♫ ~ Voteland
Vote toutes les deux heures et tu auras un bisou de Liam. ♥
Les posteurs les plus actifs du mois
152 Messages - 19%
126 Messages - 16%
118 Messages - 15%
116 Messages - 15%
94 Messages - 12%
56 Messages - 7%
36 Messages - 5%
31 Messages - 4%
29 Messages - 4%
25 Messages - 3%

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Les trois mousquetaires
Groupe : Hominum
Messages : 79
Points RP : 470
Inscription : 23/07/2018

Céleste Fauvel - Straight outta Calvados [TC Lombarbie]

le Lun 23 Juil - 19:21


Céleste Fauvel

19 ans ᵜᴥ 24 mai ᵜᴥ 1m68 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ Rouges ᵜᴥ Blanc ᵜᴥ Majeure : Médecine ᵜᴥ Mineure : Journalisme ᵜᴥ Energique ᵜᴥ Bienveillante ᵜᴥ Piquante ᵜᴥ Férue de pop-culture ᵜᴥ Reine de la débrouille ᵜᴥ Banlieusarde ᵜᴥ Ses amis sont une deuxième famille ᵜᴥ Surdouée ᵜᴥ Casse-cou ᵜᴥ Vraiment maladroite ᵜᴥ Troubles de la concentration ᵜᴥ Obstinée ᵜᴥ Donne l'air d'avoir une totale confiance en elle mais doute sans cesse de ses choix ᵜᴥ Indécise sur son avenir  ᵜᴥ Espère secrètement, sans se l'avouer, que son père réglera tous ses problèmes

Mon histoire
Céleste Fauvel avait décidé très tôt qu’il serait préférable de l’appeler uniquement par la première syllabe de son prénom, ce en vertu de l’accablante découverte des étranges liens de parentés entre le roi Babar et sa femme homonyme, quoique cela ne soit devenu que très récemment un problème aux yeux des différentes monarchies, au moins occidentales. Ce détail cependant, nous intéresse assez peu pour ce que va être la suite de cette histoire.

Née avec des cheveux et une peau d’une extrême pâleur, ainsi qu’avec des yeux rougeoyants, Céleste devait apprendre assez tôt, quoique de manière évasive, que cette particularité lui venait vraisemblablement de son père, lequel avait bien malheureusement eu l’idée saugrenue de ne jamais apprendre avoir généré une progéniture viable.

La mère de Céleste quant à elle, en avait au contraire une conscience tout à fait accrue, particulièrement au moment où elle devait changer une couche dans son minuscule et vétuste appartement londonien à 2 heures du matin, soit 2 heures avant de se lever pour aller travailler à un petit boulot sordide. Il faut dire aussi que pour une femme supposée être stérile, elle avait été tout à fait prise de court en apprenant l’arrivée de ce bébé en son sein, et en avait conçu une joie telle qu’elle avait abandonné ses études de droit international pour se consacrer à ce petit bout de vie. Ce qui du point de vue de bien des observateurs extérieurs, aurait été qualifié tour à tour de folie, d’inconscience, de terrible gâchis, de connerie par les moins poli, et même de cuisson parfaite par des gens n’ayant visiblement pas écouté la question. Fort heureusement, on ne demanda jamais leur avis à ces gens-là sur la situation, ce qui évita bien des problèmes.

Quelque part dans un cabinet médical cossu, un médecin éternue, et se gratte distraitement l’oreille avec cette inadvertance que l’on a lorsqu’on ne sait pas bien dire d’où vient cette indéfinissable gêne qui nous prend.

Après 5 années de ce régime-là, Ophélia Fauvel, acculée par les difficultés financières communément admises comme étant celle d’une mère célibataire d’un enfant en bas âge, payée au salaire horaire minimum dans l’un des villes les plus chères d’Europe, et encore, sans compter la taxe d’habitation, se résolut à retourner vivre auprès de ses parents dans une vétuste, mais non mais viable banlieue HLM dans le Calvados. Un changement de cadre certes radical, mais qui présentait au moins l’excellente qualité de réduire considérablement le nombre de tasse de thé noir bon marché coupé au lait consommé de manière quotidienne ; cette manière de le consommer étant mondialement connue et reconnue comme « Pas franchement terrible », à l’exception bien sûr de la perception anglaise.

Ce fût donc dans un contexte modeste, mais néanmoins convivial que grandi Céleste, laquelle se révéla être particulièrement douée dans l’exercice qui consiste à siffler sous les fenêtres d’un ami, en réveillant au passage tous les bébés faisant la sieste dans les appartements voisins, afin d’attirer l’attention de l’ami susdit, et de lui poser cette question devenue culte : Hé Manu, tu descends ?

Poussant comme une fleur de pissenlit tenace perce le béton au pied d’une barre d’immeuble délavée, Céleste excellait plutôt dans les activités typiques de sa cité qu’étaient le zonage dans les cages d’escalier, les tests du scoot’ fraichement débridé de Brahim sur le parking du super U le dimanche après-midi, l’esquive de rendu de carnet de note, l’esquive des explications concernant le carnet de note, l’esquive des réunions parents-profs, l’esquive des devoirs, et l’esquive de tout ce qui avait trait avec l’école de manière générale. A cela s’ajoutait bien sûr le squattage du seul terrain de basket au béton craquelé du quartier, la musique écoutée sur les hauts-parleur de qualité douteuse des téléphones portables, des cours d’arts martiaux au dojo du quartier, l’innovation perpétuelle de l’argot local, les cours de planche à voile pour lesquels ses grands-parents acceptaient les 2 heures de route aller-retour vers la côte, le tag régulier de la mention « nique la police » sur de pauvres murs n’ayant rien demandé, des jeux de ballons divers et variés, ainsi qu’au moins une soirée Kem’s hebdomadaire avec sa mère et ses grands-parents.

Un choix de jeu bien malheureux, car comme chacun le sait, nécessitant d’être un nombre paire ; élément qui se révéla être un obstacle non négligeable pour la poursuite de cette tradition lorsque Ophélia Fauvel mourut d’un accident de la route, dans l’année des 13 ans de sa fille. Ainsi ce choix maladroit, quoique tout à fait involontaire, se révéla être tragiquement révélateur et amplificateur du terrible sentiment d’absence qui accompagne le décès d’un être cher chez toute personne normalement constitué. Et normalement constituée, Céleste l’était, merci pour elle.

En vertu de cette constitution des plus normales, et de la relation somme toute fusionnelle qu’entretenaient la mère et la fille, s’ensuivit pour Céleste une période de consultation de différents spécialistes dédiés à l’aider à surmonter l’épreuve ; ce qu’ils firent avec plus ou moins de brio. Ils en profitèrent également pour avoir la bonne idée de détecter le fait que la jeune femme était en vérité surdouée, ce qui expliquait au moins en partie son échec scolaire. L’autre partie étant expliquée par l’étonnante tendance au mimétisme social qu’ont les humains, et par conséquent par des tentatives d’insertion sociale dans un milieu où la réussite scolaire n’était pas matière à admiration.

Ce constat fait, la vie de Céleste suivit son cours avec une hausse significative de ses performances scolaires, car comme saura si bien vous le dire la morale de toute trilogie de science-fiction dystopique pour adolescent raisonnablement médiocre, incluant au choix un labyrinthe, une arène ou un mur : la vie continue.

Et c’est à l’aube de ses 19 ans, après une année de PACES réussie, quoique que pas fondamentalement motivante, que Céleste apprit de ses grands-parents le nom de son géniteur, lequel se révéla être, après quelques recherches internet, un éminent professeur, brillant chercheur, remarquable historien de l’art, exceptionnel chimiste, et très piètre être humain : Ulrich Kaiser.
Il en fallait plus pour décourager Céleste, qui, bien décidée à faire connaissance avec cet homme qu’on lui avait toujours caché, avait posé sa candidature pour l’université de Summerbridge, ce malgré les moyens bien trop faible de ses grands-parents, lesquels n’avaient pas voulu tuer ses espoirs dans l’œuf, malgré un compte en banque en parfaite adéquation avec l’immeuble décrépi dans lequel ils vivaient.

Mais par une heureuse coïncidence, et pour des raisons rôlistiques manifestes, monsieur Kaiser se trouvait avoir un ami, Basil Hirsh de son nom, lui-même professeur à Summerbridge, qui par une encore plus heureuse coïncidence, se trouvait lui-même avoir un pouvoir tout à fait particulier, lui ayant permis d’apprendre bien à l’avance l’existence de cette enfant ignorée. Aussi, voyant le nom de l’enfant en question passer sur les listes, décida-t-il de se charger de régler les frais de scolarité problématique. L’histoire ne nous dit pas s’il fit cela par altruisme ou pas désir de pouvoir se moquer ouvertement de son ami. En revanche, force est de constater que l’accumulation substantielle de coïncidences fortuites dans cette dernière partie de notre récit nous porte à soupçonner un pouvoir endormi dans les gênes de notre héroïne.

A moins que votre serviteur ici présent n’ai eu un remarquable éclair de lucidité en réalisant après écriture une dernière incohérence vis-à-vis d’une sombre histoire de frais de scolarité, ce qui est au passage l’une des raisons valable de son opposition au capitalisme, et qu’il ne se soit par conséquent décidé à induire avec beaucoup de subtilité des rebondissements vaguement plausibles à son histoire.
Derrière l'écran
Pseudo : Toujours Mamie
Âge : Toujours aussi vieille
Avis sur le forum : Je vous aime toujours autant
Tu nous a connu comment ? Toujours aussi peu de mémoire pour vous le dire
Mot de la fin :

Code:
rinka Urushiba  • Tokyo ESP ▬ [i]Céleste Fauvel-Kaiser[/i]

avatar
Co-fonda • Seider
Co-fonda • Seider
Groupe : Tractamus
Messages : 540
Points RP : 1577
Inscription : 03/05/2016

Re: Céleste Fauvel - Straight outta Calvados [TC Lombarbie]

le Sam 28 Juil - 14:34

- CONGRATS HONEY -

T'es validée ! C'est t'y pas magnifique ? C'est le moment de te jeter dans le grand bain et de commencer ton aventure sur le forum ! Pour que tu sois pas toute perdue et que tu cherches pas pendant 10 ans où tu dois aller, on te met des petits liens juste là :
> Créer ta fiche de liens
> Faire des demandes de liens
> Faire des demandes de RP
> Créer la messagerie de ton perso
> Créer ton journal intime

Pour pouvoir savoir tout ce qui se passe sur le fofo, on te propose de cliquer sur les petits liens ci-dessous. Tu verras, ça te mettra automatiquement des notifications quand il se passe quelque chose d'important :
> Evénements et animations du forum
> Annonces de maintenances du forum



● ● ●
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum