Partagez | 
 

 Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Violet Beddington
Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 17
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2017
MessageSujet: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 18:11



Violet Beddington
cantabile

90 ans ᵜᴥ 15 janvier 1927 ᵜᴥ 1m59 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ yeux gris ᵜᴥ cheveux gris ᵜᴥ retraitée ᵜᴥ aimante ᵜᴥ empathique ᵜᴥ amusante ᵜᴥ butée ᵜᴥ rebelle dans l'âme ᵜᴥ révoltée chronique ᵜᴥ a toujours une cause à soutenir ᵜᴥ un brin acerbe ᵜᴥ usée ᵜᴥ accueillante ᵜᴥ espiègle ᵜᴥ intentionnée ᵜᴥ flegmatique

Mon pouvoir

Prosopopées


Le crochet, empêtré dans son fil de laine, vint tapoter l’épaule de Violet avec un brin d’hésitation.

« Grands Dieux ! Mais tu es tout emberlificoté ! Montre-moi ça ! Houlà, tu as fait des nœuds dis moi! » s’écria Mrs Beddington.

Le pauvre crochet prit un air penaud comme seuls les crochets peuvent le faire, et laissa Violet défaire le paquet de nœud qu’il avait créé.

« Allons » dit la vieille femme en achevant de défaire les fils « Montre-moi ce que tu as fait pour en arriver là. »

Le crochet s’exécuta, passant le fil de laine au-dessus de lui plusieurs fois, avant de le tirer à travers la boucle précédemment créée. Aussitôt, le nœud reparu.

« Ha ! Je vois ! » dit Mrs Beddington de sa voix chaude en attrapant l’ustensile « Regarde, je te montre. Il faut faire passer le fil, puis le crochet dans la boucle… hop, comme ça… et ensuite, on repasse… allons ! Ne t’agite pas pendant que je te montre, pense à mon arthrose !... voilà, tu fais rentrer le tout à l’intérieur de ta boucle, et hop ! Comme ça. »

Le crochet  acquiesça comme seul un crochet sait le faire, et reproduit l’action, sous le regard attentif de Violet.




Oui, Mrs Beddington apprenait à son crochet à faire du crochet, tout à fait. C’était là une scène tout à fait normale de son quotidien, puisqu’elle était capable de faire prendre vie aux objets. Lorsqu’elle le leur demandait, les objets s’agitaient, se trouvant soudain dotés d’une conscience, d’une personnalité, d’une liberté d’action… N’allez pas croire que des yeux leurs poussaient et qu’ils pouvaient se plier en tout sens comme dans la belle et la bête. Non, ils restaient ce qu’ils étaient, simplement chacun avait sa liberté de mouvement, et chacun son caractère.

Ainsi chez Violet, les objets les plus souvent mis à contribution avaient tous leur petit nom. Le crochet s’appelait Eugène, et il manquait singulièrement de confiance en lui ; un rien suffisait à le déprimer. La boite à gâteau se prénommait Madeleine ; elle était adorable, mais dotée d’un naturel flemmard. La pince à sucre en revanche, prénommée Babette, était dotée d’un enthousiasme et d’une énergie folle ; et il fallait toujours bien lui préciser lorsque l’on avait assez de sucre, sans quoi elle continuait à en dispenser jusqu’à ce que vous ayez du sucre au café. Il y avait aussi Suzanne, la théière, Anatole, le chausse-pied, Martha, la lampe de chevet, Honoré, le fouet culinaire, et encore bien d’autres.

Tous ces objets, qui étaient chez elle depuis longtemps, et qu’elle connaissait bien, avaient tendance à accéder à ses requêtes. Ceux qu’elle ne connaissait pas en revanche, en faisaient plus souvent à leur tête. Il faut dire que les objets ont tendance à être loyaux. Si vous avez un journal intime depuis des années et que vous le traitez bien, ne vous en faites pas, il y a de grande chance qu’il refuse de s’ouvrir, même si Violet le lui demande très gentiment.

Plus les objets étaient petits, et plus Mrs Beddington pouvait en animer simultanément, et plus la durée augmentait. Un crochet seul, elle pouvait l’animer pendant des heures. Un piano à queue, cela se comptait en minutes.

Lorsque Mrs Beddington en abusait, sa vision se brouillait, son souffle devenait court, et elle finissait éventuellement par perdre conscience ; bien que cela ne lui soit plus arrivé depuis bien longtemps. C’est qu’en 90 ans, on a le temps d’améliorer sa pratique, et de saisir les subtilités de ses habiletés.

Mrs Beddington avait même, depuis toujours, une cuillère de compagnie. Une cuillère gravée à ses initiales de jeune fille, cadeau de naissance d’une tante, ou peut-être d’une cousine ; les détails s’étaient perdus avec les années. Le couvert, prénommé Odetta, ou Detta pour les intimes, n’avait jamais quitté Violet, de toute sa vie. Elle était le premier objet qu’avait jamais animé la vieille femme, lorsqu’elle avait à peine 4 ans, et restait à ce jour un compagnon irremplaçable.

Mon histoire
Violet Beddington ne s’est pas toujours appelée ainsi. Violet Beddington a eu un nom par vie.


Lorsqu’elle est née, Violet Beddington s’appelait Violette Vinatier. C’était en 1927, et c’était dans une petite ville au nord-est de la France. Violette Vinatier était la petite dernière d’une famille de 5 enfants. Deux frères et deux sœurs. Elle était une petite fille débordante d’énergie, assez pour la transmettre aux petits objets qui l’entouraient. Elle n’aimait rien moins que désobéir, et passait sa vie à organiser des concours d’acrobaties avec les pinces-à-linge du jardin, ce malgré l’interdiction formelle de Jeannette Vinatier, sa mère. Il faut dire que l’époque voyait les balbutiements de ces humains aux capacités étranges, qui se comptaient sans doute à l’époque sur les doigts de quelques mains, et dont on n’avait guère vent de l’existence. Jusqu’à ses 13 ans, Violette fût une petite fille heureuse, bien qu’elle donnât nombres de cheveux blancs à ses parents et à sa fratrie.

Et puis ce fût la guerre. Et la guerre vous fait grandir bien plus vite qu’il n’est tolérable. Dès les premières semaines du conflit, Les Vinatiers perdaient leur père et époux Alphonse, mort au front. Et bientôt, ce fût l’exode. Comme des milliers de famille, Jeannette Vinatier, ses trois filles et son plus jeune garçon étaient jeté sur les routes de France, tentant d’échapper à l’irrésistible avancée des troupes allemandes. Ils allaient à Paris, se réfugier chez une tante éloignée. Paris était encore libre. Alors une fois arrivés, après des semaines de marche et de voyage éreintant, ils se crurent à l’abri, et se contentèrent de prier pour le retour de leur frère ainé, lui aussi au front.

Mais Paris à son tour tomba sous l’occupation, et l’on connut la faim, le froid, les tickets de rationnement, l’odeur de caoutchouc des masques à gaz, et la peur d’être dénoncé par son voisin.  Les Vinatiers étaient chrétiens, mais qui était vraiment à l’abri ? Ainsi passaient les journées en attendant, espérait-on, la libération. Et puis André, le cadet des frères, du haut de ses 17 ans, fût appelé pour le STO. Et l’on pleura dans la famille, lorsqu’il prit le train pour l’Allemagne, incertain du jour où on le reverrait, et même si on le reverrait un jour. Mais André sauta du train et prit le maquis. Il devait mourir fusillé pas moins d’un an plus tard. Quelque mois après, ce fût Hélène, l’ainée des sœurs, qui était soudain arrêtée et amenée de force, accusée d’être dans la Resistance. Et elle l’était, engagée dans un réseau à l’issu de sa famille. On ne la revit jamais, malgré de nombreuses tentatives désespérée dans toutes les administrations possibles. On apprit après la guerre qu’elle avait été torturée, et qu’elle était morte sans rien dire. Et puis on reçut la nouvelle de la mort du frère ainé, Théophile, dans un camp de prisonniers de guerre. Ne restaient plus alors que 3 Vinatiers pour vivre la fin de la guerre et la libération. Madeleine, la mère, Augustine, la cadette, et Violette. Le cœur déchiré, mais néanmoins participant à la liesse générale.

Violette, comme toutes les filles de 19 ans, allait voler des baisers aux soldats américains qui défilaient dans Paris, juchés sur leurs chars. Elle rencontra Steve Wallace, et les deux tombèrent amoureux. Steve Wallace resta déployé un an à Paris. Une année pendant laquelle Augustine la sœur cadette, fût tondue en place public pour avoir eu une relation avec un officier allemand. Violette, outrée, se rasa elle-même la tête au coupe-chou. Cela fit bien rire son américain, qui lui donna tous les chewing-gums de ses rations pour qu’elle puisse aller les coller dans les cheveux de ceux qui avaient fait subir ça à sa sœur. Une semaine plus tard, un bon tiers du quartier avait les cheveux sinon rasés, coupés très courts, et on ne savait plus vraiment qui était victime de l’ire populaire et qui des chewing-gums.

Puis Steve Wallace reparti aux Etats-Unis, avec Violette, 20 ans, dans ses bagages. Ils se marièrent, et Violette Vinatier devint Violet Wallace. Après la guerre, voilà qu’elle vivait le rêve américain. Elle avait un mari, une maison, une voiture, des aspirateurs, des cocottes-minutes et des machines à laver. Ainsi que 3 enfants. Une première petite fille nommée Helen. Une enfant solaire, ravissante, toujours souriante, qui n’aimait rien plus que de prendre soin de son petit frère de deux ans; Andrew, un garçon aussi réservé que sa sœur était extravertie. Il était en outre, tout comme sa mère, doté d’un pouvoir. Il parlait aux étoiles. Andrew savait toujours toutes sortes de choses sur les gens et ce qui se passait dans le monde, et lorsqu’on lui demandait comment il le savait, il se contentait de répondre avec un air mystérieux que les étoiles le lui avaient dit. Il était doux et rêveur comme seule une personne avec un tel don pouvait l’être. Et puis le petit dernier, de 5 ans le benjamin : Theo. Un gamin qui était le portrait craché de Violet. Il était casse-cou, insolent, intrépide, téméraire, et n’aimait rien tant que de rentrer avec ses pantalons troués, peu importe la rouste qui s’ensuivait. Ils étaient son bonheur.

Mais Violet avait des appareils derniers-cri qui tombaient en panne. Violet avait un mari vieux jeu qui n’avait guère été qu’une amourette de jeune femme. Violet avait un enfant qui souffrait, car Andrew était rêveur à mesure qu’il était fragile, et dans cette époque qui acceptait bien peu les humains dotés de pouvoirs, il avait bien du mal à trouver sa place. Andrew, doux qu’il était, ne se défendait pas. Il subissait en silence. Et un beau jour, dans l’année de ses 19 ans, deux policiers vinrent sonner à la porte de la famille Wallace. Andrew avait été agressé. Andrew était mort de ses blessures sur le chemin de l’hôpital. Alors sur le visage solaire d’Helen, qui n’aimait personne comme elle aimait son frère, les ombres s’installèrent. Elle devint diaphane, triste et morne. Et 6 mois plus tard, on l’avait trouvé sur son lit, endormie à jamais, tout un tas de pilules mortifères au pied de son lit et dans son organisme.

Violet sombra aux confins de la dépression, quelque part proche de la folie. Elle était malade de chagrin et de culpabilité, de n’avoir rien pû faire, et de n’avoir rien vu venir. Il faut dire aussi que son mari le lui reprochait en ces termes. Alors elle devint pour son dernier enfant une véritable prison maternelle. Mortifiée à l’idée de perdre son troisième, elle ne lui laissa plus un instant de répit, voulant en tout temps savoir ce qu’il faisait, où il était, ce qu’il pensait. Pour un esprit libre et frondeur comme lui, c’était bien impossible à supporter. A 16 ans, il fuguât. Violet en fût si affolée qu’elle lança toutes ses forces dans la recherche de son fils. A l’aide de son pouvoir, toute la coutellerie, toutes les armoires et le nécessaire de couture avaient été lancés à la recherche de Theo. S’ensuivit une après-midi mémorable où on avait vu dans toute la ville couverts, robes et bobines de fils arpenter les rues comme s’ils avaient été possédés par un démon. Une vague de panique s’empara de la région, et encore des années après, on avait toujours pas fini de disserter sur les étranges événements de cette après-midi-là. Violet quant à elle, tomba d’épuisement au terme de la journée, et resta dans le coma plusieurs jours, ayant été bien au-delà de ses forces. A son réveil, Theo était revenu de lui-même. Deux ans plus tard, le jour même de ses 18 ans, Theo était reparti. Il avait disparu dans une fuite apparemment soigneusement organisée, ne laissant qu’une lettre pour sa mère, dans laquelle il lui expliquait le calvaire qu’elle lui avait fait vivre, et comment il était resté dans la seule peur qu’elle n’en meure, mais qu’à présent il était majeur, et que rien ne pouvait plus le forcer à rester. Violet effondrée, son mari ne fit guère que la blâmer encore plus là où elle aurait eu besoin d’aide.

Alors Violet claqua la porte. Son dernier fils parti, elle n’avait plus de raisons de rester avec un homme qu’elle n’aimait plus. Elle demanda le divorce, et après bien des batailles, redevint Violet Vinatier. Elle partit de par le monde apporter à d’autres l’aide et l’affection qu’elle n’avait pas sût dispenser à ses enfants. Violet se découvrit bien des combats, pour les droits des femmes, contre la guerre, pour la nature, pour les enfants, pour les humains dotés comme elle… Elle revint à cette elle-même qu’elle était avant de devenir femme au foyer modèle : acharnée, ardue et intrépide. Elle visita bien des pays, rencontra bien des gens, vit des peines comme des joies. De son fils, elle recevait une carte postale par an. C’était mieux que rien.

Et puis elle rencontra Henry Beddington. Un gentleman anglais fantasque qui explorait le monde. Il fût son grand amour, bien plus que Steve Wallace. Ils reprirent à deux leur vadrouille à travers le monde, tantôt en amazonie, tantôt dans les steppes mongoles, un jour loin de toute civilisation et un jour au cœur d’une métropole. Ils s’épousèrent, et à défaut d’avoir beaucoup d’enfants, vécurent heureux jusqu’à ce que la mort ne sépare Henry de Violet. Il y a 10 ans de cela, le cancer l’emporta, et Violet Beddington, héritière de tout l’argent de  feu son mari, décida de venir couler sa retraite à summerbridge. Elle avait suivi et soutenu ce projet depuis aussi longtemps qu’il existait, et elle voulait à présent voir de ses yeux un endroit où l’on tolérait les humains dotés, et où la jeune génération pouvait s’épanouir.

Elle vivait désormais dans une petite maison coquette, à la façade blanche et aux volets bleus, tranquillement installée dans un carré de jardin bien entretenu, avec un potager qui semblait étonnement fourni par rapport aux capacités physiques de la vieille dame. Mais peu savaient que ce potager se bêchait seul.


Derrière l'écran
Pseudo : Mamie ᵜ Âge : canonique ᵜ Avis sur le forum : mamasita ᵜ Mot de la fin :  

Code:
[b]Prosopopées[/b] • donne vie aux objets ▬ [i]Violet Beddington[/i]
Code:
[b]retraitée[/b] • - ? ▬ [i]Violet Beddington[/i]
Code:
Sizukani • OC ▬ [i]Violet Beddington[/i]




Dernière édition par Violet Beddington le Mar 27 Juin - 14:34, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vogel Inggison
Admin • Allegro
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 108
Points RP : 241
Date d'inscription : 21/04/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 19:07

Uèch mamie

Rebienvenue sur le fow, plein de love sur toi et bonne redac'

▬ ● ● ● ▬

Je t'ai à l'œil Invité ! Passe par si toi aussi tu as des commandes graphiques à passer !

Revenir en haut Aller en bas
Drew Adams
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 632
Points RP : 923
Date d'inscription : 05/01/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 19:12

Oh my... je t'aime toi :')
Re-bienevue, je te dis meme pas bonne chance ou bon courage parce que je sais que ton perso va juste etre du tonnerre !

Alors écris vite !

▬ ● ● ● ▬
Merci Doku et KitKat pour ces joli avatars ♥
Revenir en haut Aller en bas
Dolorès " Doll " McKenzie
Andante
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 188
Points RP : 1315
Date d'inscription : 31/03/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 19:22

90 ans.. Sincèrement.. xD

Tu prend ton rôle de grand-mère très au sérieux !
Bon courage pour cette fiche :3
Revenir en haut Aller en bas
Jude L. O'Brien
Fonda • Allegro
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 2533
Points RP : 597
Date d'inscription : 17/01/2016
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 19:40

Alors là... xDD
*applaudit*
Je... que... j'approuve :')

▬ ● ● ● ▬

- let the beast rock -I'm just a monster, a beast. Run. Run from me. You don't deserve to die this way. Please, run. You'll never win nothing if you stay with me. I've lost my humanity a long time ago. I'm cold, cold and distant. Welcome to hell, dude.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Neelov
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 1052
Points RP : 705
Date d'inscription : 15/02/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 19:48

Okay, j'ai vu le gif, j'ai lu le petit encadré, j'ai lu le caractère et d'office... J'APPRROUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUVE. *Q*' Vary idole number one, tu mérites entièrement ce surnom. *\O/*

WELCOME HOME HONEY. *w*

J'ai hâte de lire ta fiche en entier. /O/
Revenir en haut Aller en bas
Azoth L. Aegnor
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 525
Points RP : 393
Date d'inscription : 07/08/2016
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 19:56

ELLE A VRAIMENT FAIT UNE VIEILLE
Respect.
Re-bienvenue !

▬ ● ● ● ▬

Azoth talks in #8dd9eb, Fenrir talks to her in italic, she answers to him in bold
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Violet Beddington
Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 17
Points RP : 15
Date d'inscription : 26/06/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 20:13

Merci à tous pour ce re-accueil !! Vos réactions me font chaud au coeur!

Love sur vos têtes, et le pouvoir de Violet est disponible!
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Neelov
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 1052
Points RP : 705
Date d'inscription : 15/02/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 20:17

Pouvoir absolument génial Vary. **
Hâte de lire ton histoire. /O/
Revenir en haut Aller en bas
Lyssla White
Vivace
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 422
Points RP : 634
Date d'inscription : 23/02/2017
MessageSujet: Re: Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]   Lun 26 Juin - 21:25

Lombard tu.... JE T'AIMES

Tu es un génie et j'ai hâte de RP avec la mamie de Summerbridge
Revenir en haut Aller en bas
 
Cantabile - Violet Beddington [DC de Lombard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tasty Tales ► Forum RPG Université :: Les premiers pas :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers:  
Ewilan RPGHoshi no Musudabberblimp