner tes oreilles, toi aussi. On sait jamais, notre nouveau doyen pourrait avoir besoin de toi. »


« Quand tu lui demandes pourquoi il a choisi les neurosciences, il répond que c’est pour mieux se comprendre et se maîtriser. Mais je ne serais pas étonnée qu’il cherche en fait un moyen d’éradiquer la mutation, surtout après ce qui est arrivé à Vicky. »
Derrière l'écran
Pseudo : Popo
Âge : 27 ans (ça s'arrange pas )
Avis sur le forum : J'ai toujours autant envie de le manger et j'adore l'évolution du contexte qui promet plein d'opportunités de jeu intéressantes !
Tu nous as connu comment ? À l'époque, sans doute en voguant de partenaires en partenaires, et depuis il n'a jamais quitté mes favoris. Cette fois, c'est la bonne !
Mot de la fin : Bobizou.

Code:
[b]Mangeur de douleur[/b] • Capacité à absorber la douleur des autres en les touchant. S’il en résulte pour eux un profond apaisement, leurs mécanismes de défense, à force de contacts prolongés, risquent de s’émousser. Attention, dès lors, aux gros chocs émotionnels ! ▬ [i]Noel Applegate[/i]
Code:
Tetsurō Kurō • Haikyū!! ▬ [i]Noel Applegate[/i]



Dernière édition par Noel Applegate le Dim 4 Nov - 20:15, édité 1 fois
avatar
Reconnu mondialement
Groupe : Mentis
Messages : 378
Points RP : 1913
Inscription : 13/02/2017

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 16:18
*Tournoie en lançant des paillettes*

LEOOOOOOOOOOONNNNN !!!

Wait ?

Or is it Noel ?
avatar
Groupe : Mentis
Messages : 22
Points RP : 0
Inscription : 04/11/2018

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 18:11
Toiiiii !!

(Bon, la vérité, c'est qu'on en a fait de faux jumeaux, finalement )
(Histoire que tu puisses les différencier )
(Quoique ça risque de ne pas nous avancer beaucoup, avec ton grand âge, la vue qui baisse, tout ça... )

*Se fait jeter* MERCI BEAUCOUP POUR TON MOT J'AI HÂTE DE POUVOIR T'EMBÊTER ENFIN !!
avatar
Groupe : Corporis
Messages : 56
Points RP : 200
Inscription : 03/10/2018

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 18:29
bienvenu !!! Je sens que mon petit 'thel va devenir un client régulier tellement il est désespéré par son pouvoir ~ c'est génial tout cela non ? ~Ce serait vraiment un tragédie s'il venait à te dévorer...
avatar
Admin • Anémone célèbre • Cobaye
Groupe : Corporis
Messages : 2400
Points RP : 4158
Inscription : 12/02/2016

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 19:30
Bon, t'es le premier frangin qui y passe What a Face

Et j'avais oublié à quel point j'avais adoré ta fiche!

Bref.

Faut savoir que depuis que vous êtes venus... j'suis devenue encore plus chiante qu'avant

Donc j'aurais juste quelques questions sur le pouvoir!
- A-t-il une limite en terme de douleur absorbée? Genre que se passe-t-il en cas d'overdose finalement?
- Est-ce qu'il perçoit en peu les nuances entre les douleurs, notamment entre les douleurs physiques et les douleurs psychologiques? En gros, est-ce qu'il parvient à les comprendre d'une manière ou d'une autre, ou pas du tout?
- Se fatigue-t-il ou a-t-il une certaine contrepartie s'il absorbe les douleurs les unes à la suite des autres, voire sur la même personne? (ça rejoint un peu mes premières questions)

Voilà, c'est tout

● ● ●



avatar
Groupe : Mentis
Messages : 22
Points RP : 0
Inscription : 04/11/2018

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 20:18
Merci beaucoup, Ana', mais ne me mange pas, s'il te plait !  

@Artemis Kane Re-coucou et merci beaucoup ! Il n'y a pas de mal, on ne chipote jamais assez pour les pouvoirs ! Et en reprenant mes fichiers, j'ai remarqué que j'avais surtout évoqué ces limites dans mes demandes de liens, la dernière fois... Notamment en cas d'absorption trop importante, il perd connaissance et finit à l'infirmerie.  

Il perçoit uniquement la souffrance psychologique (même si des douleurs physiques chroniques peuvent apparaître à cause d'un mauvais état psychologique, hein, mais je ne prétends pas faire de Noel un spécialiste à ce sujet pour le moment, ses études lui permettront d'en apprendre davantage ) et ne peut absorber que celle-ci. Pour la contrepartie, d'une façon générale, je pensais à une fatigue chronique, un genre de cercle vicieux dont il ne peut sortir provisoirement (et sainement) qu'en se dépensant physiquement. Mais on peut tout à fait imaginer une infirmité provisoire plus importante s'il absorbe de la douleur à intervalles trop rapprochés - état nauséeux, migraines...

J'ai précisé un peu la description du pouvoir, du coup, en espérant que ça convienne !
avatar
Admin • Anémone célèbre • Cobaye
Groupe : Corporis
Messages : 2400
Points RP : 4158
Inscription : 12/02/2016

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

le Dim 4 Nov - 20:42
C'est absolument parfait tout ça! Merci beaucoup


- CONGRATS DUDE -

T'es validé ! C'est t'y pas magnifique ? C'est le moment de te jeter dans le grand bain et de commencer ton aventure sur le forum ! Pour que tu sois pas tout perdu et que tu cherches pas pendant 10 ans où tu dois aller, on te met des petits liens juste là :
> Créer ta fiche de liens
> Faire des demandes de liens
> Faire des demandes de RP
> Créer la messagerie de ton perso
> Créer ton journal intime

Je t'invite à lire ces topics importants pour ta vie sur le forum :
> Les Tasty Places
> Le Tasty Shop
> Les Tastitres

Pour pouvoir savoir tout ce qui se passe sur le fofo, on te propose de cliquer sur les petits liens ci-dessous. Tu verras, ça te mettra automatiquement des notifications quand il se passe quelque chose d'important :
> Evénements et animations du forum
> Annonces de maintenances du forum

● ● ●



Contenu sponsorisé

Re: Noel Applegate — Dealing out the agony within.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum