♫ ~ Voteland
Vote toutes les deux heures et tu auras un bisou de Liam. ♥
Les posteurs les plus actifs du mois
111 Messages - 18%
98 Messages - 16%
97 Messages - 16%
82 Messages - 14%
51 Messages - 8%
42 Messages - 7%
41 Messages - 7%
28 Messages - 5%
28 Messages - 5%
27 Messages - 4%

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Fonda
Groupe : Tractamus
Messages : 15
Points RP : 20
Inscription : 30/10/2018

Luce J. Martel - Oui je scintille mais ne m'appelle PAS Bella. On est PAS dans Twilight. [DJ DJOUD]

le Mar 30 Oct - 20:04


Luce Jaspe Martel

18 ans ᵜᴥ 7 novembre 2000 ᵜᴥ 1 mètre et 66 centimètres ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ noisette ᵜᴥ blond vénitien ᵜᴥ  musique ᵜᴥ rêveuse ᵜᴥ aussi délicate qu'un éléphant ᵜᴥ souriante ᵜᴥ pensive ᵜᴥ passionnée ᵜᴥ généreuse ᵜᴥ créative ᵜᴥ observatrice ᵜᴥ curieuse ᵜᴥ impatiente ᵜᴥ indécise ᵜᴥ boudeuse ᵜᴥ franche ᵜᴥ lunatique ᵜᴥ optimiste ᵜᴥ sociable ᵜᴥ maladroite ᵜᴥ loyale ᵜᴥ dévouée ᵜᴥ assidue ᵜᴥ empathique ᵜᴥ entière ᵜᴥ impulsive ᵜᴥ spontanée

Mon pouvoir
Je peux créer et manipuler du verre. De mon corps émane une poussière de verre fine et brillante, aux reflets colorés. Je peux l'agglomérer pour créer des objets en verre. Ils sont limpides et délicats, si fins que l'on dirait du cristal. Je peux en faire ce que je veux de cette poussière, et ce que j'aime par-dessus tout... c'est de créer de belles choses avec mon don. Souvent, je m'amuse à reproduire ce que je vois autour de moi, ce qui me fascine. Ce n'est pas toujours facile, car la moindre faille dans ma concentration fait éclater mes créations qui retombent alors en poussière.

Mais... si ces dernières sont fragiles, elles peuvent aussi être redoutables et prendre des formes plus agressives. Je sais me défendre ! Parfois contre mon gré. Quand me émotions négatives s'emballent, le verre prend une apparence opaque une fois aggloméré, mes créations sont moins régulières, voire complètement incontrôlées. Je peux propulser des choses autour de moi sans même m'en rendre compte sous le coup de l'émotion.

Ma peau scintille à la lumière en raison de la poussière de verre qui s'y trouve. Ca me donne une apparence parfois presque féerique... on ne peut pas dire que je n'apprécie pas ce côté. Ces petites particules coulent d'ailleurs dans mes veines. Et si j'utilise trop mon don, je finis par ressentir des vertiges et faiblesses. J'en deviens épuisée, essoufflée comme après un gros effort.

A l'inverse, si je ne l'utilise pas assez souvent, le trop plein de particules dans mon organisme peut faire émerger des éclats de verre sur ma peau. Ce n'est ni esthétique, ni agréable. Ces excès sont douloureux lorsque que les touche car ils sont reliés à ma peau et donc... à mon système nerveux. Heureusement, si je me mets à me servir de mon don, ils tombent en poussière assez rapidement. Et la douleur disparaît.
Mon histoire
Moi ? Mon histoire n'est pas franchement incroyable... Je suis née avec une cuillière en argent entre les fesses dans une famille bien propre à Dijon. J'avoue que j'aime bien cette ville... même si le plus paradoxal est que je hais la moutarde. Ah oui, parce que c'est un condiment typique de ma ville, au cas où vous ne le sauriez pas ! Bref, j'ai grandi en ville, dans un grand appartement avec une vue imprenable sur l'architecture toute blanche et propre que j'affectionne tant. Mon père et ma mère sont des gens normaux, tout comme mon frère jumeau.

Et par normaux, j'entends : mariés, avec une jolie petite famille, chacun un travail et tout ce qu'il faut pour faire vivre la petite famille. Mes parents possédaient une boutique d'artisanat de renommée. Ils étaient artisans verriers et fabriquaient des objets de design qu'ils revendaient une fortune. Mon frère et moi on a toujours été comme cul et chemise (cette expression me fait rire huhu), on traînait constamment dans l'atelier de mes parents malgré la chaleur et le danger potentiel...

On a fait les quatre cent coups ensemble, rendu mes parents fous ensemble, appris la musique ensemble. C'était vraiment le top ça ! Moi au piano, lui au violon. Et je vous assure qu'on a donné des concerts mémorables à ma famille et durant nos auditions. Nous n'avions pas grand chose en commun en dehors de ça, alors c'était toujours un plaisir de pouvoir partager.

A l'école on était toujours fourrés ensemble, et quand on essayait de me chercher des noises ou de me pourrir la vie... il ne tardait généralement pas à débarquer pour botter des fesses. Et... je l'aidais en général. Ah ? Son prénom ? Anatole. Ouais, ça fait bourge hein ? Je ne sais pas pourquoi mes parents ont autant aimé ce prénom... je préfère mille fois Luce. NON PAS LUCIE, j'ai pas fait de fautes d'orthographe, d'accord ? C'est Luce. Bref, ce n'est qu'après le lycée que les choses ont commencé à se corser !

Et encore... là non plus on va dire que j'ai été plutôt du genre préservée. Je veux dire... à part deux trois relations amoureuses plutôt foireuses et désastreuses, deux trois idiots qui ont tenté de me harceler sur les réseaux sociaux, des filles jalouses qui ont fait naître des rumeurs sur moi... ma vie était paisible. Pas de quoi crier au cauchemar. Mais plus on grandissait avec mon frère, plus nos chemins se séparaient.

Lui, il avait découvert les joies de l'architecture et rêvait de faire une école à l'autre bout du monde pour pouvoir travailler dans cette branche. La musique était passée au second plan... alors que pour moi : c'était resté l'essentiel. Je voulais en faire mon métier, je voulais passer mon savoir et devenir professeure. Bref... ce fut un véritable coup dur pour moi d'apprendre qu'il avait soudainement souhaité s'en aller au Canada pour faire une prépa et une grande école.

Je ne peux nier m'être sentie délaissée et en colère à cet instant précis. Je l'ai laissé partir en le traitant froidement. Impulsif comme il était – à peu près autant que moi – il est parti en furie et sans plus donner de nouvelles. Aujourd'hui, je regrette de lui avoir dit que je le détestais, qu'il m'abandonnait et que je ne voulais plus le voir. J'aurais du lui accorder plus d'amour, d'attention plutôt que de réagir aussi bêtement. Nous ne nous étions pas souvent disputés dans notre vie, c'était souvent violent, mais nous nous réconcilions rapidement.

Là, je crois que je suis allée trop loin. Il avait simplement besoin d'être rassuré, de soutien, et moi j'ai eu la bêtise de lui donner tout le contraire, d'être égoïste. Celui que j'avais toujours eu avec moi, qui m'avait toujours encouragée et défendue s'en allait et me laissait de côté... à croire que ça avait été trop dur pour moi de lâcher prise sur lui. De mon côté, j'avais prévu de m'inscrire dans une école de musique privée de renommée pour pouvoir continuer la musique à haut niveau. J'avais d'ailleurs commencé mon année...

Mais les choses prirent une autre tournure... Depuis quelques temps, j'avais remarqué que ma peau brillait étrangement. Comme si j'y avais mis des espèces de paillettes... je ne me posais pas vraiment de questions, tout allait plutôt bien... jusqu'à ce fameux jour : pendant une audition de piano. Je jouais paisiblement, quand mes mains se crispèrent de douleur pour échapper des notes dissonantes à souhait. Je grimaçais et serrais mes bras contre moi... quand j'entendis les bruits de stupeur du jury et de l'assemblée.

Je baissais les yeux, sentant d'étranges pointes solides contre mon torse. Et je vis du verre sortir de ma peau. Mes yeux s'étaient écarquillés, j'avais regardé autour de moi avec panique avant de me lever avec précipitation dans un « E... excusez moi ! » suraigu. Et la demoiselle que je suis avais quitté la sale sans plus attendre. Je ne comprenais pas ce qui pouvait bien m'arriver, mais enfermée dans les toilettes de l'école je tirais sur ces pointes pour tenter de les enlever. Et à part me faire vraiment mal... je n'y arrivais pas.

Je pleurais, à chaudes larmes. Et, alors que je serrais les poings pour ne pas trop gémir de douleur, j'ouvris les yeux en tentant de reprendre mes esprits... pour voir une poussière très fine et scintillante flotter autour de moi. Je la frôlais du bout des doigts, elle semblait glisser autour, suivre mes mouvements. Je fermais ma main dans un mouvement de recul totalement réflexe et... une sphère en verre se forma avant de tomber au sol et d'éclater. C'était bien... du verre. Comme sur mes bras. J'étais à la fois paniquée et fascinée, je tentais de créer d'autres sphères en répétant plusieurs fois le même geste. Parfois sans succès.

Le sol était couvert de débris, mais ceux dans ma peau avaient disparu. Je décidais de rentrer chez moi... et d'en parler à mes parents. Je leur confiais tout, y compris ma peur de retourner à l'école de musique... Surpris de voir un de leur enfant être un de ces mutants, ils ne surent pas trop comment réagir... et décidèrent d'accepter et de me rassurer. Mais, ils me demandèrent de retenter encore une fois, de retourner en cours. Sauf, que les rumeurs avaient déjà eu le temps de se propager à mon sujet, déformées, amplifiées. On me regardait de travers : profs comme élèves il n'y avait pas d'exception. Je ne me sentais plus à place et j'avais du mal à travailler, mes notes et capacités chutaient.

Une discussion sérieuse eut lieu avec mes parents, je ne voulais pas prendre le risque de développer une phobie scolaire et sociale. Je refusais de retourner dans cet endroit sans mon frère pour pouvoir me rassurer et me protéger. Son absence était définitivement plus dure à supporter que ce que je pensais... Mes parents hésitèrent pas finirent pas accepter de me changer d'école. J'avais même le luxe de pouvoir choisir ! Alors... après quelques recherches sur internet, je leur montrais Summerbridge et son Université.

Je ressentais le besoin de changer d'air, de voir autre chose, j'avais le sentiment de pouvoir résoudre tous mes problèmes y comprit la solitude qui me rongeait en m'installant sur cette île... Je pris l'avion avec détermination et débarquait après le début d'année dans un endroit où tout le monde parlait anglais... Heureusement que cette langue était ma préférée. Il ne me restait plus qu'à croiser les doigts pour apprendre à maîtriser ce pouvoir tombé de nul part.
Derrière l'écran
Pseudo : Babao
Âge : lvl 26
Avis sur le forum : alors c'est super moche mais bon je vais rester indulgente vu que c'est une grand-mère qui a codé quoi.
Tu nous a connu comment ? je suis venue directement de Pluton
Mot de la fin : DABASOUS.

Code:
[b]Glass maker[/b] • création et manipulation du verre ▬ [i]Luce J. Martel[/i]
Code:
OC (féminin) • Tofuvi ▬ [i]Luce J. Martel[/i]



Dernière édition par Luce J. Martel le Mer 31 Oct - 16:24, édité 5 fois

● ● ●
cuz i'm a unicorn. if you doubt it you're blind. see how fabulous i am ? I'm so b.... wait... is that a kitty cat ? omg this is a kitty cat ! you're too cute to be true let me hug youuuu ~


Viens jouer mon jumeau maléfique, viens ~ ♥️
avatar
Âme d'artiste
Groupe : Civis
Messages : 80
Points RP : 450
Inscription : 30/07/2018

Re: Luce J. Martel - Oui je scintille mais ne m'appelle PAS Bella. On est PAS dans Twilight. [DJ DJOUD]

le Mer 31 Oct - 11:10
Ce personnage est priceless, doux comme un nuage et jelem.
On peut dire rebienvenue à une mamie ?
Dans le doute .. REBIENVENUE !
avatar
Admin • As du clavier
Groupe : Mutatis
Messages : 223
Points RP : 650
Inscription : 16/02/2018

Re: Luce J. Martel - Oui je scintille mais ne m'appelle PAS Bella. On est PAS dans Twilight. [DJ DJOUD]

le Mer 31 Oct - 12:11
Oh mais que voilà


● ● ●
Life is now
avatar
Fonda
Groupe : Tractamus
Messages : 15
Points RP : 20
Inscription : 30/10/2018

Re: Luce J. Martel - Oui je scintille mais ne m'appelle PAS Bella. On est PAS dans Twilight. [DJ DJOUD]

le Mer 31 Oct - 14:49
Marci cest fort beaucoup cute
Je crois que j'ai terminé après quelques mises à jour et ajout de précisions

● ● ●
cuz i'm a unicorn. if you doubt it you're blind. see how fabulous i am ? I'm so b.... wait... is that a kitty cat ? omg this is a kitty cat ! you're too cute to be true let me hug youuuu ~


Viens jouer mon jumeau maléfique, viens ~ ♥️
avatar
Co-fonda • Seider
Co-fonda • Seider
Groupe : Tractamus
Messages : 534
Points RP : 1497
Inscription : 03/05/2016

Re: Luce J. Martel - Oui je scintille mais ne m'appelle PAS Bella. On est PAS dans Twilight. [DJ DJOUD]

le Jeu 1 Nov - 14:09

- CONGRATS HONEY -

T'es validée ! C'est t'y pas magnifique ? C'est le moment de te jeter dans le grand bain et de commencer ton aventure sur le forum ! Pour que tu sois pas toute perdue et que tu cherches pas pendant 10 ans où tu dois aller, on te met des petits liens juste là :
> Créer ta fiche de liens
> Faire des demandes de liens
> Faire des demandes de RP
> Créer la messagerie de ton perso
> Créer ton journal intime

Pour pouvoir savoir tout ce qui se passe sur le fofo, on te propose de cliquer sur les petits liens ci-dessous. Tu verras, ça te mettra automatiquement des notifications quand il se passe quelque chose d'important :
> Evénements et animations du forum
> Annonces de maintenances du forum

● ● ●
Contenu sponsorisé

Re: Luce J. Martel - Oui je scintille mais ne m'appelle PAS Bella. On est PAS dans Twilight. [DJ DJOUD]

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum