Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Civis
Messages : 245
Points RP : 790
Inscription : 01/02/2018

Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 16:14


Maddox Graham

26 ans ᵜᴥ 21 novembre ᵜᴥ 1m92 ᵜᴥ♂ ᵜᴥ Verts ᵜᴥ Bruns ᵜᴥ Bibliothécaire ᵜᴥ Attentif à son apparence ᵜᴥ Intelligent ᵜᴥ Manipulateur ᵜᴥ Moqueur ᵜᴥ Patient ᵜᴥ Malicieux ᵜᴥ Calculateur ᵜᴥ Doux ᵜᴥ Discret ᵜᴥ Lunatique ᵜᴥ Borné ᵜᴥ  Sûr de lui ᵜᴥ  Un brin Séducteur ᵜᴥ  Cultivé ᵜᴥ Tatoué d'un peu partout

Mon pouvoir
Dark Blood - Son sang est noir. Il ne sait pas pourquoi, et il s'en fout un peu. Et par conséquent, il ne connait pas bien son pouvoir. Il sait seulement que dès qu'il se coupe, son sang coule puis s'évapore dans les secondes qui viennent. D'ailleurs, les quelques blessures un peu graves qu'il a eu lui ont fait réaliser qu'on ne peut pas lui faire de transfusion sanguine et qu'en plus, il se fatigue plus vite que la moyenne lorsqu'il perd ne serait-ce qu'un peu de sang. Mais étrangement, il ne tombe jamais malade. Assez paradoxal. Par ailleurs, les médicaments ont l'effet inverse à celui escompté lorsqu'il les ingère (ex: doliprane donne mal de tête, somnifère le maintien éveillé). Par contre les poisons agissent comme des médicaments. Pour le moment il n'a eu l'occasion tester que quelques poisons mais ils sembleraient que ceux-ci agissent à l'inverse des symptômes qu'ils donneraient normalement (ex: cyanure = soigne les maux de têtes et vertiges et peu donner un boost d'énergie si prit à forte dose).
Mon histoire
J'en suis à mon dernier carton et putain c'est pas trop tôt! Quand j'ai décroché ce job de bibliothécaire à l'université de Summerbridge, je pensais que j'aurais pas grand-chose à emporter - je suis carrément l'antithèse d'un accumulateur -  mais finalement même quand on possède trois fois rien on arrive à remplir des cartons. Et encore les remplir c'était la partie facile!

Je soupire et passe une main dans mes cheveux, m'autorisant à regarder l'état de l'appartement avant de continuer mon déballage. C'est pas le grand luxe mais ça me suffit. Avoir grandi dans une baraque de bourge sans personnalité aucune m'aura au moins donné le goût des choses simples.

Je me tiens dans le salon, dans lequel j'ai réussi à caser la plupart de mes meubles. Un sofa, ma bibliothèque et la télé avec son meuble. Il y a aussi un petit buffet qui risque de pas rester vide très longtemps. Me connaissant d'ici deux jours il sera rempli de toutes les cochonneries que je sais pas où ranger. Amusé par la surface encore nue du meuble, j'y dépose symboliquement mon paquet de clopes.

"Vla ton inauguration." je lui dis.

Malheureusement, ça risque d'être le seul objet avec un tant soit peu de valeur qu'il verra le pauvre buffet. J'ai pas de souvenirs couillons ou de photos de famille moches à mettre dessus. Surtout les photos de famille, ça risque pas vu que je pense pas qu'on en ait déjà prise une avec moi dessus.

Le truc quand on né dans une famille obsédée par la perfection avec que des enfants parfaits, c'est qu'il faut être parfait aussi. Et moi bah...je suis pas parfait. C'est sûr qu'après Maxen et Bennett, les deux fils prodiges, beaux, forts, intelligents, et tout le reste, m'avoir moi ça a du être une énorme déception. Cassiopeia, ma grande sœur, elle a bien tenté de les habituer avant que je me pointe mais ça a pas tout à fait fonctionné. C'est sûr qu'elle était pas exactement ce que mes parents imaginait. La beauté, l'intelligence, ça, elle avait. Elle avait même de l'ambition! Sauf que mêlé à tout ça il y avait de l'excentricité. Un flair artistique qui plaisait pas trop au paternel. La mère elle, elle était à fond. Elle aimait bien faire style que ça venait d'elle, même si clairement c'est la femme la plus chiante que j'ai jamais rencontré.

Graham Senior a résisté jusqu'à ce que ma sœur finisse ses études et entame aussitôt une brillante carrière de designeuse de mode. J'imagine que c'est dur de continuer à en vouloir à sa fille de pas être parfaite quand elle a plus de succès que vous.

Moi par contre je suis tout juste bon pour le banc de touche.

Ça a commencé quand j'avais six ans. Avant ça je me souviens pas trop comment c'était à la maison. Je sais qu'on me laissait pas beaucoup sortir parce qu'on insistait pour que j'apprenne à lire et à écrire parfaitement avant que je commence 'des hobbies' comme ils disaient. Apparemment jouer au parc comptait dans les hobbies parce que je ce jour-là je suis assez sûr que c'était la première fois que j'allais au parc. Enfin toujours est-il que j'ai fait une petite chute et je me suis égratigné. Rien de grave, sauf qu'il y a eut un peu de sang et que ce sang-là n'était pas rouge.

Je crois que j'oublierais jamais la tronche qu'à tirer ma mère ce jour-là. Il y a eut du dégoût, un genre de rejet instinctif de ce fils qui ne répondait pas à ses critères, et puis il y a eut la déception. Même à six ans j'avais bien comprit que je venais de commettre l'irréparable, même si je comprenais pas exactement ce que j'avais fait de mal.

Après ça, je suis devenu le fils qu'on a honte de montrer. Le fils dont on ne parle qu'à contrecœur. Le fils qu'on cache. Et puis si quelqu'un s'étonnait que je ne sois pas au sorties de famille et bien c'était juste que Maddox avait un caractère grincheux et qu'il avait été privé de sortie parce qu'il avait insulté son frère. Maddox n'était pas sur la photo de famille? Il n'était pas du tout photogénique et il détestait être pris en photo. Il y avait une excuse pour tout.

Alors à force d'être mis à l'écart et d'être toujours rabaissé, je suis devenu un gosse solitaire et hargneux. Je me figurais que tout le monde pensait comme mes parents, alors je me suis mis à tous les haïr. Je les méprisais pour le temps qu'il passait à penser du mal de moi alors que ce genre de choses ne m'atteignait plus. Mais surtout j'avais honte, une honte terrible de mon sang noir. Je le cachais comme une cicatrice immonde qu'on ne veut pas exhiber. Encore aujourd'hui ça me mets mal à l'aise que quelqu'un découvre 'ma particularité'.

J'ai mis quelques années à me rendre compte que mes parents étaient des exceptions dans leur avis. Enfin mes parents et mes frères parce que Maxen et Bennett dans leur perfection, ne pouvait pas supporter de respirer le même air que moi. Toujours est-il qu'arrivé au collège j'ai commencé à réaliser que mes camarades étaient attirés plutôt que révulsés. Les filles particulièrement. Comme quoi je devais pas être si moche que ça. Puis faut dire que j'étais pas con, j'étais même très intelligent. Pas au point de sauter deux classes comme Maxen mais bon, on peut pas tous être des génies.

Et puis dans cette admiration qu'on me vouait j'ai commencé à voir un échappatoire. Il y avait des gens qui me voulaient. Certains même qui me désiraient. Il n'y avait pas de raisons que j'en profite pas. Et putain j'en ai profité. Mon plus grand plaisir dans ces années-là c'étaient de séduire toutes ces petites imbéciles qui se jetaient dans mes bras comme si j'étais le prince charmant sorti tout droit de leur conte de fée personnel, et puis de les jeter comme des torchons trop usés. Je prenais un plaisir malsain à les mener en bateau jusqu'à ce que je me lasse, puis de leur révéler au dernier moment que je n'étais absolument pas le type qu'elle se figurait.

J'étais un salaud de première et je voulais qu'elles le sachent. Parce qu'autant j'aimais les regards appréciateurs qui s'arrêtaient sur moi, autant je n'avais rien perdu de mon mépris. Ni de ma hargne.

C'est peut-être pour ça que je me suis mit à chercher un ailleurs. J'avais toujours été obsédé par les livres fantastiques. Depuis ma plus tendre enfance je m'abreuvais de mondes fictifs, d'univers parallèles, de vies alternatives. Et puis je suppose que vient un certain âge où il faut se rendre à l'évidence. Passé onze ans on ne peut plus recevoir la lettre de Poudlard et c'est pas parce qu'on est Moldu, c'est parce que la magie n'existe pas. Et si la magie n'existe pas, il faut faire avec ce qu'on a sous la main.

J'ai vite fait tenté le deal de drogues mais étant pas complètement taré, j'ai préféré partir dans des deals plus légaux. Je me suis mis à bosser dans des bars en mentant sur mon âge, ça aidait que je fasse plus vieux, j'ai taffé dans des fast-foods, des cafés, des endroits un peu chelous, et des endroits carrément suspects. Enfin tout ce qui me tombait sous la main quoi. Je faisais n'importe quoi tant que ça me permettait de pas rentrer chez mes parents. Et si je pouvais en plus économiser des sous alors c'était nickel. Parfois je rentrais avec des femmes rencontrées au hasard, je passais la nuit chez elle et puis je repartais dans ma routine. Ça m'évitait de retourner dans l'atmosphère pesante du logis familial.

J'ai continué comme ça jusqu'à ce que Cassie me recrute à l'encontre de mon plein gré pour être le modèle de sa nouvelle ligne de vêtements. C'était les vêtements qui devaient changer sa vie et il lui fallait MOI. JE devais être son mannequin, elle ne pouvait accepter personne d'autre. Quand la seule personne de votre famille qui peut vous blairer vous dit ça, c'est difficile de dire non.

Du coup je me suis mis à jouer au top modèle. J'avais pas mal de succès, mais les quelques mois que j'ai passé à faire ce boulot m'ont convaincu que c'était absolument pas ce que je voulais faire de ma vie. Cassie était ravie vu que son seul objectif - du moins de ce que j'en ai déduit par la suite - c'était d'en mettre une dans les dents de ma mère avec son 'Maddox n'est pas photogénique'. Pas photogénique mes fesses.

Je secoue la tête avec exaspération, repensant à toutes les conneries que ma mère a pu déblatérer toutes ces années. Bon au moins, ma brève aventure de mannequin a eut le mérite d'améliorer grandement mes relations avec ma sœur. Je dirais même que ces jours-ci on s'aime bien. On se parle pendant dix minutes une fois tous les six mois, et elle m'envoie des fringues de sa marque régulièrement. On est au top quoi.

D'ailleurs en parlant d'être au top, il va falloir que m'y mette à ce carton, il va pas se déballer tout seul. Je prends quand même le temps de tirer une clope du paquet et de l'allumer avec le Zippo que ma sœur m'a offert pour mon anniversaire l'année dernière, puis je vais poser mes fesses sur le parquet pour commencer mon travail de déballage.

Je m'installe aussi confortablement que je peux en étant assis à même le sol, puis je me mets à sortir les objets qui se trouvent dans la boîte un à un. Il y a une lampe qui va surement aller à côté du matelas dans la chambre, quelques livres qui rejoigne direct ceux déjà rangés dans la bibliothèque, des bricoles dont j'ignore à la fois l'origine et l'utilité et qui vont sûrement finir à la poubelle, et une photo.

Je la retourne, m'attendant presque à me voir dessus, et je me retrouve nez à nez avec mon ex. Artemis. Dans la petite robe noire qu'il adorait à l'époque où on était ensemble. Il a un petit sourire timide sur la photo et ça me remue bizarrement. D'un coup je me rends compte que j'ai le cafard.

Artemis, je l'ai rencontré dans la bibliothèque où j'ai commencé à bosser après la fin de mes études. Il passait pas mal de temps à fureter du côté mythologie et j'avais pas mit longtemps à comprendre qu'il venait pas que pour les bouquins. Le moi de l'époque en avait pas pensé grand chose. J'étais encore dans ma phase de briseur de cœurs et je trouvais ça amusant d'avoir ce gamin de seize ans me faire les yeux doux. Alors je me suis pas fait prier, j'lai embarqué dans une croisière vers le malheur. C'était pas différent de ce que je faisais d'habitude, si ce n'était qu'Artemis était un garçon et pas une fille.  

Sauf que je me suis pas lassé tout de suite, comme je le faisais d'habitude. Il y a eut un rencard puis dix, et puis Artemis a commencé à me révéler plus de choses sur lui-même. Il a eut de l'hésitation au début, quand il m'a avoué que parfois il aimait porté des vêtements féminins. Je pense qu'il s'attendait à du rejet. Personnellement, je trouvais qu'avoir le sang noir c'était vachement plus zarb qu'être transgenre, donc je l'ai encouragé à porter ce qu'il voulait. En plus ça lui allait bien donc je voyais pas le problème.

Dans tout ça, on était déjà ensemble depuis plusieurs mois et ça m'était même pas venu à l'esprit d'y mettre fin. Pas facile en même temps quand je l'avais sous les yeux dans sa robe noire et qu'il me laissait le déshabiller parce qu'il m'aimait. C'est peut-être à ça que je m'accrochais finalement. Cette personne qui m'aimait. Moi qui n'avait jamais été aimé, avoir à mes côtés cette personne qui n'avait d'yeux que pour moi, ça faisait enfler mes chevilles un truc de dingue.

Et puis je sais pas, j'avais dû décider que je méritais mieux. Ou que j'avais pas besoin de lui. Je m'étais mit à aller voir ailleurs. Pas forcément jusqu'au bout de la chose, mais j'avais reprit mes habitudes de dragueurs. Je m'entourais de femmes, je passais du temps avec d'autres. Alors forcément ça avait fini par me péter à la tronche. Je me suis fait largué pour la première fois de ma vie et c'était 100% ma faute.

Ça fait maintenant quatre ans qu'on est plus ensemble. Quatre ans que j'en ai rien à battre et il me suffit de tomber sur une seule photo de lui dans sa robe préférée pour que je m'en morde les doigts. Pas que je regrette particulièrement ce qu'il c'est passé entre nous. Non, ce que je regrette le plus c'est de ne plus l'avoir à mes côtés. Ce que je regrette c'est d'avoir perdu son amour. Parce qu'avec le recul, je sais que ce que je prenais pour une évidence à l'époque est une chose rare qui ne tombe pas du ciel. L'année que j'ai passé avec Artemis est restée ma seule relation de longue durée. Depuis je n'ai fait qu'errer de plan d'un soir à relation de courte durée. Rien de significatif. Que des choses sans sentiments, qui paraissent bien pâles comparé à ce qu'Artemis m'a donné.

Un miaulement me fait tourner la tête vers le pas de la porte. Hannibal, mon chat, entre à pas feutré dans le salon.

"Salaud toi-même." je lui dis, caressant sa fourrure grise quand il vient se frotter à ma jambe.

Prenant subitement une décision, je m'empare du vieux cadre qui traine au fond du carton et j'y glisse la photo avant de placer le tout bien en évidence sur le buffet.

Je ne détache mes yeux de la photo qu'au miaulement insistant d'Hannibal.

"Ça va j'ai compris!" je râle. "T'as la dalle, moi aussi et personne est content! Que du bonheur."

J'abandonne le carton au milieu du salon. Quand le chat parle, le maître obéit apparemment. Parle de relations de merde.
Derrière l'écran
C'est moi Maggy! ᵜ 21 ans, je suis encore jeune ᵜ Je l'aime tellement pas que j'en suis à mon TC ᵜ Patapoum

Code:
[b]Bibliothécaire[/b] • A l'Université ▬ [i]Maddox Graham[/i]
Code:
[b]Dark Blood[/b] • Son sang noir réagit différemment aux médicaments et aux poisons ▬ [i]Maddox Graham[/i]
Code:
OC • Old Xian ▬ [i]Maddox Graham[/i]



Dernière édition par Maddox Graham le Sam 19 Mai - 7:10, édité 10 fois
avatar
Admin • Civis
Messages : 727
Points RP : 2309
Inscription : 12/02/2017

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 16:20
Tu n'imagine même pas à quel point tu étais attendu toi!!


▬ ● ● ● ▬



T'as envie d'un prédef de la mort qui tue? C'est par ici que ça se passe!:
avatar
Civis
Messages : 245
Points RP : 790
Inscription : 01/02/2018

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 16:21
Je me suis fait une idée en papotant avec Arte
avatar
:Admin • Corporis:
:Admin • Corporis:
Messages : 2043
Points RP : 3568
Inscription : 12/02/2016

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 16:27
GRAAAAAAAAAOUUUUUUUUUUUH




▬ ● ● ● ▬

Judemis   :



avatar
Admin • Civis
Messages : 727
Points RP : 2309
Inscription : 12/02/2017

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 18:17
pour qu'on te valide il faut que tu ailles signer le règlement chouchou!

▬ ● ● ● ▬



T'as envie d'un prédef de la mort qui tue? C'est par ici que ça se passe!:
avatar
Civis
Messages : 245
Points RP : 790
Inscription : 01/02/2018

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 18:18
Ah oui c'est vrai. J'arrive à oublier à chaque fois, c'est que j'y mets quand même du mien

M'enfin du coup c'est fait.
avatar
Corporis
Messages : 419
Points RP : 300
Inscription : 25/01/2018

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 18:22
Ooooow je t'adore toi *Q*
Au début, je me suis dis que c'était un personnage assez contradictoire par rapport à son métier et son origine, mais c'est tout ce qui fait son. charme. incroyable.
Et puis l'histoire quoi, l'histoire. Je l'ai dévorée, si je puis dire. Ces relation élaborés, tout, et puis j'aime bien le passage où on parle d'Arte
Bref, je vais ABSOLUMENT réfléchir à un lien avec toi, si ça ne te dérange pas **

FIGHTO POUR TA VALIDATION 8)
avatar
Tractamus
Messages : 1698
Points RP : 2062
Inscription : 15/02/2017

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Jeu 1 Fév - 19:11
Twinner.
Tu sais que je t'approuve sur ce coup.
Tu sais que je t'approuve à 100% sur ce coup.
( d'ailleurs tu sais qu'il est très rare que je t'approuve pas /pan )

WELCOME BACK TWINNER ! *\O/*'
Je t'aime pour avoir pris ce prédef'. **

Hâte de te voir en action.
avatar
Fonda • Mentis
Messages : 131
Points RP : 266
Inscription : 24/11/2017

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Ven 2 Fév - 3:03
J'ai l'immense honneur de t'annoncer que tu auras déjà un némésis sur cette île.
#Joude

BASOUS

▬ ● ● ● ▬


#JeSuisProut
avatar
Mentis • L'amour en CB
Messages : 190
Points RP : 1067
Inscription : 28/04/2017

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

le Ven 2 Fév - 4:05
Je sens le Drama arrivé *sors son transate et le popcorn*
Après je viens aussi poser le cv de Louis ici pour un lien/rp parce que:
1:je kiffe ton perso ♥️
2: ils sont possiblement collègues
Contenu sponsorisé

Re: Maddox Graham - TC de Maggy Barton

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum