♫ ~ Voteland
Vote toutes les deux heures et tu auras un bisou de Liam. ♥
Les posteurs les plus actifs du mois
152 Messages - 19%
126 Messages - 16%
118 Messages - 15%
116 Messages - 15%
94 Messages - 12%
56 Messages - 7%
36 Messages - 5%
31 Messages - 4%
29 Messages - 4%
25 Messages - 3%

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Groupe : Civis
Messages : 16
Points RP : 70
Inscription : 08/07/2018

Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 3:46


Ryuunosuke Masao

27 ans ᵜᴥ 21 Février 1991 ᵜᴥ 1m78 ᵜᴥ ♂ ᵜᴥ yeux vert ᵜᴥcheveux brunᵜᴥ  professeur de sportᵜᴥ Assez cynique ᵜᴥ Franc ᵜᴥ Grand coeur ᵜᴥ Strict ᵜᴥ Plutôt sociable ᵜᴥ Humoriste un peu idiot a ses heures ᵜᴥ Mauvais cuisinié ᵜᴥ Fidèle ᵜᴥ Fiable ᵜᴥ Ne se laisse en aucune cas marché sur les pieds ᵜᴥ Fêtard sur les bords

Mon pouvoir
Masao a l’étrange capacité de faire apparaître ce qui ressemble à des bulles noires opaques visuellement, mais dont la matière est.. et bien on a pas encore trouvé en fait. Ce n’est pas comme si elles étaient étudiables puisqu’elles éclatent en fumée et se reforment plus loin lorsque quelqu’un les touches sans l’autorisation explicite de Masao. Mais en tout cas, elles sont suffisamment solide pour ne pas éclater en touchant le sol, un objet ou quelqu’un (lorsque se sont elles qui foncent sur les gens). On sait toutefois qu’en fonction de ce que souhaite leur détenteur, les bulles changent de nature et peuvent rebondir, aspirer, recracher, coller, etc. tant qu’il en a l’imagination pour l’imaginer.

Toutefois, en contrepartie, plus son utilisation se prolonge dans le temps, plus il perd le contrôle sur ses bulles. Et quand il en perd le contrôle, ce n’est pas “elles disparaissent et on en parle plus”, non c’est plutôt “elles restent dans la réalité et se mettent à faire un peu ce qu’elles veulent”, pas indéfiniment, mais durant l’heure suivant sa perte de contrôle, après, pouf, elles disparaissent ! Elles ne vont faire de mal à personne, bien entendu, mais elles ont un ‘caractère’ assez malicieux qui les fais agir parfois de façon… bizarre. Naturellement, abuser de son pouvoir va épuiser son corps et causer des migraines et une fatigue ophtalmique de la légère à absolument insupportable suivant le degré d’abus et la fatigue lui tombera dessus dans l’heure qui suivra.
Après s’être reposé de façon correct, rien ne l’empêche de recommencer. (3h de repos en moyenne après une utilisation normale, 24h après un abus total)

En résumé :
Pouvoir : fait apparaître et contrôle des bulles noires de 1 à 77cm de diamètre aux capacités diverses mais globalement inoffensives.
Contrecoups :
Entre 0 et 5 bulles : peut les contrôler 10h d’affiler avant de perdre le contrôle.
Entre 5 et 10 bulles : peut les contrôler 3h d’affiler avant de perdre le contrôle.
Plus de 10 bulles (son max étant 20) : peut les contrôler durant 1h avant de perdre le contrôle.
Leur taille n’affecte pas son temps de contrôle.
Si il s’obstine malgré tout, passer les 2h après la première perte de contrôle, il recevra tous les contrecoups au maximum, ne laissant alors qu’un Masao-loque sur le sol.
Fatigue, fatigue ophtalmique, migraines ophtalmique, migraines.
Mon histoire
-

My lover's got humour
She's the giggle at a funeral
Knows everybody's disapproval
I should've worshiped her sooner


-

Ouch, sa tête faisait atrocement mal. C'était décidé, il ne boirait plus autant, urgh, que ça faisait mal ! Il échappa un soupir à fendre l'âme et le regretta aussitôt alors que les fibrations, bien que presque inexistantes, se réverbéraient jusque dans son pauvre cerveau malmené par l'alcool. Le soleil perçait presque trop joyeusement à travers ses rideaux, faisant apparaître sa chambre plus sombre qu'elle ne l'était en réalité mais n'apaisant en rien son mal de crâne. Il n'entendait rien, les sons rendus étouffés et cotonneux. Par l'alcool bien entendu, encore et toujours ce foutu alcool ! Masao grinça des dents et relâcha sa prise sur ses draps, détendant son corps pour apaiser ses muscles fatigués. Quel jour était on ? Pas un jour de cours, il n'aurait jamais bu autant une veille de cours. En fait, il n'aurait jamais autant bu d'habitude. Si seulement ils étaient encore là.
Bo-bom.
Le souvenir flou et peu précis de son cerveau ralenti se joua derrière ses paupières clauses alors qu'il inspirait et expirait à intervalles réguliers, comme assoupi. Il lissa la couverture sous sa main.
Bo-bom.
Aaah, oui, au fond de lui, ce léger abus avait une raison, un but, une conséquence. Il rouvrit les yeux et scruta longuement le plafond, laissant sa migraine s'effilocher au fil des heures à ne rien faire, juste à rester sous ses draps à réfléchir, seul.
Bo-bom.
La solitude, quelle chose affreuse, elle rampe et accroche ses griffes dans l'âme des gens pour y creuser son nid douillet et leur murmurer quelques trucs sombres au creux de l'oreille. À cette pensée, Masao renifla avec dérision, roula dans son lit pour en sortir et posa ses pieds sur le sol carrelé. Le contraste entre sa chaleur corporelle et la température glacée du sol envoya quelques piques jusqu'à son cerveau, le forçant à se tirer de ses réflexions philosophiques chelous. Allons bon, le voilà bon pour discuter avec le prof de cette matière quand les cours reprendraient. Il bailla, repoussant les quelques mèches de cheveux cherchant à organiser une mutinerie vers l'arrière et partie se réfugier dans la salle de bain où il ne tarda pas à tourner la température de l'eau vers un tiède/froid satisfaisant.
Bo-bom.
La solitude, hein.

-

If the Heavens ever did speak
She is the last true mouthpiece
Every Sunday's getting more bleak
A fresh poison each week


-

Les jours passent et se ressemble, Masao lui, continue de nouer de nouveaux liens et d'en briser d'autres, cherchant sans le savoir à donner une place importante aux gens autour de lui essayer d'atténuer la désagréable sensation essayant de se loger quelque part près de son cœur. Ce n'était pas dans ses habitudes de chercher à comprendre indéfiniment la provenance d'une chose. Non, il fallait juste qu'il trouve ce qui apaiserait cette sensation, et tout serait réglé. Mais si tout était aussi simple, où serait le challenge ? Nul part en réalité. Donc la vie continuait à être rythmée par le temps passant, les secondes s'égrenant, les aiguilles tournants. Masao, dans sa recherche de trouver une réponse à ce qui lui rongeait délicatement l'âme, continua d'être qui il était. Un tyran diront les élèves, un collègue sympathique diront les autres profs, un homme franc diront certaines personnes, un connard en diront d'autres. Y avait-il honnêtement tant de Masao différent ? Pas vraiment, juste un Masao prit à différent moment.
Observant ses élèves tourner autour du stade pour ces dernières minutes de sport avant la fin de ce Vendredi après midi, le brun traquait de ses yeux verts la moindre petite imperfection dans l'exercice qu'il leur avait donner. L'absence et la solitude ne lui ferait pas perdre de vue ce qu'il avait l'habitude d'être ou de faire. En soi ici, torturer les élèves. Enfin, c'est ce qu'ILS disaient. Lui se contentait d'affirmer vouloir obtenir le meilleur d'eux. Alors certes il était strict, pour autant, personne ne pouvait se plaindre de notes mauvaises dans son cours. Pour noter, il fallait prendre en compte les efforts de l'élève en plus de son niveau. Rabaisser un élève parce qu'il n'arrivait pas à faire correctement un exercice était contre productif. Aussi, oui, il était strict, mais il ne mordait pas non plus ! Les élèves en faisaient tout un fromage pour pas grand chose selon lui, hmph.
La cloche retentit à ce moment là, permettant à ses élèves les plus fatigués de s'écrouler au sol comme des loques dépourvues de vies. Agitant un doigt menaçant dans leur direction alors qu'il entendait leurs plaintes habituels, il s'approcha d'eux avec l'air de celui qui est frais comme au saut du lit.

- Si vous avez la force de mon plaindre, vous avez la force de traîner vos fesses jusqu'aux vestiaires pour vous changer ! - cria le professeur, un sourire maniaque sur les lèvres - Et puisque vous vous plaignez, vous rangerez le matériel avant de partir ! -

Voyant le regard de merlan frit qu'on lançait dans sa direction, Masao claqua plusieurs fois des mains pour réveiller ses élèves.

- Allez ! On se bouge j'ai pas que ça à faire ! Je vous signale que je fais ça tous les Vendredis normalement hop hop hop ! -

Dans un même mouvement, les élèves se dépêchèrent d'obéir. Certes le prof était sympa, mais tester sa patience c'était se risquer sous des foudres que personnes, PERSONNES, ne voulaient tester. Allez savoir pourquoi. Ceci fait donc, il les libéra pour le week end, lui même quittant l'établissement peu de temps après, s'assurant tout d'abord que tout était bien ranger avant de partir, rentrant chez lui alors que l'ennui s'invitait dans sa tête. C'était là le soucis de ne plus avoir ses meilleurs amis proche de soi. Il avait mit du temps à s'en rendre compte. Certes, ils avaient littéralement était son monde durant une partie de sa vie, et plus encore Hajime, mais de là à ne pas réussir à passer au dessus de l'éloignement ? Masao se laissa tomber dans la canapé avec un *FLOP* qui résonna presque dans le silence de l'appartement, le laissant un peu constater l'impact de leur absence sur son moral.
Alors, comme un enfant piquant une crise, il attrapa un de ses coussins et cria dedans, frustré et agacé de se rendre compte qu'il était totalement dépendant d'au moins une des deux personnes l'ayant quitté. Quand le silence revint dans l'appartement et qu'il enleva le coussin de son visage, ses joues étaient rouges, les yeux obstinément fixés sur le plafond alors qu'il était clair pour n'importe qui que l'adulte boudait. Il boudait parce que dépendre entièrement ou presque de ses amis n'avait jamais été son but. Et ça le frustrait, le frustrait à un point où il avait envie de frapper quelque chose ou quelqu'un. Mais il n'en fit rien. Il n'en fit rien parce que Hajime si il l'apprenait - et il l'apprendrait, il en était sur - le lui ferait payer au quintuple. Il avait envie de s'arracher les cheveux tellement la situation était stupide. Stupide et FRUSTRANTE.

-

"We were born sick", you heard them say it
My church offers no absolution
She tells me 'worship in the bedroom'
The only heaven I'll be sent to
Is when I'm alone with you


-

Masao, comme les autres enfants, était con et ne connaissait pas les blessures que pouvaient laisser les mots dans l'esprit d'un autre enfant. Un enfant, c'était cruel et ça n'avait aucune limites, parce qu'il ne les connaissaient pas, et quand il en apprendrait plus sur ses limites, il ne se souviendrait plus de ses 'erreurs de jeunesse'. C'était regrettable. C'était regrettable, mais Masao n'était plus un enfant lorsque le nouveau, aveugle, avait rejoint le dojo. À 18 ans tu n'es pas un enfant. Mais tu peux encore être un petit con qui ne connait pas ses limites.
Alors il n'y a pas à hésiter, à l'époque il était con. Oui mais voilà, quand ta victime choisie décide de ne pas jouer son rôle et finit par te faire voir ta propre connerie, tu ne peux que murir. Au fil de ses confrontation avec Hajime, il lui avait fallu moins d'un an pour se ranger aux côtés de celui qui devint son ami. C'était une bonne chose.
C'était une bonne chose, songea Masao, un sourire en coin en songeant à ce passage de sa vie, à sa rencontre avec Mako, l'amie de Hajime, celle qu'il rejoignit d'ailleurs, pour essayer de forcer leur ami commun à se dérider un peu. C'était nostalgique, et en même temps ça lui rappelait que ses amis, les années passants, ne l'avaient pas oublié. Alors pourquoi l'oublieraient-ils maintenant ? Pourquoi s'inquiéter de quelque chose n'étant pas encore arrivé ? Et, il l'espérait honnêtement, n'arriverait jamais.

-

I was born sick, but I love it
Command me to be well

Amen. Amen. Amen.


-

Sa main glissa sur la couverture du magasine, observant le titre d'un air absent avant de juste le repousser plus loin sur la table et de nicher son visage entre ses bras croiser. C'était... vide, incroyablement et ENNUYEUX. Il ne savait pas quoi faire pour occuper ses journées, parcourant les rues de la ville de long en large et en travers au fil des jours passant, jonglant avec ses bulles comme si il n'avait rien de mieux à faire. Des bulles qui, à l'âge de ses cinq ans, étaient apparues, facétieuses mais utiles en même temps ; amusant avec facilité l'enfant qu'il était à l'époque . Il soupira. Qu'avait-il de mieux à faire maintenant ? Pas grand chose, tout ce dont il avait obligation était rigoureusement fait, mais et ensuite ? Rien. Le plat absolu. Calme, sans fin et incroyablement irritant à mesure que les jours défilaient, l'éloignant de ses amis un peu plus. Ooh ils se parlaient toujours, le téléphone vous connaissez ? Mais ce n'était pas pareil, il ne les avaient pas là avec lui et c'était... perturbant.
Au début seulement, car maintenant c'était juste la sensation d'une perte. Sa relation était fusionnelle, n'en déplaise aux personnes étriquées d'esprit, ils pouvaient bien le fixer avec réprobation ou répulsion, au final que savaient-ils ? Rien. Alors il n'allait pas se laisser juger par ces gens, il vivait sa vie comme il l'entendait après tout. Hmmant avec beaucoup de satisfaction, il arrêta de fixer les étoiles pour se relever, les mains dans les poches et un petit sourire satisfait au coin des lèvres. Eeeh. Ce n'était pas si terrible quand il y re-songeait. Car il avait conscience de ce lien, un lien qui lui permettait, pour le moment, de tromper l'absence.

-

Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins so you can sharpen your knife
Offer me that deathless death
Good God, let me give you my life


-

Les secondes s'égrènent sur le tic-tac lancinant de l'horloge, l'attente tue à petit feu le peu de patience qu'il possède mais il reste là, debout, son index jouant avec le coin de son courrier, ses yeux perdus sur le bois brun de la table. Quelle patience pour ce qu'il sait déjà ? Quelle attente, si ce n'est celle de ce sourire qui étire ses lèvres, découvrant ses dents comme un prédateur ayant finit par coincer sa proie. Ses luisent et il hmm de bonne humeur, plaquant le courrier contre la table, passant distraitement son pouce sur les lettres élégamment formées. Oooh, avoir de la patience, même peu, était une bonne chose, et savoir taire certaines informations était une toute aussi bonne chose. Il devrait fêter ça !
C'est donc d'un pas guilleret qu'il quitta la table, délaissant son courrier pour se diriger vers la cuisine. Pour fêter ça, il allait cuisiner ! Et avec cette décision, il oublia toutes catastrophes culinaires ayant déjà eut lieu avec lui dans une cuisine.

-

Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins so you can sharpen your knife
Offer me that deathless death
Good God, let me give you my life


-

Tout autour de lui n'était qu'effervescence et passage de personnes d'un endroit à un autre. C'était bruyant et plein de vie. Masao aimait bien ce genre d'endroit, ils chassaient l'ennui et permettait de découvrir tout un tas de gens, souvent de loin, souvent pour pas longtemps, mais c'était diversifié, amusant, et ça entretenait son attention. Car maintenant qu'il était là, il fallait attendre. Attendre car comme n'importe qui, il venait en avance à ce genre de truc. Normal me direz vous, si on ne veut pas être en retard ou rater un truc important, on vient en avance. Masao était pareil, observant donc les gens aller et venir. Parfois calmement, parfois rapidement, certains avaient le temps, d'autres étaient pressés. Certains étaient anxieux, d'autres en colères. La joie, l'impatience, la fébrilité, la peur. Puis l'attente, la patience, l'impatience et les imprévus se livraient un combat sans merci pour l'emporter sur cette cacophonie orchestrée.
Voyant une famille passer devant lui, Masao hmma, tirant un peu plus sur sa patience pour rester courtois et aimable. Si on comparait à ces dernières semaines, il ne devait pas craquer. Il ne devait pas craquer, car ce serait risible à seulement quelques heures de ce qu'il avait nommé dans sa tête "La Fin". Oooh non il n'allait pas se jeter sous les railles d'un train, au contraire, la solitude avait été chassé de son âme, et la nostalgie était douce et non amère. Masao regarda l'heure et sourit.
Bientôt bientôt.
Il ne pouvait retenir un sourire fourbe. Quelques heures encore et ce serait bon, l'absence se tairait, la solitude définitivement envolée.
Bientôt bientôt.

-

No masters or kings when the ritual begins
There is no sweeter innocence than our gentle sin
In the madness and soil of that sad earthly scene
Only then I am human
Only then I am clean

Amen. Amen. Amen.


-
Derrière l'écran

Pseudo : Morty
Âge : 21 ans & déjà vieille dans ma tête héhé
Avis sur le forum : C'est bô, pis j'vais pouvoir faire chier Hajime huhu ♥️
Tu nous a connu comment ? *pointe Hajime du doigt* TOUT EST DE SA FAUTE !
Mot de la fin : J'vous aimes, mais juste un peu

Code:
[b]Professeur de sport[/b] • A l'Université ▬ [i]Masao Ryunnosuke[/i]
Code:
[b]Bulles Fumées[/b] • fait apparaître et contrôle des bulles noires de 1 à 77cm de diamètre aux capacités diverses mais globalement inoffensives ▬ [i]Masao Ryunnosuke[/i]
Code:
Okita Soji • Hakuoki shinsengumi kitan ▬ [i]Masao Ryunnosuke[/i]



Dernière édition par Masao Ryunnosuke le Dim 8 Juil - 20:04, édité 2 fois
avatar
Admin • Anémone célèbre • Cobaye
Groupe : Corporis
Messages : 2400
Points RP : 4158
Inscription : 12/02/2016

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 12:04
j'vais pouvoir faire chier Hajime huhu ♥️

Vilaine

Mais j'ai hâte de voir ça What a Face

Et bienvenue sur le forum!!

● ● ●



avatar
Groupe : Hominum
Messages : 76
Points RP : 220
Inscription : 26/06/2018

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 12:21
Bienvenue !
avatar
Animateur
Groupe : Civis
Messages : 76
Points RP : 150
Inscription : 04/07/2018

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 13:01
Oh. Un prof de sport. Bienvenue !

● ● ●
Ils m'aimeront pour ce qui me détruit. Le glaive dans mes rêves. La poussière de mes pensées. La maladie qui se propage dans les plis de mon esprit.
Génie Caractériel cynique amer décadent et  Vous m'adorez pour ça.
Invité
Invité

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 14:43
J'approuve tellement ce choix de prédef, gosh, et j'aime bien la façon dont tu t'en es approprié aussi. **

WELCOME HERE HONEY. *\O/*'

Hâte d'en lire plus sur toi. **
avatar
Groupe : Civis
Messages : 16
Points RP : 70
Inscription : 08/07/2018

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 15:03
Haaan z'êtes tous trop mignons, oui, même toi Ulrich. J'vous aimes tous déjà, un peu, mais quand même. ♥️
avatar
Co-Fonda
Groupe : Civis
Messages : 293
Points RP : 478
Inscription : 26/03/2016

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 15:03
seal of approval sur l'histoire et la cohérence du prédef ♥️
avatar
Admin • Anémone célèbre • Cobaye
Groupe : Corporis
Messages : 2400
Points RP : 4158
Inscription : 12/02/2016

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 19:23
A nous deux mon mignon

Sur le pouvoir, la taille des bulles peut varier si j'ai bien compris, mais dans quelle proportion? Est-ce que ce sont des bulles d'un diamètre de quelques centimètres ou peuvent-elles être de plusieurs mètres?

Ensuite, j'étais un peu confuses à ce moment-là: "Ce n’est pas comme si elles étaient étudiables puisqu’elles éclatent en fumée et se reforment plus loin lorsque quelqu’un les touches sans l’autorisation explicite de Masao. Mais en tout cas, c’est suffisamment solide pour ne pas éclater en touchant le sol, un objet ou quelqu’un."
Du coup, elles éclatent quand quelqu'un les touche volontairement? Mais pas quand elles touchent elles-mêmes quelqu'un, c'est ça?

Sur l'histoire, la fin est assez intrigante... comme Yuudai valide et que c'est son prédef, j'estime donc que c'est suffisant! J'espère en découvrir plus à travers tes rps :))

● ● ●



avatar
Groupe : Civis
Messages : 16
Points RP : 70
Inscription : 08/07/2018

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 19:45
Et bonjour !
Effectivement après relecture mon pouvoir peut être un peu confus parfois, désolée désolée !
Concernant la taille minimum des bulles, c'est 1cm de diamètre, maximum, 77cm de diamètre (ooouh que c'est précis), en fonction de leur taille, leur vitesse de déplacement change, logique.
Et effectivement, cette partie est un peu (carrément) confuse, mais tu l'as bien comprise, malgré tout, est-ce que tu veux que j'édite pour que les autres comprennent ?

Aaah, un peu de mystère n'est-ce pas bien ? Tu découvriras vite ce que ça signifie je te le promet ! B)
avatar
Admin • Anémone célèbre • Cobaye
Groupe : Corporis
Messages : 2400
Points RP : 4158
Inscription : 12/02/2016

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

le Dim 8 Juil - 19:58
Nickel!

Alors oui, je veux bien que tu précises pour la taille des bulles (de 1 à 77, on dirait que c'est comme l'âge précisé pour les jeux de société xD) et que tu éclaircisses la partie légèrement confuse (pour être sûr comme ça que tes futurs partenaires rps puissent bien comprendre ton pouvoir aussi :))

Merci

● ● ●



Contenu sponsorisé

Re: Masao Ryunnosuke - I'm gonna break your silence

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum