Partagez | 
 

 CANTABILE - FUKI IMAZE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lyssla White
Vivace
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 245
Points RP : 652
Date d'inscription : 23/02/2017
MessageSujet: CANTABILE - FUKI IMAZE   Sam 10 Juin - 0:14



Fuki Imaze
Cantabile

28 ans ᵜᴥ 15 mars ᵜᴥ 1m67 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ Noirs virant au rouge lors de l'utilisation de son pouvoir ᵜᴥ Noirs ᵜᴥ Professeur de psychologie ᵜᴥ Fuki est du genre réfléchie et observatrice,
elle a toujours adoré déchiffrer les réactions des humains l'entourant.
Elle est calme et sérieuse dans son travail et s'intéresse plus à ses réflexions qu'à celles des autres car elle a souvent raison.
Si elle n'arrive pas à comprendre quelqu'un, elle réfléchira sans s'arrêter jusqu'à réussir.
Vous l'avez compris son métier c'est sa passion.
Mais malgré sa passion dévorante, ça lui arrive de se faire des amis à qui elle sourie parfois.
Mais si vous voulez être son ami, je vous préviens qu'elle adore les personnes calme et sensées.
Aussi, du côté sentimental elle aura beaucoup, beaucoup de mal à s'attacher.

Médusa
1ère apparition :Sa mère lui coupe les cheveux comme tous les mois quand soudain ses mèches commencent à bouger.
Elle se lève précipitamment et observe des serpents se créer à partir de ses longs cheveux.
Elle hurle en voyant cet étrange spectacle et sa mère essaie de les couper en vain.
Fuki se tourne vers elle et elle se tétanise en prenant une couleur maronnasse.
Et depuis elle n'a donc plus jamais recoupé ses cheveux.

Scientifiquement :

Ses cheveux prennent la forme de serpents dés qu'ils sont agressés par des objets coupants, c'est pour ça que Fuki les attachent souvent pour ne pas qu'ils se redressent lors de ces moments.

Lorsque ses cheveux deviennent des serpents, ses yeux se teintent de rouge et quiconque la regarde dans les yeux se transforme en pierre durant 5 minutes.

Positif :

- Pratique lors des combats.

Négatif :

- Elle meurt de chaud en été à force de ne pas les couper.

- Ses cheveux peuvent devenir serpents contre sa volonté.
"Il est dans la nature humaine de penser sagement et d'agir dune façon absurde."
Est-ce qu'il est encore tombé en sport ?

Fuki observe encore cet élève dont elle ne connaît même pas le nom,
tout ce qu'elle sait c'est qu'il a un an de plus qu'elle.

Nous sommes au Japon et Fuki a 15 ans, elle est assise contre un arbre de la cour, ses longs cheveux noirs tombant sur le carnet qu'elle tiens dans ses mains.
Le garçon qu'elle regarde c'est Tsukihiko - ツキヒコ en kanji, un garçon discret et maladroit.
Elle ne lui a jamais parlé, jamais écrit mais elle l'observe tous les jours.

Ce qui l'intéresse chez lui c'est son physique, je ne parle pas là de sa beauté mais des marques qu'il a sur le corps.
Il dit toujours qu'il tombe ou qu'il se fait juste mal sans faire exprès, mais Fuki a de plus en plus de doutes.

Déjà à cette époque elle est douée pour décrypter les gens, elle s'amuse même à les classer allant de la personne la plus intéressante à la plus facile à deviner.
Et devinez qui est à la tête du classement ? Lui.

C'est pour ça que se jour-là elle a décidée de le suivre.

A la sortie de l'école elle le suit à pas de loup et arrive jusqu'à sa maison.

J'aurais du m'en douter... il est orphelin.
Cet air faussement heureux, ce côté fermé...

Elle entre dans l'orphelinat et se raidit en voyant son sujet de réflexion parler avec une femme beaucoup plus âgée.

C'est définitivement quelqu'un qui s'occupe des enfants ici... comment on appelle ça déjà... ?

" - Hey toi. Qu'est-ce que tu fais là ? "

Elle écarte les yeux quand la dame lui adresse la parole.

" - Je... Heum... Je suis venu rendre visite à Tsuki. "

Si je lui donne un surnom c'est plus réaliste, non ?

L'adulte arque un sourcil et se tourne vers son ancien interlocuteur à l'attente d'une confirmation.

Il regarde Fuki de la tête aux pieds et répond :

" - O... Oui. Elle doit me ramener des cours par rapport à mon absence d'avant-hier.
- Ah oui ? Et elle s'appelle comment ta jeune amie ?, demande la grande prise d'une soudaine curiosité.
- Fumi. "


Fu... mi ?

Fuki se dépêche d'approuver d'un oui de la tête et après une petite discussion, elle entre dans une genre de salle de classe suivit de son "ami".
Il ferme la porte et engage la conversation

" - Je peux savoir pourquoi... heu... ?

- Je suis désolé, ça ne se reproduira plus !

- Et donc, qu'est-ce que tu fais là... ? Désolé j'ai oublié ton nom.

- Fuki ! Je... "


Elle bredouille, elle rougie et se cache derrière ses longs cheveux.

Comment lui avouer que je l'ai suivie ?
Je vais pas dire juste : bonjour, je t'observe depuis 1 an et je t'ai suivie pour mieux te connaître, non, non, je ne suis pas une dangereuse psychopathe, juste une stalkeuse.


Elle tente de reprendre contenance et lui dit

" - Je t'ai vue passer par-là et puisque je sais qu'ici c'est l'orphelinat je voulais savoir si tu habitais là... Je suis désolé j'aurais du respecter ta vie privée ! "

Voilà pourquoi ça fait des années qu'elle hésite à le suivre, pour éviter cette situation.

Mais contre toute attente, le garçon souri, d'un sourire qui fait tomber amoureuse la jeune Fuki.

" - C'est pas grave, ça m'arrive d'être curieux aussi, tu veux que je te fasse visiter ? "

Et leur amitié démarre à ce moment là, à ce moment elle ne connaît pas son pouvoir et ne connaît toujours pas la raison des blessures de son nouvel ami.

Au fil du temps il commence à s'ouvrir à elle et tombe lui aussi amoureux de cette petite fille au teint pâle de 15 ans.
Il lui avoue et pendant 2 ans ils filent le parfait amour, Fuki est tellement heureuse qu'elle en oublie les anciennes marques pourtant récentes qu'il avait sur le corps.

Mais alors qu'elle a 17 ans et lui 18, elle découvre son pouvoir.
Elle ne le supporte pas, toute sa vie elle se disait que les pouvoirs étaient contre nature et elle fini par en avoir un.
Son esprit critique ne le supporte pas et elle commence à s'éloigner de toute les personnes qu'elle aime, y compris son petit-ami.
Quant elle rentre chez elle elle s'enferme et reste enfermé aux toilettes pendant les pauses au lycée.

Et sans qu'elle ne s'en rende compte Tsukihiko recommence à avoir des cicatrices.
Elle ne l'observe plus, elle n'observe plus personne à par son reflet et ses horribles serpents se reflétant à l'intérieur du miroir.

Et un jour alors qu'elle se rend en cours forcée par ses parents, elle voit sur le panneau d'affichage une grande feuille neutre, aucun grand titre, juste quelques lignes et une photo :

Tsukihiko

Le choc de sa vie.
Encore une fois elle n'a pas prévue ça.

Il est mort.

Elle reste plusieurs minutes devant la feuille, comme-ci ce qui est devant elle n'est qu'un rêve, le monde s'arrête soudain de tourner dans sa tête et dés la sonnerie elle part vers l'orphelinat et toque à la porte de Kinuko, la dame qu'elle avait rencontrée lors de sa première visite.

Elle l'accueille les yeux rouges de larmes et lui explique tout ce qu'elle sait :

" - Depuis un petit moment il parlait moins, il s'est passé quelque chose dans votre couple ?

- Je... Non.

- Je vois, je vais te dire ce que j'ai vue, c'est moi qui l'ai retrouvée... "


Elle coupe la discussion en plongeant son visage dans ses mains en pleurant.

Ça doit être dur pour elle...

Fuki pense un moment à la prendre dans ses bras, mais elle se sent tellement coupable de n'avoir rien vu venir qu'elle préfère rester loin.
Kinuko se calme un peu et reprend la parole.

" - Il était assis par terre contre son lit... un cutter à la main... il y avait plein de sang... "

C...

Tout se chamboule dans sa tête, ses blessures, les moments de joie partagés et lui... loin, très loin, trop...

Il meurt de nouveau à petit feu dans sa tête, Fuki se rend enfin compte de ce qu'il s'est passé...

La douleur de ne pas avoir de parents, la mutilation, la timidité et l'envie de ne pas se faire remarquer, ce passage sans blessures... Quand ils étaient ensemble.

C'est ma faute... Je l'ai laissé... C'est ma faute !

Elle se lève brusquement et s'évanouie pour se réveiller quelques heures plus tard à l'hôpital.

Vide, la chambre est vide comme son cœur.
Elle regarde la pièce et voie deux lettres posées à son chevet, une de Kinuko et une de... Tsukihiko.

Elle ouvre la première et lie rapidement les explications de la dame disant que l'autre lettre était posée sur le lit de Tsukihiko lors de sa mort.

Elle se presse de prendre l'autre lettre et de la lire.
Elle est soigneusement rédigée :

" Cher Fuki,

c'est dur d'écrire en ce moment, j'ai un peu peur mais je suis tellement lassé de souffrir.
Je suis nul, je n'ai pas su te garder et ne me suis même pas rendu compte de pourquoi tu est parti.
Je ne te mérite pas mais sache que tu as été la lumière de ma vie, le plus beau passage de mon existence et que je t'aimerai toujours même après ma mort.

Cette lettre me paraît courte mais c'est parce que je veux que tu ne retiennes que ça : Je t'aime.

Refais ta vie comme si je n'avais jamais existé et sois heureuse, montre ce magnifique sourire au monde et fais tout ton possible pour réaliser ton rêve de devenir prof de Psychologie, tu as un incroyable talent dans ce domaine et j'espère que tes élèves comprendrons à quel point tu es génial et que la psychologie c'est vraiment intéressant.

Enfin voilà je sais pas trop comment finir cette lettre alors :

Désolé si je t'ai causé de la peine ou quoi que ce soit mais n'oublies jamais que je t'aime.

Tsukihiko "

Elle se met à pleurer, seule dans cette chambre d'hôpital... toujours.

Elle pense à mettre fin à sa vie, mais elle tiens tellement à réaliser son rêve comme Tsukihiko lui demande qu'elle reprend correctement ses études et s’intéresse un peu plus aux pouvoirs, elle s'intéresse maintenant à tous les sujets mais ne supporte plus de vivre au Japon et dés qu'elle obtient son diplôme elle envoie une demande pour devenir professeur à Summerbridge.

Elle se fait embaucher et vie maintenant sur cette île à étudier des personnes plus farfelues les unes que les autres sans jamais oublier Tsuki' dont elle possède encore la lettre dans un petit coffre chez elle dont la clé est autour de son cou.

"Quand l'homme refuse de se confronter avec son ombre, elle lui revient sous forme de son destin."
C.G. Jung


Derrière l'écran
Pseudo ᵜ Âge ᵜ Avis sur le forum ᵜ Mot de la fin

Code:
[b]Predef × Médusa[/b] • Vous transforme en pierre avec ses yeux pendant que ses serpents se jouent de vous ▬ [i]Fuki Imaze[/i]
Code:
[b]Predef × Professeur de Psychologie[/b] • A l'Université ▬ [i]Fuki Imaze[/i]
Code:
Predef × Azami • Kagerou Days / Project - Mekakucity actors ▬ [i]Fuki Imaze[/i]


© Fiche par Babao pour Tasty Tales

Code:
<link rel="stylesheet" href="https://0bd16a42b63ae4838015c904a9dcf1246e6b3af9.googledrive.com/host/0B7gJPSN4e8FXa1BWVTRvUVFIVWc/css_trop.css" type="text/css"/>
<div class="general"><img class="gif" src="https://media.giphy.com/media/GchQwhnZa6suY/giphy.gif"/>
<div class="nom">Fuki Imaze<br/><span>Cantabile</span></div>
<div class="infosj"><span>28 ans ᵜᴥ 15 mars ᵜᴥ 1m67 ᵜᴥ ♀ ᵜᴥ Noirs virant au rouge lors de l'utilisation de son pouvoir ᵜᴥ Noirs ᵜᴥ Professeur de psychologie ᵜᴥ</span> Fuki est du genre réfléchie et observatrice,
elle a toujours adoré déchiffrer les réactions des humains l'entourant.
Elle est calme et sérieuse dans son travail et s'intéresse plus à ses réflexions qu'à celles des autres car elle a souvent raison.
Si elle n'arrive pas à comprendre quelqu'un, elle réfléchira sans s'arrêter jusqu'à réussir.
Vous l'avez compris son métier c'est sa passion.
Mais malgré sa passion dévorante, ça lui arrive de se faire des amis à qui elle sourie parfois.
Mais si vous voulez être son ami, je vous préviens qu'elle adore les personnes calme et sensées.
Aussi, du côté sentimental elle aura beaucoup, beaucoup de mal à s'attacher.</div>
<div class="don"><span>Médusa</span><br/>[u]1ère apparition :[/u]Sa mère lui coupe les cheveux comme tous les mois quand soudain ses mèches commencent à bouger.
Elle lâche se lève précipitamment et observe des serpents se créer à partir de ses longs cheveux.
Elle hurle en voyant cet étrange spectacle et sa mère essaie de les couper en vain.
Fuki se tourne vers elle et elle se tétanise en prenant une couleur maronnasse.
Et depuis elle n'a donc plus jamais recoupé ses cheveux.

[u]Scientifiquement :[/u]

Ses cheveux prennent la forme de serpents dés qu'ils sont agressés par des objets coupants, c'est pour ça que Fuki les attachent souvent pour ne pas qu'ils se redressent lors de ces moments.

Lorsque ses cheveux deviennent des serpents, ses yeux se teintent de rouge et quiconque la regarde dans les yeux se transforme en pierre durant 5 minutes.

[color=#006600]Positif :[/color]

- Pratique lors des combats.

[color=#FF0000]Négatif :

- Elle meurt de chaud en été.

- Ses cheveux peuvent devenir serpents contre sa volonté.[/color]</div><div class="hist"><span>"Il est dans la nature humaine de penser sagement et d'agir dune façon absurde."</span><br/>[i]Est-ce qu'il est encore tombé en sport ?[/i]

Fuki observe encore cet élève dont elle ne connaît même pas le nom,
tout ce qu'elle sait c'est qu'il a un ans de plus qu'elle.

Nous sommes au Japon et Fuki a 15 ans, elle est assise contre un arbre de la cour, ses longs cheveux noirs tombant sur le carnet qu'elle tiens dans ses mains.
Le garçon qu'elle regarde c'est Tsukihiko - ツキヒコ en kanji, un garçon discret et maladroit.
Elle ne lui a jamais parlé, jamais écrit mais elle l'observe tous les jours.

Ce qui l'intéresse chez lui c'est son physique, je ne parle pas là de sa beauté mais des marques qu'il a sur le corps.
Il dit toujours qu'il tombe ou qu'il se fait juste mal sans faire exprès, mais Fuki a de plus en plus de doutes.

Déjà à cette époque elle est douée pour décrypter les gens, elle s'amuse même à les classer allant de la personne la plus intéressante à la plus facile à deviner.
Et devinez qui est à la tête du classement ? Lui.

C'est pour ça que se jour-là elle a décidée de le suivre.

A la sortie de l'école elle le suit à pas de loup et arrive jusqu'à sa maison.

[i]J'aurais du m'en douter... il est orphelin.[/i]
[i]Cet air faussement heureux, ce côté fermé...[/i]

Elle entre dans l'orphelinat et se raidit en voyant son sujet de réflexion parler avec une femme beaucoup plus âgée.

[i]C'est définitivement quelqu'un qui s'occupe des enfants ici... comment on appelle ça déjà... ?[/i]

[b]" - Hey toi. Qu'est-ce que tu fais là ? "[/b]

Elle écarte les yeux quand la dame lui adresse la parole.

[b]" - Je... Heum... Je suis venu rendre visite à Tsuki. "[/b]

[i]Si je lui donne un surnom c'est plus réaliste, non ?[/i]

L'adulte arque un sourcil et se tourne vers son ancien interlocuteur à l'attente d'une confirmation.

Il regarde Fuki de la tête aux pieds et répond :

[b]" - O... Oui. Elle doit me ramener des cours par rapport à mon absence d'avant-hier.
 - Ah oui ? Et elle s'appelle comment ta jeune amie ?, demande la grande prise d'une soudaine curiosité.
- Fumi. "[/b]

[i]Fu... mi ?[/i]

Fuki se dépêche d'approuver d'un oui de la tête et après une petite discussion, elle entre dans une genre de salle de classe suivit de son "ami".
Il ferme la porte et engage la conversation

[b]" - Je peux savoir pourquoi... heu... ?

- Je suis désolé, ça ne se reproduira plus !

- Et donc, qu'est-ce que tu fais là... ? Désolé j'ai oublié ton nom.

- Fuki ! Je... "
[/b]

Elle bredouille, elle rougie et se cache derrière ses longs cheveux.

[i]Comment lui avouer que je l'ai suivie ?
Je vais pas dire juste : bonjour, je t'observe depuis 1 an et je t'ai suivie pour mieux te connaître, non, non, je ne suis pas une dangereuse psychopathe, juste une stalkeuse.[/i]

Elle tente de reprendre contenance et lui dit

[b]" - Je t'ai vue passer par-là et puisque je sais qu'ici c'est l'orphelinat je voulais savoir si tu habitais là... Je suis désolé j'aurais du respecter ta vie privée ! "[/b]

Voilà pourquoi ça fait des années qu'elle hésite à le suivre, pour éviter cette situation.

Mais contre toute attente, le garçon souri, d'un sourire qui fait tomber amoureuse la jeune Fuki.

[b]" - C'est pas grave, ça m'arrive d'être curieux aussi, tu veux que je te fasse visiter ? "[/b]

Et leur amitié démarre à ce moment là, à ce moment elle ne connaît pas son pouvoir et ne connaît toujours pas la raison des blessures de son nouvel ami.

Au fil du temps il commence à s'ouvrir à elle et tombe lui aussi amoureux de cette petite fille au teint pâle de 15 ans.
Il lui avoue et pendant 2 ans ils filent le parfait amour, Fuki est tellement heureuse qu'elle en oublie les anciennes marques pourtant récentes qu'il avait sur le corps.

Mais alors qu'elle a 17 ans et lui 18, elle découvre son pouvoir.
Elle ne le supporte pas, toute sa vie elle se disait que les pouvoirs étaient contre nature et elle fini par en avoir un.
Son esprit critique ne le supporte pas et elle commence à s'éloigner de toute les personnes qu'elle aime, y compris son petit-ami.
Quant elle rentre chez elle elle s'enferme et reste enfermé aux toilettes pendant les pauses au lycée.

Et sans qu'elle ne s'en rende compte Tsukihiko recommence à avoir des cicatrices.
Elle ne l'observe plus, elle n'observe plus personne à par son reflet et ses horribles serpents se reflétant à l'intérieur du miroir.

Et un jour alors qu'elle se rend en cours forcée par ses parents et elle voit sur le panneau d'affichage une grande feuille neutre, aucun grand titre, juste quelques lignes et une photo :

[size=18]Tsukihiko[/size]

Le choc de ça vie.
Encore une fois elle n'a pas prévue ça.

Il est mort.

Elle reste plusieurs minutes devant la feuille, comme-ci ce qui est devant elle n'est qu'un rêve, le monde s'arrête soudain de tourner dans sa tête et dés la sonnerie elle part vers l'orphelinat et toque à la porte de Kinuko, la dame qu'elle avait rencontrée lors de sa première visite.

Elle l'accueille les yeux rouges de larmes et lui explique tout ce qu'elle sait :

[b]" - Depuis un petit moment il parlait moins, il s'est passé quelque chose dans votre couple ?

- Je... Non.

- Je vois, je vais te dire ce que j'ai vue, c'est moi qui l'ai retrouvée... "[/b]

Elle coupe la discussion en plongeant son visage dans ses mains en pleurant.

[i]Ça doit être dur pour elle...[/i]

Fuki pense un moment à la prendre dans ses bras, mais elle se sent tellement coupable de n'avoir rien vu venir qu'elle préfère rester loin.
Kinuko se calme un peu et reprend la parole.

[b]" - Il était assis par terre contre son lit... un cutter à la main... plein de sang... "[/b]

[i]C...[/i]

Tout se chamboule dans sa tête, ses blessures, les moments de joie partagés et lui... loin, très loin, trop...

Il meurt de nouveau à petit feu dans sa tête, Fuki se rend enfin compte de ce qu'il s'est passé...

La douleur de ne pas avoir de parents, la mutilation, la timidité et l'envie de ne pas se faire remarquer, ce passage sans blessures... Quand ils étaient ensemble.

[i]C'est ma faute... Je l'ai laissé... C'est ma faute ![/i]

Elle se lève brusquement et s'évanouie pour se réveiller quelques heures plus tard à l'hôpital.

Vide, la chambre est vide comme son cœur.
Elle regarde la pièce et voie deux lettres posées à son chevet, une de Kinuko et une de... Tsukihiko.

Elle ouvre la première et lie rapidement les explications de la dame disant que l'autre lettre était posée sur le lit de Tsukihiko lors de sa mort.

Elle se presse de prendre l'autre lettre et de la lire.
Elle est soigneusement rédigée :

" Cher Fuki,

c'est dur d'écrire en ce moment, j'ai un peu peur mais je suis tellement lassé de souffrir.
Je suis nul, je n'ai pas su te garder et ne me suis même pas rendu compte de pourquoi tu est parti.
Je ne te mérite pas mais sache que tu as été la lumière de ma vie, le plus beau passage de mon existence et que je t'aimerai toujours même après ma mort.

Cette lettre me paraît courte mais c'est parce que je veux que tu ne retiennes que ça : Je t'aime.

Refais ta vie comme si je n'avais jamais existé et sois heureuse, montre ce magnifique sourire au monde et fais tout ton possible pour réaliser ton rêve de devenir prof de Psychologie, tu as un incroyable talent dans ce domaine et j'espère que tes élèves comprendrons à quel point tu es génial et que la psychologie c'est vraiment intéressant.

Enfin voilà je sais pas trop comment finir cette lettre alors :

Désolé si je t'ai causé de la peine ou quoi que ce soit mais n'oublies jamais que je t'aime.

[right]Tsukihiko "[/right]

Elle se met à pleurer, seule dans cette chambre d'hôpital... toujours.

Elle pense à mettre fin à sa vie, mais elle tiens tellement à réaliser son rêve comme Tsukihiko lui demande qu'elle reprend correctement ses études et s’intéresse un peu plus aux pouvoirs, elle s'intéresse maintenant à tous les sujets mais ne supporte plus de vivre au Japon et dés qu'elle obtient son diplôme elle envoie une demande pour devenir professeur à Summerbridge.

Elle se fait embaucher et vie maintenant sur cette île à étudier des personnes plus farfelues les unes que les autres sans jamais oublier Tsuki' dont elle possède encore la lettre dans un petit coffre chez elle dont la clé est autour de son cou.

[size=16][i]"Quand l'homme refuse de se confronter avec son ombre, elle lui revient sous forme de son destin."
C.G. Jung
[/i][/size]</div><br/>
<div class="titreirl">Derrière l'écran</div><div class="irl">Pseudo ᵜ Âge ᵜ Avis sur le forum ᵜ Mot de la fin<br/>
[code][b]Predef × Médusa[/b] • Vous transforme en pierre avec ses yeux pendant que ses serpents se jouent de vous ▬ [i]Fuki Imaze[/i][/code]
[code][b]Predef × Professeur de Psychologie[/b] • A l'Université ▬ [i]Fuki Imaze[/i][/code]
[code]Predef × Azami • Kagerou Days / Project - Mekakucity actors ▬ [i]Fuki Imaze[/i][/code]
</div>
</div>
[right]© Fiche par Babao pour Tasty Tales[/right]
Revenir en haut Aller en bas
 
CANTABILE - FUKI IMAZE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tasty Tales ► Forum RPG Université :: Les premiers pas :: Présentations :: Prédéfinis-
Sauter vers:  
Ewilan RPGHoshi no Musudabberblimpnom de l'image