Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 5
Points RP : 0
Inscription : 29/04/2018

Shizuka Mori — Sinister Silence

le Dim 29 Avr - 20:17


Shizuka Mori

18 ans ᵜᴥ 3 mai ᵜᴥ 1m54 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ yeux rouges ᵜᴥ cheveux noirs ᵜᴥ pychologie ᵜᴥ sociologie ᵜᴥ politiques ᵜᴥ posée ᵜᴥ studieuse ᵜᴥ surdouée ᵜᴥ peu imaginative ᵜᴥ très informée des actualités ᵜᴥ impassible ᵜᴥ sort rarement ᵜᴥ traditionnaliste ᵜᴥ travaillante ᵜᴥ persévérante ᵜᴥ suit les règles ᵜᴥ aime beaucoup les fleurs, les plantes et les fruits

transfert de douleur
Il est possible de faire passer beaucoup d'émotions et sentiments au travers d'un simple regard, mais il est tout à fait impossible que la personne à qui on les transmette ne les ressente exactement de la même façon. Pour Shizuka, si. Mais pas toutes. La tristesse simplement. Qu'elle soit physique ou bien psychologique, si elle le décide et si elle en a envie (bien que la gestion de ce pouvoir lui est encore pas totalement acquise) Mori a la possibilité de faire connaître à la personne qui la regarde droit dans les yeux la tristesse qu'elle ressent en ce moment T, ou lorsqu'elle l'a vécu dans le passé. A cause de ce pouvoir, la jeune fille reste assez timide et réservée, n'ose pas vraiment affronter les gens lorsqu'elle leur parle. C'est le regard toujours un peu fuyant qu'elle subit les différentes conversations.
Mon histoire
La douce brise estivale du printemps caresse les rideaux de la salle de pièce d’où on peut entendre le petit crie d’un bébé. « C’est une fille », accompagnaient ces petits sanglots. La sage-femme regardait la jeune maman, le bébé dans les bras. Cette dernière semblait bien plus heureuse de cette nouvelle naissance, alors qu’elle en voyait tous les jours depuis de longues années maintenant. La jeune mère, elle, essaye tant bien que mal de se remettre de ces douloureuses heures de tortures. Elle prend l’enfant, presque à contre cœur. « Il nous faudrait son nom, qu’on l’entre dans note base de données… » mais rapidement, la femme répond à bout de souffle « Nommez-là comme bon vous semble, de toute façon -… » elle s’arrête là, avant d’aller au bout de ses pensées et de froisser la sage-femme. « Je n’y ai pas réfléchis avant aujourd’hui. Reprenez-là, je vous prie. J’ai besoin de me reposer. » à bout de bras, elle tend la jeune fille sans nom vers la pauvre femme déboussolée, une si grosse responsabilité venait de lui être donné. Elle essaye de gérer son sang-froid, avant de remarquer que c’est le dos de la jeune mère qu’elle voit maintenant, celle-ci s’était retournée pour tenter de se reposer, alors que le lit commençait à se diriger vers le long couloir de l’hôpital, en direction de sa chambre, tiré par trois infirmiers. La porte se ferme, laissant régner un lourd silence. « Que vais-je pouvoir te donner, comme nom ? » elle tente de bercer le bébé encore emmitouflé dans sa petite serviette, les yeux larmoyants. Le regard de la femme suit le mur, avant de se poser sur la fenêtre. Derrière elle se trouve d’innombrables arbres, dressant à eux seul une large forêt. Ses yeux s’encrèrent maintenant dans ceux de l’enfants, d’une couleur rouge sang lui rappelant étrangement les petites baies facilement trouvables dans les bois. « C’est ça, tu seras Mori. » Peur sûre d’elle, la jeune sage-femme pose le bébé dans l’une des nombreuses couveuses de l’hôpital, avant que les autres infirmières viennent ne s’occuper de la jeune Mori à leur tour. Son travail s’arrête là, elle s’est occupée de tout ce qu’il fallait, mais son esprit était occupé par se jeune bébé, les nombreuses inquiétudes à son sujet et aussi et surtout, le regard qu’elle lui avait lancé avant qu’elle ne se retourne, une fois posée dans la berceuse. Un regard qui en dit long, rempli de tristesse. Comment un être aussi jeune pouvait ressentir des choses aussi fortes, et les transmettre d’une telle manière ? Qu’allait-elle devenir avec une mère pareille ? Allait-elle affronter la vie de la meilleure façon qu’il soit, où allait-elle faire chemin seule ? La deuxième solution, bien qu’affreuse, était certainement la meilleure pour l’avenir de Mori.

Il est préférable, largement préférable pour elle de se retrouver dans un orphelinat. Elle y passe d'ailleurs de nombreuses et sombres années de sa vie. Les autres enfants ont de suite compris qu'elle était différente. De plus, elle a toujours été très gentille, ce qui donnait à beaucoup l'envie de l'embêter. Tout a commencé avec des moqueries. « Tristoune. », « Faux-sourire. » Alors qu'il n'en était rien. Elle était juste comme ça. Puis ça a continué avec des vols de ses affaires, des affaires qu'elle a retrouvé abîmées, et des coups par-ci, par-là des garçons en général. Elle n'osait plus parler, elle n'osait plus les regarder, elle voulait simplement disparaître. Elle se pensait être un poids, elle a toujours pensé ainsi.


« Shizuka ? Quelqu’un est là pour toi. » L’enfant, habillée d’une jolie petite robe bleue et blanche, se lève rapidement de son siège. Trop rapidement, elle manque de trébucher et tomber au sol tant sa tête s’était mise à tourner. Elle reprend cependant son équilibre avant de se retrouver dans le hall de l’entrée. Ses yeux brillent de joie alors qu’elle regarde les personnes venues là pour la ramener chez elle. Une magnifique jeune femme blonde, typée européenne certainement, et un jeune homme un peu plus grand de taille qu’elle, japonais. Timide, Mori les regardait sagement de loin, le dos presque collé au mur. « Viens là ma chérie, on est venu pour toi. » prononce la jeune femme, avec un léger accent au bout de la langue. Très romantique, ça fait tout son charme. Mori s’approche, doucement, avant de se mettre à courir en leur direction. Le jeune homme s’accroupie presque et ouvre ses bras, elle s’y plonge tout de suite, et pose son petit menton sur l’épaule de l’inconnu. « Merci » dit-elle tout doucement, avec toute la sincérité du monde. Elle est bien à l’orphelinat, mais n’a pas énormément d’ami. De plus, elle n’a pas de famille, et juste là elle se retrouve entourée. Elle attendait ça depuis tellement longtemps.

Les papiers sont remplis, sa valise est rassemblée dans le hall. Elle se retourne une dernière fois pour faire face à la magnifique architecture de l’orphelinat. Elle ne s’y sentait pas forcément bien mais elle avoue que c’est sublime. Elle dit au revoir de la main à sa seule et unique amie qu’elle a pu se faire ici, et tourne "définitivement" le dos à l’orphelinat. Elle se retrouve entre sa nouvelle maman et son nouveau papa, puis arrive dans leur maison. C’est petit et causy, rien d’extraordinaire mais elle s’y sent bien tout de suite.
« Fait comme chez toi », lui dit son père, alors qu’il amène la valise dans sa nouvelle chambre. « Oui, prends des choses dans le frigo si tu en as envie, ne demande pas pour allumer la télévision, tu es ici chez toi. », continue sa maman, qui lui ébouriffe les cheveux tout doucement. « Merci… » prononce-t-elle pour la énième fois. « Et surtout, cesse de nous remercier, ça nous fait vraiment plaisir » à ça, s’accompagne un sourire. Elle se sent chez elle, elle s’y sent bien. Elle est scolarisée dans une école pas loin… qu’elle quitte au bout de quelques mois.

La situation a changé du tout au tout. Ils avaient compris qu'elle avait quelque chose de spécial, Shizuka. Quelque chose qu'eux n'avais, qu'ils ne pouvaient pas même comprendre. Ca commençait doucement, avec de petites remarques.
« Tu as l'air démoralisée, à nous regarder avec ces yeux de chien battu. Tu n'es pas heureuse de faire partie de notre famille ? » Elle avait beau exprimer toute sa joie d'être là à ce moment-là, ils avaient du mal à la croire. Son passé, le fait que sa première famille ne veuille pas d'elle, ça lui avait laissé des séquelles. Le fait qu'elle se fasse maltraiter à l'orphelinat, également. C'était resté dans sa tête, dans son crâne et ça ne voulait pas la quitté. C'était ce qu'elle transmettait sans pour autant le vouloir, et ça, ils ne l'ont jamais compris. Ils savaient juste qu'elle n'était pas comme eux. Ils sont devenus incontrôlables, au points de devenir violent. Pas sur elle, mais les assiettes volaient, les nappes étaient jetées au sol. Elle était enfermée dans sa chambre et n'était plus autorisée à se rendre à l'école. Ils avaient pris la décision de s'en débarrasser avant que ça n'aille plus loin. Des papiers de déscolarisation sont remplis avec ceux d'un retour à l'orphelinat, son cauchemar d’antan. Là revoilà entre ces murs, déposée devant le portail, la manche de sa valise dans une main et les papiers de réinscription dans l'autre. « Je m’excuse Mori, je n'ai pas le temps de te déposer à l'intérieur... je repasserai de temps à autres pour voir comment tu vas, tu reste ma fille, malgré tout... » elle laisse un long soupire s'échapper d'entre ses lèvres, et regarde sagement la voiture s'en aller au loin. Tournant les talons, la jeune fille  se dirige la boule au ventre dans le hall. Elle y dépose ses papiers, et sans même prêter gare à la jeune femme à l'accueille, cherche sa chambre comme si elle était ici chez elle. Il avait tenu sa "promesse" et était venu la voir une fois, puis deux. Sauf qu'entre la première et la deuxième, un certain temps s'était passé. Puis une troisième, elle n'y croyait plus. Et depuis, plus rien... ah, si.

Une nouvelle famille est venue l'adopter à nouveau. Puisqu'elle était jolie, puisqu'elle avait quelque chose d'assez spécial qu'ils n'arrivaient pas à décrire. Des gens normaux, eux aussi. Qui n'ont aucune sorte de don, rien de magique. Mais qui pourtant, n'ont pas cette haine envers elle comme ses anciens parents. En fait, ils sont plutôt passionnés par elle. Ils ont tout de suite été attirés par sa personne.
« Tu es... Mori ? » prononçait la nouvelle jeune femme qui venait d'arriver. Sans prononcer le moindre mot, la jeune adolescente hoche la tête sans oser affronter le moindre regard.  « Ne sois pas timide, nous avons appris ce qu'il t'était arrivé avant que nous arrivions. Mon mari et moi n'allons pas commettre les mêmes erreurs. » Elle lève le visage, plantant ses iris rougeâtres dans ceux du jeune homme. Sans faire attention encore une fois, ils sont très expressifs. « Je t'assure que... nous ne te ferons pas le moindre mal. » Elle soupire, se retourne et tire pour la énième fois sa valise. Beaucoup moins emballée que la première fois, Mori se demande si cette fois, elle se sentira comme chez elle, avec une véritable famille.

Cela fait quelques années maintenant, trois, peut-être quatre, qu'elle habite sous leur toi. Et elle se sent comme une simple colocataire... même si les deux jeunes parents font de leurs mieux pour la considérer comme leur fille. C'est juste qu'elle a cette impression de n'avoir aucune famille, de n'appartient à aucune d'entre elle. Et que ça sera ainsi jusqu'à la fin de sa vie. Elle est inscrite à L'université de Summerbridge en première année  de psycho-sociologie et de politique. Elle n'a pas beaucoup changé depuis son enfance, toujours assez timide et réservée, elle a le regard fuyant, n'osant affronter qui que ce soit en face, de peur de l'effrayer ou de lui faire ressentir des choses trop fortes. Elle ne sait pas se maîtriser, et n'a pas la moindre idée de l'intensité de son don, mais elle sait que ça lui a causé suffisamment de soucis dans son enfance pour qu'elle en reste assez traumatisée. Ses parents lui font cependant remarquer qu'elle semble plus épanouie maintenant, qu'elle semble s'être trouver. Du coup, sa "joie de vivre" si on peut appeler ça comme ça, se fait un peu plus ressentir, elle semble beaucoup moins triste qu'avant.
Derrière l'écran
Nemesis x Hestia x Nemestia ᵜ 19 ans ᵜ forum très sympa, donne envie de s'y inscrire ! ᵜ hope you'll like Mori

Code:
[b]Predef × Transfert de douleur[/b] • Peut donner sa douleur (physique ou psychique) à quelqu'un d'autre par le biais du regard. ▬ [i]Shizuka Mori [/i]
Code:
Predef × Ai Enma • Jigoku Shoujo ▬ [i]Shizuka Mori[/i]

©️️ Fiche par Babao pour Tasty Tales


Dernière édition par Shizuka Mori le Mar 1 Mai - 8:53, édité 6 fois
avatar
Tractamus
Messages : 425
Points RP : 1761
Inscription : 03/04/2017

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

le Dim 29 Avr - 20:29
Ohhh bienvenue ! Contente que mon prédéfini t'aie tapé dans l'oeil, j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire :D !
avatar
Messages : 5
Points RP : 0
Inscription : 29/04/2018

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

le Dim 29 Avr - 20:30
Merci beaucoup ! Hehe, oui ! J'aime beaucoup le perso mais également ce que tu as imaginé pour elle, c'est juste génial ! J'suis très inspirée, j'suis en train d'écrire son histoire là !
avatar
Admin • Hominum
Messages : 134
Points RP : 580
Inscription : 15/02/2018

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

le Dim 29 Avr - 20:44
Bienvenue ! Heureuse de voir qu'un predef a été choisi :)
Si tu as des questions n'hésite pas !
N'oublie pas de passer par et lorsque tu auras fini ta fiche préviens nous ici ♥️

▬ ● ● ● ▬


Nora talks in #b4c8f8
avatar
Messages : 5
Points RP : 0
Inscription : 29/04/2018

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

le Dim 29 Avr - 22:49
Merci beaucoup ! Y a pas de soucis, je n'hésiterai pas !
avatar
Admin • Civis
Messages : 727
Points RP : 2309
Inscription : 12/02/2017

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

le Mar 1 Mai - 14:51
Bienvenue ma Jolie! Je m'occupe de ta fiche!

Ma première grande question c’est de savoir si son prénom est Mori ou Shizuka comme tu utilises les deux je ne sais plus ! X__X Si c’est mori j’irais faire le changement.

Pour le pouvoir : il y a une ambiguïté au niveau des termes que tu emplois, dans l’entête de parles de transfert de douleur et par la suite de tristesse. Là où je veux en venir c’est qu’un moment tu écris « Qu'elle soit physique ou bien psychologique » alors la douleur physique ou psychologique je vois totalement par contre la tristesse physique j’ai un peu plus de mal à l’imaginer.

Ensuite plusieurs questions en vrac me viennent à l’esprit comme : est-ce que le pouvoir dure autant de temps qu’elle regarde la personne dans les yeux ? Sinon au bout de combien de temps après qu’elle ait détourné son regard le pouvoir s’estompe ? Combien de personne à la fois peut-elle « touché » ? Y’a-t-il justement un nombre de personne max qu’elle peut envouter par jour ?

Enfin il faudrait ajouter des contreparties à ce pouvoir : mal de tête, nausée, vision trouble, dépression, fatigue intense… Des classiques ou des plus originaux.

Concernant son adoption, elle a été faite d’une manière trop soudaine. Effectivement il y beaucoup d’administratif en amont qu’il n’est pas nécessaire de décrire dans ton histoire, néanmoins les futurs parents doivent obligatoirement créer un lien avec l’enfant et ce sur plusieurs mois. Ce qui signifie donc de nombreuse visite avant la vraie adoption. Elle ne peut donc pas rencontrer ses parents les jours de l’adoption officielle. Même chose pour la remise en orphelinat on ne peut pas remettre à l’orphelinat un enfant déjà adopté sauf cas extrême, dans le cas de Mori je pense qu’une mise en foyer serait plus judicieuse ou alors faire en sorte que son ancienne famille lui ai fait subir une forme de maltraitance.

Par rapport à son pouvoir tu expliques dans la description qu’elle le maîtrise à peu près, pas totalement mais un minimum mais dans l’histoire on a l’impression qu’elle ne le maîtrise pas du tout et que chaque personne qu’elle regarde se faire automatiquement touché par sa tristesse. Petit soucis de cohérence ou mauvaise interprétation de ma part?

Voilà ! o/ Bon ça semble beaucoup comme ça mais c’est surtout des détails, la base est bonne et le personnage particulièrement intéressant ! fais-moi signe quand tu auras fini et si tu as des questions n’hésite surtout pas !

▬ ● ● ● ▬



T'as envie d'un prédef de la mort qui tue? C'est par ici que ça se passe!:
avatar
:Admin • Corporis:
:Admin • Corporis:
Messages : 2043
Points RP : 3568
Inscription : 12/02/2016

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

le Mar 1 Mai - 17:52
Bienvenue charmante demoiselle 8D

Je me permets de compléter les petites demandes du dessous, il faudrait aussi que tu modifies ton avatar qui n'est pas à la bonne taille actuellement (c'est du 200 par 400 sur le fofo), merci beaucoup

J'espère que tu te plairas parmi nous 8D

▬ ● ● ● ▬

Judemis   :



Contenu sponsorisé

Re: Shizuka Mori — Sinister Silence

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum