Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Mentis
Messages : 21
Points RP : 0
Inscription : 16/05/2018

Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Mer 16 Mai - 17:46


Matthias Neumann

21 ans ᵜᴥ 19 septembre 1997 ᵜᴥ 1m84 ᵜᴥ ♂ ᵜᴥ Bleu gris ᵜᴥ Noir de jais ᵜᴥ  Philosophie ᵜᴥ Religions ᵜᴥ Observateur ᵜᴥ Courtois ᵜᴥ Pondéré ᵜᴥ Cérébral ᵜᴥ Charitable ᵜᴥ Prévenant ᵜᴥ Méthodique ᵜᴥ Hygiénique ᵜᴥ Consciencieux ᵜᴥ Humaniste ᵜᴥ Honnête

Mon pouvoir
Sursum Corda signifie littéralement "Élevons notre cœur". C'est une formule peu courante je vous l'accorde, mais elle décrit mon pouvoir avec une précision optimale.

Laissez-moi illustrer ce que j'entends par là :
Sans perdre de temps à ergoter sur des questions existentielles, je vous dirai simplement qu'après la mort vient autre chose. Oui, oui, vous êtes libres de ne pas y croire, et je ne vais pas vous y contraindre mais mon pouvoir fait fi de l'opiniâtreté. Donc, je disais que la mort n'est pas la fin de l'existence, mais plutôt une singulière mutation. Quand on meurt, on ne devient pas un misérable ectoplasme privé de volonté et errant par monts et par vaux. On entre dans un tout nouveau paradigme où les lois de la physique changent, sont pour ainsi dire transcendantes. Vous devez certainement connaître la citation célèbre de Lavoisier. En effet, rien ne se perd, rien ne se crée, mais tout se transforme. Et il en va de même pour nos petits esprits jusqu'ici bien cocoonés dans nos enveloppes charnelles. Je peux d'une poussée, par volonté active, projeter la conscience comme un jet de champagne.

Mais comment s'exprime-t-il et quelles sont ses limites ? Pour tout vous dire, ça me dépasse encore. J'étudie longuement, inlassablement, jusqu'à m'éreinter le cortex afin de percer à jour tout mon potentiel. Toutefois je peux décrire sans peine quelques modalités expérimentales. Premièrement, la projection est la seule action que je contrôle. Tout ce qui peut se produire après coup est au-delà de mon champ d'action. C'est loin d'être fun, vous l'aurez compris. Deuxièmement, pour projeter l'esprit de quelqu'un d'autre, j'ai besoin de son consentement. J'ai déjà essayé de transgresser cette règle, sachez-le… Et c'était pas glorieux ! Et enfin, troisièmement, je peux profiter de cet état pour m'octroyer quelques libertés extracorporelles, comme voyager autour du globe en un clin d'œil, sauter des repas et des heures de sommeil, communiquer avec d'autres esprits, etc, etc…

Ça va, vous êtes toujours avec moi ? Bien ! Passons maintenant aux inconvénients que j'ai recensés. Je vais plutôt vous les énumérer rapidement, parce qu'ils sont désagréables. D'abord, le corps se retrouve totalement sans défense et dévitalisé. Ça veut dire que ni vous ni moi ne sommes encore morts, mais qu'on le sera pour de bon si on reste trop longtemps dans cet état. Le corps se refroidit au fil des heures et le processus de décomposition finira inéluctablement par s'installer. Ensuite, le retour à la chair n'est jamais indolore. Vos organes sont restés à l'arrêt pendant un temps plus ou moins long, non mais sans blague. Bien entendu que ça va dysfonctionner. Même pendant les heures de sommeil, tous vos systèmes (cérébral, respiratoire, circulatoire, digestif, etc…) sont supposés rester actifs. Ça s'éteint pas comme un ordinateur, non mais oh. Donc attendez-vous à bien déguster, c'est moi qui vous le dis. Mais pas d'inquiétude, on s'y habitue avec le temps… PAS TAPER !

Petit récapitulatif détaillé : je peux user de mon pouvoir sur n'importe qui, à n'importe quel moment si, et seulement si, je suis encore dans mon corps. Je maîtrise la projection, mais elle requiert une capacité de concentration énorme, ce qui m'oblige à me focaliser sur une seule personne à la fois. Quand je l'utilise sur moi-même, je me retrouve pour ainsi dire dans la même condition que les autres esprits. De plus, je suis bien incapable de communiquer avec vous une fois hors de vos corps sans être obligé de vous rejoindre. Car vous n'êtes pas réellement morts pour devenir des esprits frappeurs capables d'agir sur le plan matériel, comme hanter des lieux et fanfaronner dans des séances de spiritisme. Le seul moyen pour moi est de me projeter à mon tour, juste après vous, afin de vous servir efficacement de guide. Ne me demandez pas pourquoi il y a de telles limites, c'est peut-être moi qui le veux ainsi.

Un effet bénéfique pour nuancer : vivre - ou mourir - une telle expérience élève la conscience.
Mon histoire
Tout est arrivé un soir de tempête orageuse, pluvieuse, et… Bon ok, je reprends !

Je suis né et ai vécu les premières années de ma vie à Toronto, au Canada. Là-bas, on nous appelle les Torontois… Aucun rapport, mais j'avais envie de le dire. On avait un superbe appartement, digne d'un loft, ma mère et moi. J'étais fils unique, ne manquant de rien, choyé et aimé aussi loin que je me souvienne. Et j'étais aussi loin de me douter de ce que l'avenir m'avait réservé. Mon seul objectif était jusque-là de plaire à ma mère, qui était rétrospectivement ma meilleure amie. J'étudiais donc d'arrache-pied pour avoir des notes toujours élevées. Certaines matières, comme la philosophie, me rebutaient particulièrement quand pour cela il fallait avoir un esprit d'esthète. J'étais trop focalisé sur comment maximiser ma moyenne pour avoir une sensibilité qui plane, si vous voyez ce que je veux dire. Les grands discours sur l'être et l'étant, pouah… En mathématiques, tu retiens des formules, tu suis le raisonnement logique, et tu appliques ça en équations ou ce que tu veux. Entre l'algèbre et l'assommoir aristotélicien, le choix est vite fait. Néanmoins une matière notée n'était pas à mépriser, donc je m'y appliquais malgré moi.

Au terme de mon parcours estudiantin, j'étais déjà reçu au tableau d'honneur et copieusement félicité. C'est clairement rare d'atteindre une graduation 4.0, même à l'échelle nationale. Et la soirée de promo fut pour moi l'un des plus beaux souvenirs de ma vie. J'avais même sûrement découché avec ma bande de potes, car ma mère n'a pas cessé de me taquiner le lendemain. Et je protestais, en arguant que j'ignorais si oui ou non, avec qui ou quoi, j'avais pu avoir une relation cette nuit-là. Mais ma mère c'est ma mère, je l'aime comme elle est. Plusieurs fois j'avais coupé les ponts avec des connaissances, même des amis de longue date, et elle est la seule personne au monde qui peut se vanter d'être irremplaçable à mes yeux. En guise de cadeau d'anniversaire, elle m'offrit un voyage en Floride avec les personnes de mon choix.

Je l'embrassai longuement le jour venu, la mort dans l'âme de devoir la quitter pour tout un été - mais ça, elle ne le sut pas. Nous partîmes avec cinq de mes camarades de lycée par un vol de nuit, franchissant ainsi pour la première fois la frontière canadienne. Du moins, c'était une première pour moi qui avais tout juste 18 ans. Elle me disait que les voyages forgent le caractère et nous "transforment". Sa nouvelle coiffure aussi la transforme, ai-je pensé.

Une semaine plus tard, j'étais rapatrié chez moi, plongé dans un coma léthargique. Il aura fallu un stupide accident de voiture pour détruire des vies. Celle qui avait le volant était morte, et j'étais sur le siège passager, où l'airbag a réussi à me préserver du plus gros choc. Deux s'en sont tirés avec de simples contusions. Moi, j'étais entre la vie et la mort, déjà lié à une pléthore de tuyaux me maintenant en vie. Encore que le masque à oxygène restait supportable, mais on ne peut m'épargner la sonde gastrique. D'après les médecins, il faudrait s'en remettre à la providence sans savoir si réveil il y aurait. Ma mère fut livrée à elle-même, contrainte d'espérer et culpabiliser. Je ne pus être avec elle quand elle mourut, emportée par le chagrin. J'aurais voulu, j'aurais pu, mais j'étais pris au piège dans les ténèbres, incapable de me mouvoir. Parfois, comme dans un rêve très réel, je me voyais hurler pour sortir de cet étau inamovible et implorer la Mort de m'épargner. Plusieurs fois, Elle m'avait visité.

Après quelques mois, il vint une nuit où je me sentis perdre du poids, et la gravité sembla cesser d'être autour de moi. J'étais enfin éveillé, capable de revoir le monde avec des yeux neufs. Mais je n'avais rien que je puisse définir comme des yeux à vrai dire. Je voyais même mon corps face à moi, et l'encéphalogramme désormais plat. Après des nuits passées à souffrir le martyre, et espérer survivre un jour de plus pour seulement voir la lumière du soleil. Après des lunes à combattre une force invisible aux mains glacées et menaçantes. J'étais à bout. Si Dieu existe, Il m'a déjà abandonné. Je n'avais fait que supplier, implorer pitié pour mon jeune âge. Mais c'est fini désormais, tout est fini.
Je m'élevais à présent vers un autre monde, puisqu'on m'a fauché sans merci ici-bas.

Un tunnel de lumière blanche semblait m'attirer à lui, comme si on me réclamait de l'autre côté. Je crus bien y percevoir la présence de ma mère à l'autre bout, mais ce fut impossible à vérifier. Le personnel de l'hôpital s'affairait très vite autour de mon corps à réanimer, et je me sentis irrésistiblement appelé à chaque nouveau coup d'électrochoc. Mon cœur venait de recommencer à battre, et le sang qui se remit à affluer irrigua mon corps de vie. Je me laissai alors happer à contre-courant, en étant comme dissous tel du sucre dans un verre d'eau. Quelque chose venait de naître en moi à travers cette résurrection. Peut-être était-ce resté latent jusqu'à ce que je tombe à l'article de la mort. Quoi qu'il en soit, ce ne fut pas une bénédiction. Je revins à ma vie d'avant, sans famille et maudit.

Maintenant que j'avais échappé à la mort, je la vivais presque au quotidien. Sans prendre garde, je laissai parfois mon esprit vagabonder et me surpris à provoquer chez moi-même un état second. En plein milieu d'un repas à la cafétéria de la fac, je tombai un jour raide au sol, provoquant la panique sans que cela me pose de problème. C'était grisant de pouvoir se séparer de son corps à volonté. J'en avais enfin la preuve. Mais lorsque je me décidai à m'y fondre de nouveau, je fus accueilli par une cuisante douleur, et divers symptômes post-traumatiques. Au fil du temps, je devins plus adepte de la méditation et des expériences métaphysiques pour juguler mon pouvoir. Mes recherches s'approfondirent dans des domaines qualifiés d'ésotériques, poussant ma vision du monde et de la réalité à changer radicalement. Même les gens autour de moi semblèrent changer, devenir plus importants.

Je compris que rien ne serait plus jamais comme avant. Toute ma vie, j'avais cru être quelqu'un de banal et destiné à faire carrière dans le génie scientifique ou en télécommunications. Mais peut-être me fallait-il d'abord mourir pour comprendre à quel monde j'appartenais. En quelques semaines, je réunis tout l'argent hérité de ma mère, vendis mon appartement, et mes biens et pris un aller simple pour l'île de Summerbridge après avoir postulé. Apparemment, la fondation Seider disposerait des ressources nécessaires pour faire vivre plus décemment des personnes aux dons problématiques et encore lacunaires. Et puis, c'est aussi un voyage comme un autre, n'est-ce pas ?
Derrière l'écran
Pseudo : Hunter
Âge : 24 ans
Avis sur le forum : Sans mentir, les couleurs pètent les yeux mais c'est joli, lol.
Tu nous a connu comment ? Top sites !
Mot de la fin : Ready to get rekt!

Code:
[b]Sursum Corda[/b] • Pouvoir de projection astrale - sur soi ou autrui - résultant le plus souvent en EMI (Expérience de mort imminente). ▬ [i]Matthias Neumann[/i]
Code:
Riku Kurose • 10Count ▬ [i]Matthias Neumann[/i]



Dernière édition par Matthias Neumann le Jeu 17 Mai - 10:48, édité 2 fois
avatar
:Admin • Corporis:
:Admin • Corporis:
Messages : 2043
Points RP : 3568
Inscription : 12/02/2016

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Jeu 17 Mai - 5:05
Haaaan Kuroseeee

Je t'aime déjà toi!!

Ta façon d'écrire est très plaisante :))

Mais comme je suis une méchante admine... je vais te demander quelques modifications mais trois fois rien, j'te jure!

Sur ton pouvoir, même si j'ai la réponse à certaines de mes questions dans le recensement de ton pouvoir en bas de fiche et dans ton histoire, j'aimerais que tu précises les choses suivantes:
- Son pouvoir marche sur une personne à la fois? Sur une personne ET lui en même temps? Sur seulement lui s'il le désire?
- Une fois que la conscience est projetée du corps de quelqu'un d'autre, est-ce que ton perso est capable de voir cette conscience se balader? Et si j'ai bien compris, il n'a aucun moyen de contrôler ce que fait cette autre personne? Et donc en gros, de quelle manière peuvent-ils communiquer? (j'entends par là l'hypothèse où ton perso ne projetterait pas sa propre conscience hors de son corps mais seulement la conscience de quelqu'un d'autre, ce qui est intimement liée à mes premières questions du coup)

Et sur l'histoire... bah sur l'histoire j'ai rien à dire Et encore un qui va sombrer chez Seider...

Fais moi signe quand tu auras fait tes petites modifs'

▬ ● ● ● ▬

Judemis   :



avatar
Civis
Messages : 69
Points RP : 130
Inscription : 23/02/2018

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Jeu 17 Mai - 7:21
Bienvenue à toi :3
avatar
Obumbratio
Messages : 61
Points RP : 10
Inscription : 05/05/2018

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Jeu 17 Mai - 7:35
Bienvenue !
avatar
Mentis
Messages : 21
Points RP : 0
Inscription : 16/05/2018

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Jeu 17 Mai - 10:55
Hey ! Merci pour l'accueil chaleureux, vous êtes choupi.

@Artemis Kane a écrit:Fais moi signe quand tu auras fait tes petites modifs'

C'est vrai que j'aurais dû penser à ces petites précisions. Et voilà, j'ai ajouté un énième paragraphe ! :3
Merci, au passage, c'est clair que Riku a la classe. ~

Spoiler:
Petit récapitulatif détaillé : je peux user de mon pouvoir sur n'importe qui, à n'importe quel moment si, et seulement si, je suis encore dans mon corps. Je maîtrise la projection, mais elle requiert une capacité de concentration énorme, ce qui m'oblige à me focaliser sur une seule personne à la fois. Quand je l'utilise sur moi-même, je me retrouve pour ainsi dire dans la même condition que les autres esprits. De plus, je suis bien incapable de communiquer avec vous une fois hors de vos corps sans être obligé de vous rejoindre. Car vous n'êtes pas réellement morts pour devenir des esprits frappeurs capables d'agir sur le plan matériel, comme hanter des lieux et fanfaronner dans des séances de spiritisme. Le seul moyen pour moi est de me projeter à mon tour, juste après vous, afin de vous servir efficacement de guide. Ne me demandez pas pourquoi il y a de telles limites, c'est peut-être moi qui le veux ainsi.
avatar
Admin • Civis
Messages : 727
Points RP : 2309
Inscription : 12/02/2017

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Jeu 17 Mai - 15:36
Bienvenue mon petit chat! Et quel pouvoir singulier, j'adore! Le fait que tu précises que Matthias est hygiénique m'a fait beaucoup rire j'avoue! XDD
En tout cas amuse toi bien avec nous!!!

▬ ● ● ● ▬



T'as envie d'un prédef de la mort qui tue? C'est par ici que ça se passe!:
avatar
:Admin • Corporis:
:Admin • Corporis:
Messages : 2043
Points RP : 3568
Inscription : 12/02/2016

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

le Ven 18 Mai - 5:24
Parfait comme ça!
Tu peux aller t'amuser maintenant


- CONGRATS DUDE -

T'es validé ! C'est t'y pas magnifique ? C'est le moment de te jeter dans le grand bain et de commencer ton aventure sur le forum ! Pour que tu sois pas tout perdu et que tu cherches pas pendant 10 ans où tu dois aller, on te met des petits liens juste là :
> Créer ta fiche de liens
> Faire des demandes de liens
> Faire des demandes de RP
> Créer la messagerie de ton perso
> Créer ton journal intime

Pour pouvoir savoir tout ce qui se passe sur le fofo, on te propose de cliquer sur les petits liens ci-dessous. Tu verras, ça te mettra automatiquement des notifications quand il se passe quelque chose d'important :
> Evénements et animations du forum
> Annonces de maintenances du forum

▬ ● ● ● ▬

Judemis   :



Contenu sponsorisé

Re: Matthias Neumann • Oh Death, won't you spare me?

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum