Partagez | 
 

 MODERATO - Ueki Shai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ueki Shai
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 6
Points RP : 0
Date d'inscription : 24/05/2017
MessageSujet: MODERATO - Ueki Shai   Lun 29 Mai - 22:09



Ueki Shai
MODERATO

18 ans ᵜᴥ 5 Juillet 1998 ᵜᴥ 1m71 ᵜᴥ ♂ ᵜᴥ Yeux vert ᵜᴥ Cheveux brun foncé ᵜᴥ  Etudes majeures:Ingénierie ᵜᴥ Etudes mineures: Langues, Mécanique, Sport ᵜᴥ Renfermé ᵜᴥ Silencieux ᵜᴥ Timide ᵜᴥ Solitaire ᵜᴥ Calculateur ᵜᴥ Réservé ᵜᴥ Maladroit Socialement ᵜᴥ Assidu

Mon pouvoir
Invisibility : Peut se rendre invisible quelques secondes (max : 1min). Les battements de son cœur ralentissent quand il est invisible, il peut même s’arrêter s’il reste trop longtemps dans cet état.
Mon histoire
Il faisait froid et la ville était blanche. La nuit tombait rapidement en hiver. Ueki se pressait pour rentrer chez lui. Ses parents travaillaient tard et ne pouvaient le chercher à l’école. Il traversait seul les rues de Paris pour rejoindre le petit appartement miteux que sa famille pouvait à peine payer.
Son cartable était lourd pour son petit gabarit, il faisait presque deux fois sa taille. A 12 ans, les écoles chargeaient déjà les enfants comme des mulets. Il suivait toujours le même chemin pour se rendre à l’école et pour en revenir, il aimait la solitude et pouvait chanter, danser, courir et sauter partout dans les ruelles désertes qu’il empruntait.
Ce soir-là, l’une des ruelles les plus étroites qu’il arpentait n’était pas si déserte que ça. Il vit au bout un groupe d’une vingtaine d’années, titubant et faisant du vacarme. Il n’avait clairement pas envie de passer à travers. Il connaissait un chemin détourné, au milieu de cette ruelle se trouvait un passage sur la droite ou il pourrait s’engouffrer pour faire le tour et rejoindre son itinéraire habituel.
Il avança donc dans la ruelle le pas calme et silencieux. Au fur et à mesure qu’il se reprochait du groupe il s’aperçu qu’ils tenaient des bâtons et des couteaux dans les mains. Ils semblaient à l’affut et attendaient quelque chose…ou quelqu’un. La ruelle était exigüe, ils étaient 8, ils s’affolaient de plus en plus, ils regardaient partout, ils n’avaient pas vue Ueki pour l’instant. La ruelle était encombré, il y avait des cartons vides et de la crasse un peu partout, aucunes portes, de rares fenêtres sans lumière, seul les lampadaires dans chacune des rues aux deux bouts essayaient de projeter leurs lueurs vers la ruelle, mais difficilement.
Il était presque arrivé à l’embouchure lorsqu’il se stoppa net. Un cri strident puis un soupir retentirent dans la ruelle. Le groupe avait attrapé un passant et l’avait égorgé. Ils hurlaient contre le cadavre gisant sur le sol. C’était lui, qu’ils attendaient. Ils criaient tous, avec les échos dans la ruelle, Ueki ne comprenait pas ce qu’ils hurlaient. Ça ressemblait à un règlement de compte. Ueki était pétrifié et ne pouvait plus avancer, l’autre rue était à quelques mètres seulement de lui. Le corps sans vie baignait maintenant dans son propre sang et ses assassins s’excitaient. Ils sautaient partout et criaient de joie, de douleur et de peur. Puis d’un coup plus un bruit. Ils se sont tut tout d’un coup et se figeaient. Ils avaient vue Ueki.
Les secondes devenaient des minutes tandis que les 8 lui fonçaient dessus. Il réalisait à peine mais son sang ne fit qu’un tour, il arrachait ses pieds du sol avec lourdeur et s’engouffra dans l’autre ruelle de droite. Il courait comme il pouvait, avec ce sac trop lourd et ses jambes frêles, les 8 étaient déjà au croisement. Une autre embouchure à gauche, il sauta à l’intérieur et continuait sa course folle. Mais l’un d’eux était déjà derrière lui et attrapa le sac. Il était cuit, il pensa.
Mais il lâcha le sac et l’autre, pris par son élan vint se fracasser dans les cartons et autres détritus disséminé à travers la ruelle sombre. Ueki ne réfléchissait plus, il courait. Il prit deux autres ruelles à droite puis à gauche et fini par ne plus savoir où il était.
Cette fois il arriva dans un cul de sac. Plus d’échappatoire, c’était la fin. Dans sa tête tout se bousculait. Ce qu’il venait de voir, ce qui allait lui arriver, il se demandait s’il pourrait rentrer chez lui. Il maudissait ses parents de ne pas le chercher à l’école. Mais depuis qu’ils étaient venu du Japon, ses parents ne faisaient que travailler pour pouvoir payer les factures si élevées dans la capitale. Il pensait à tellement de choses que les assassins étaient presque là.
Il se tenait dos au mur, les yeux rivés vers l’embouchure d’où la douleur et la mort allait venir. Il ne pensait plus qu’à une chose à présent. Il voulait absolument être ailleurs, ne pas être là, ne pas pouvoir être attrapé, pouvoir disparaitre d’un coup. Son cœur s’emballait, les secondes devenait des heures, ses yeux lui faisait mal et semblaient clignoter au son de son cœur.
L’ombre des 8 était désormais à l’entrée de l’impasse. Il se sentait faible, son cœur lâchait. Son rythme cardiaque chutait en flèche. Il n’entendait presque plus son poux. Tout autour de lui semblait ralenti et sombre, il avait la tête lourde, les jambes pesantes.
Ils étaient là, devant lui, à l’arrêt. Et lui, presque assis, s’effondrait à moitié par le poids de son propre corps. Il n’entendait plus rien, ils parlaient entre eux mais leurs voix sonnaient comme des bruits lointains.
Ils regardaient partout, comme s’ils cherchaient quelque chose, ils criaient, se tapaient dessus les uns les autres, les traces de pas conduisaient dans l’impasse, ils ne comprenaient pas, puis un par un, ils s’engouffraient dans d’autres petites ruelles étroites.
Ueki ne comprenait pas, faisait-il trop sombre ? Ils ne l’avait pas vu contre le mur ? Ces questions résonnaient comme des marteaux dans sa tête déjà surchargé par le poids de son crâne. L’oxygène se faisait rare, il s’écroula.
Au sol, il sentait ses bras lourd devant son visage… mais ne les voyait pas. Il bougeait les doigts, interloqué, mais ne les voyaient pas. Il tourna péniblement les yeux vers ses jambes et son corps, mais ne les voyaient pas.
Il était transparent, invisible.
Était-ce pour cela que les 8 ne l’avaient pas trouvé ? Ils étaient partis comme s’ils ne l’avaient pas trouvé. Ou pas vu !
Il ne les entendait plus crier, ils étaient trop loin, rassuré, son cœur se remis à battre de plus en plus vite et ses membres se mirent à réapparaitre progressivement. Il retrouva doucement sa respiration et son corps retrouva de son tonus. Ses pensées se rangèrent et il put se relever avec peine.
Il put rentrer chez lui doucement en titubant, fatigué. Il sentait une douleur profonde dans sa poitrine mais il souriait comme jamais, convaincu que sa vie ne serait plus la même.
Chaque soir en rentrant chez lui il s’entrainait. Il essayait de revivre ce moment de stress et fini par comprendre comment déclencher son invisibilité à volonté. Au fur et à mesure des années, il pouvait rester plus longtemps dans cet état et pu même se déplacer avec son cœur au ralenti. Il apprit comment économiser son énergie pour pouvoir aller plus loin sans tomber dans les pommes.
Il était devenu spécial !
Jusqu’à ce jour.
Cela faisait quatre ans qu’il s’exerçait sur le chemin du retour. Il faisait froid et la ville était blanche. Un homme se tenait au milieu de la rue, il était de dos et ne bougeait pas, il attendait quelqu’un. Cette fois Ueki n’avait plus peur, il s’avançait doucement dans la ruelle sans faire de bruit puis se concentra, son corps s’effaçait au fur et à mesure qu’il avançait vers l’homme, puis il devint indétectable. Il observait l’homme scrupuleusement, il était grand, habillé de noir et portant une capuche, il était statique mais sur le qui-vive. Ueki arrivait à son niveau et en tournant la tête il aperçut des poignards à sa ceinture.
D’un coup, l’homme empoigna la gorge du garçon, il descendit à son niveau et lui dit en souriant :
- Je t’attendais, petit. Tu devrais faire gaffe aux traces dans la neige héhé ! Ricanait-il.
Ueki était tellement concentré sur l’homme qu’il en avait oublié la neige et les traces qu’il laissait à son passage. L’homme l’attrapa fermement et le jeta sur son épaule. Il l’emmena vers une voiture blanche garée non loin. Ueki se débattait du mieux qu’il put mais l’homme était grand et fort, et lui n’avait alors que 16 ans. Il fut emmené très loin dans le centre du pays où l’on ne pouvait voir que des champs blanc à perte de vue. Le garçon était terrifié mais il était tellement attaché et surveillé qu’il ne pouvait utiliser son pouvoir, cela n’aurait servis à rien. Dans la voiture, deux hommes en capuche noir se tenaient face à lui, il y avait deux banquettes qui se faisaient face, lui était sur celle du fond et les deux hommes aux visages cachés l’observaient et ne disaient mots.
Après des heures de silence et des kilomètres parcourus, la voiture se stoppa. Les deux inconnus empoignèrent le garçon et le fit sortir de la petite limousine. Ueki se trouvait face à une bâtisse perdu au milieu de nulle part, cachée par de hauts arbres. L’endroit semblait abandonné depuis des lustres et la maison tombait en ruine. Ils avançaient tous les 3 en direction de la grande double porte ornée de ferrures rouillées. La bâtisse était en pierre jaunâtre et des colonnes s’alignaient de part et d’autres de l’entrée. La porte s’ouvrait en grinçant péniblement. Elle donnait sur une grande salle vide et froide, presque aussi froide que l’extérieur. Les deux hommes poussaient l’enfant à travers la pièce jusqu’à une partie de celle-ci remplie d’étagères et de livres. La poussière régnait en maitre et les araignées en étaient les gardes fous.
Entre chaque étagère se nichait un genre de chandelier accroché au mur, aucune flamme n’y vivait mais l’un des deux hommes s’avança vers l’un d’eux et l’attrapa fermement. L’homme laissa alors un étrange tatouage apparaitre au niveau de son poignet. Il ressemblait à une sorte de « V » flanqué d’une dague au milieu.
L’homme tourna la tête vers le garçon et souri en coin. Il abaissa le chandelier et un mécanisme se fit entendre dans les murs. Le sol se mis à trembler et les araignées s’enfuirent. Le sol devant les étagères se mis alors à descendre comme un ascenseur. Des centaines de questions se bousculaient dans la tête d’Ueki, il se demandait ce qu’il faisait là, ce que ces hommes lui voulaient, s’il rentrerait chez lui un jour, ou tout simplement, s’il sortirait un jour vivant de cette maison. Il n’avait aucune possibilité de fuir, l’autre homme le tenait toujours fermement et il n’avait aucune idée d’où il était. Quand bien même il arriverait à sortir de la maison, il ne saurait où aller pour rentrer et ils semblaient être au beau milieu de nulle part, sans personne à contacter.
L’ascenseur descendait toujours plus en profondeur, les murs de chaque cotés montaient lentement et aucune protection n’était en place pour ne pas se faire happer pour l’une des nombreuses rugosités défilant de toutes parts. L’enfant n’osait pas bouger de peur de perdre un doigt. Où l’emmenaient-ils ? La plateforme mouvante ralentissait de plus en plus, laissant entrevoir une large pièce illuminés par de nombreux chandeliers. Une grande porte semblable à celle de l’entrée trônait au fond de la salle, mais celle-ci était rutilante, comme neuve. Elle était en bois ornée de sculptures en acier noir poli. Une grande fresque la parcourait et en son centre se distinguait le même symbole que sur le poignet de l’homme qui le retenait. Le garçon eu un tremblement qui lui parcouru tout le corps. Les deux hommes le poussèrent en avant jusque devant la porte, le sol était pavé de pierres plates et imposantes, comme dans ces vieux châteaux lugubres. Quelqu’un ouvrit la porte de l’intérieur, une femme, elle paraissait jeune, une vingtaine d’années, elle était vêtu d’une longue robe noir et épaisse avec une capuche qui pendait à l’arrière, une ceinture nouait sa fine taille ornée d’une boucle en or représentant le fameux symbole. Elle regarda le garçon apeuré, puis les deux hommes et fini par dire :
- Elle vous attend.
Ces mots résonnaient dans la tête d’Ueki le temps qu’il soit emmené à travers les longs couloirs souterrains. L’homme qui l’avait attrapé disait également l’avoir attendu, tous ces gens semblaient le connaitre.
Contrairement à la vielle bâtisse du dessus, les salles et couloirs grouillaient de vies et de lumières. Tous étaient habillés de la même manière et arboraient le symbole en « V ». Ils ne portaient pas leurs capuches et observaient l’enfant. Ils étaient d’âge et de sexe différent, aucuns ne se ressemblaient mais tous étaient calmes et respectueux les uns envers les autres. Les murs et couloirs étaient ornés de tapisseries, de vases, de chandeliers et de décorations. Il faisait bon, une chaleur douillette flottait dans les pièces et seul les murs et sols en pierre apportaient un peu de fraicheur bienvenue.
Tous 3 finirent par arriver devant une porte entre ouverte, elle aussi garnie de décorations. A l’intérieur se trouvait une femme à son bureau, une lourde table en bois massif d’un brun foncé. Elle les remarqua et fit un signe de la main pour les faire entrer. Les deux hommes enlevèrent leurs capuches et laissèrent place à deux visages communs et rassurants.
Ueki observait la jeune femme qui finissait de classer des dossiers. Elle avait les cheveux blonds et les avaient coiffés en queue de cheval, le visage fin et harmonieux, elle était douce et jolie. Elle portait elle aussi la même tenue que les autres mais la robe était ouverte au niveau de son coup, laissant apparaitre un large décolleté où venait s’inscrire au-dessus de son sein droit le symbole arboré par toutes les personnes qu’il venait de croiser. Elle posa les derniers papiers qu’elle tenait à côté d’elle puis se leva. Le jeune garçon était maintenant devant le bureau, les deux hommes derrière lui, à bonne distance. Elle prit la parole tout en faisant doucement le tour du large bureau. D’une voix douce, mélodieuse mais ferme, elle commença son discours :
- Je pense que tu te demandes ce que tu fais ici ? Ne t’inquiètes pas, il ne te sera rien fait. Enfin, ça dépends de toi. Cela fait quelques mois que nous t’observons. Tu es très jeune certes, mais tu as du potentiel. Et ta jeunesse pourrait bien nous être utile.
Elle semblait déterminée, elle arriva au niveau d’Ueki et s’assit à moitié sur la table, faisant place en poussant les différents bibelots et papiers avec délicatesse. Elle continua à voix basse, presque en chuchotant :
- Dans le monde où tu vis tu seras toujours regardé de travers, tu seras haï, traqué et même peut être découpé en petit morceaux pour être étudié !
S’esclaffa-t-elle. L’enfant fronça les sourcils. Elle s’arrêta de rire et repris plus sérieusement :
- Tu te demandes toujours ce que nous faisons là, et surtout toi qui plus est ? Eh bien je vais te le dire.
Elle se leva d’un bond et tout en lui tournant le dos et regardant les murs couverts de tapisseries brodées elle annonça :
- Nous sommes des assassins ! Oh nous n’avons pas tous des « capacités » comme les tiennent c’est vrai mais on fait de notre mieux !
D’un coup l’épisode de l’année passée resurgie comme un coup d’épée dans les entrailles. Le garçon eu la nausée rien que de se souvenir du cadavre gisant et de la course poursuite à travers les ruelles.
- Hm, je vois que tu as du vécu malgré ton jeune âge, dit-elle en tournant lentement les yeux vers lui. Mon garçon je vais te faire une proposition, tache de prendre la bonne décision !
Elle se tourna complètement vers lui puis s’agenouilla pour placer son visage en face de celui d’Ueki. Elle continua :
- Travail pour moi. Notre confrérie t’enseignera l’art et la manière, nous mettrons à profit tes talents innés pour profiter à notre organisation. Ne te fais pas d’idées préconçues, nous ne sommes pas des voleurs à la tire ou des bandits du petit matin. Nous sommes des assassins qualifiés, engagés par des gouvernements pour faire le ménage, renverser des états ou encore protéger certaines personnalités ! Avec nous tu suivras un entrainement des plus durs, mais si tu survis tu deviendras l’un des meilleurs assassins que notre organisation ait connue, je peux te l’assurer !
Ueki ne savait plus où il en était, du haut de ses 6 ans, comment pouvait-il prendre ce genre de décision, qu’allait devenir sa vie, ses parents, son école ? Pour l’instant, il voulait juste rentrer chez lui. Il était tard maintenant, ses hésitations oscillaient telles la leurs des bougies posées de part et d’autre du grand bureau sur lequel la douce femme s’appuyais à présent.
- Tu te demandes ce qui se passera si tu refuses ? Eh bien tu mourras. Tu en sais déjà trop et tu pourrais être recruté par une autre organisation qui voudrait nous nuire. Bien sûr, si tu acceptes tu mourras également, enfin, pas à proprement parlé, mais le monde te croira mort.
L’alternative était inexistante, cette perspective tomba sur le jeune garçon comme une guillotine sur un condamné. Il était pétrifié, la jeune femme paraissait si douce et bienveillante mais en même temps cruelle et sans pitié. Elle serait prête à assassiner de sang-froid un enfant de 6 ans. Il réalisa toute la profondeur de ce qu’impliquerait ce changement de vie, une vie de terreur et de mort.
Il repensa à ce qu’elle avait dit plus tôt, les gens ne savaient pas pour son pouvoir, que se passerait-il si ses parents l’apprenaient ? Est-ce qu’ils le rejetteraient ? Et ses amis ? Et son école ? Pour l’instant personne ne savait hormis cette organisation. Si cela venait à s’apprendre peut être qu’il serait traqué. Alors qu’ici il serait aidé et même récompensé pour utiliser son pouvoir. De toute manière ses parents n’étaient jamais présent pour lui, il aimait la solitude et n’avait pas beaucoup d’amis, peu de gens se souciaient de lui. Alors qu’ici, il pensait trouver une nouvelle famille qui l’accompagnerait et lui apprendrait à se débrouiller seul.
Il leva les yeux vers ceux de la jeune femme avec un air déterminé, puis pour la première fois depuis son arrivé il dit d’un ton sûr et engagé:
- D’accord.
Elle se releva, le sourire aux lèvres puis s’adressa à l’homme qui l’avait enlevé :
- Hm je vois de quoi tu parlais, tu t’occuperas de lui, de son entrainement et de ses missions. Tu seras son mentor et tu l’intègreras à nos coutumes et notre famille.
L’homme hocha simplement la tête. La femme s’adressa de nouveau à Ueki, sur un ton doux et bienveillant :
- On l’appel Pain, tu n’es pas au bout de tes peines avec lui, petit. Mais une fois formé tu comprendras et tu le remercieras. Quant à moi je suis Night, la directrice des lieux. Nous oublions nos identités passées pour nous abstraire de nos souvenirs. Te voilà à présent dans la confrérie Tri-Edge, les trois lames. Tu dois également oublier ta vie d’avant, et pour se faire tu t’appelleras…Blur. Je pense que ça te va bien.
Sur ces dernières paroles, le jeune garçon fut enrôlé dans la confrérie qui devint sa nouvelle famille. Il s’entraina deux années durant, effectua ses premières missions d’assassinat à 17 ans et demi. Il perfectionna sa technique et se spécialisa dans les armes blanches de types couteaux et dagues. Il pouvait rester invisible presque 30 secondes, mais chaque jour il sentait les effets du manque d’afflux sanguin dans son corps.
En si peu de temps, comme l’avait prédit Night, il devint le meilleur assassin de la confrérie, il rattrapait même le niveau de son mentor, Pain, extrêmement fier de lui. Ils nouaient au fils des missions et des entrainements un lien comme père et fils. Il s’était lié d’amitié avec une grande partie des assassins de l’organisation.
Il avait maintenant 18 ans et Night l’avait convoqué dans son bureau. Elle était resté presque la même, toujours aussi douce et belle malgré les deux années passés. Son bureau non plus n’avait pas beaucoup changé, hormis le nombre incalculable de dossiers disséminés à travers la pièce. Dont certains étaient assignés à Blur. Elle se plaça sur son grand fauteuil et comme à son habitude lors des remises de missions, elle prit un air sérieux même si au fond d’elle, elle voyait encore l’enfant tout juste arrivé dans son organisation.
Blur n’était plus si petit que ça à présent, à 18 ans il faisait déjà 1m71. Il était fin, passe partout, le visage froid et serein, bien loin de l’enfant paniqué et terrorisé. Il avait vu et fait tellement de choses, bonnes et mauvaises, qu’il ne ressentait plus grand-chose. Il était taillé pour cette discipline. Il avait appris à manier les armes blanches, les pièges et toutes sortes de techniques pour ôter la vie de quelqu’un sans même qu’il s’en aperçoive. Son don lui était d’une grande utilité, ce qui lui a permis de boucler tous ces dossiers. Il avait travaillé dur et était très sportif malgré son air chétif. Il avait un visage qu’on oubli facilement, les traits légers, les yeux vert et les cheveux brun foncé.
Night entama la discussion directement dans le vif du sujet. Blur n’en était plus à ces débuts, elle n’avait donc pas à prendre de pincette, il comprenait vite, il fallait aller à l’essentiel :
- Blur, j’ai une nouvelle mission pour toi. Je ne pourrai pas envoyer quelqu’un d’autre je pense. Tes aptitudes et ton âge sont de parfaits atouts. Cependant c’est une mission un peu différente qu’à l’accoutumé. Voilà le topo : Nous avons été mandatés pour enquêter sur une école. Elle regrouperait des personnes ayant un don comme le tien. L’organisme souhaite des renseignements sur les élèves de cette école et principalement sur son dirigeant. Il se fait appeler le Maestro, c’est tout ce que l’on sait. L’organisme voit cette école comme une menace potentielle, le dirigeant pourrait en effet utiliser cette école pour en fait lever une armé conter un gouvernement. S’il y a des gens avec des pouvoirs aussi redoutables que le tien, cela pourrait poser problème pour eux. Ta mission consistera donc en deux parties. Premièrement, tu vas devoir t’infiltrer parmi les élèves pour en apprendre le maximum sur leurs capacités. Comme d’habitude, fais-nous un rapport régulier sur ce que tu apprends. Nous prendrons des décisions en conséquence. Une application spéciale sera installée sur ton téléphone où tu pourras entrer les données récoltées. Elle sera synchronisée avec nos serveurs et nous enverrons les rapports à l’organisme avec qui nous avons le contrat. Dans un deuxième temps tu devras te rapproché des instances dirigeantes de l’école et récolter le maximum de données sur le Maestro. Si tu as la possibilité de l’approcher ne l’élimine pas. Nous ne devons pas bougé sans l’accord de l’organisme, c’est écrit dans le contrat. Je pense qu’ils veulent peut être entrer en contact avec lui et lui proposer une offre. Mais ça ce n’est pas notre problème. Tu recevras les ordres au fur et à mesure. Ne prend pas de décision sans nous consulter. Je sais c’est différent de d’habitude, mais on s’adapte. Comme tu as aussi un don, il te sera plus facile d’accéder à l’école et te faufiler discrètement. Tu es inscrit en première année, ils ne se doutent de rien pour l’instant. Ne te fait pas attraper, la mission pourrait durer plusieurs mois voire années. Tout dépend de l’organisme. Tu as des questions ?
- Quand commence la mission ? Dit-il avec fermeté et détermination.
- Tu partiras dès que tes affaires seront prêtes, nous t’avons préparé un uniforme et des affaires scolaires. Tu n’auras pas le droit à l’équipement habituel car ça pourrait nous trahir. Tu as perdu l’habitude de la vie scolaire, essaie de t’adapter, et qui sait, tu y éprouveras peut être du plaisir, au calme. C’est en quelque sorte une récompense pour ces deux années de dur labeur. Mais n’oublie pas l’objectif pour autant, dit-elle en faisant un clin d’œil.
Ainsi, Blur, qui avait repris son ancien prénom Ueki et un nouveau nom de famille : Shai, parti pour l’île où se situait l’école aux élèves spéciaux.



Derrière l'écran
Ueki ᵜ 27ans ᵜ Le fofo a l'air bien barré! ᵜ Mot de la fin

Code:
[b]Invisibility[/b] • Peut se rendre invisible quelques secondes (max : 1min). Les battements de son cœur ralentissent quand il est invisible, il peut même s’arrêter s’il reste trop longtemps dans cet état ▬ [i]Ueki Shai[/i]
Code:
Houtarou Oreki • Hyouka ▬ [i]Ueki Shai[/i]




Dernière édition par Ueki Shai le Jeu 1 Juin - 10:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ezekiel Bowen
Admin • Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 645
Points RP : 160
Date d'inscription : 15/03/2016
En ligne
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Lun 29 Mai - 22:25

Bienvenue à toi

Bon courage pour ta fiche et pense à mettre ton avatar aux bonnes dimensions, c'est 200x400 :DD (si tu as besoin d'aide, y des gens super talentueux par ici qui seront ravis de te faire un petit quelque chose )

▬ ● ● ● ▬


I could look into your eyes until the sun comes up

And we’re wrapped in light, in life, in love

Put your open lips on mine and slowly let them shut

For they’re designed to be together

With your body next to mine our hearts will beat as one

And we’re set alight, we’re afire love


Revenir en haut Aller en bas
Azoth L. Aegnor
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 403
Points RP : 160
Date d'inscription : 07/08/2016
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Lun 29 Mai - 22:57

Bienvenu !
Bon courage pour le reste de ta fiche !

▬ ● ● ● ▬
I need some room to breathe
You can stay asleep, you can run with me, if you wanted to, run for your life with me
https://www.youtube.com/watch?v=ifwc5xgI3QM
Revenir en haut Aller en bas
Drew Adams
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 546
Points RP : 723
Date d'inscription : 05/01/2017
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Lun 29 Mai - 23:44

Bienvenue chez nous ! J'espère que tu t'y plaira !
Bon petit futur Modérato, fighto pour ta fiche, j'ai bien hâte de lire tout ça ;)

▬ ● ● ● ▬
Merci Doku et KitKat pour ces joli avatars ♥
Revenir en haut Aller en bas
Ueki Shai
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 6
Points RP : 0
Date d'inscription : 24/05/2017
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Mar 30 Mai - 22:00

Merci pour l’accueil, j'ai modifié le vava et mis à jour l'histoire :)
Revenir en haut Aller en bas
Ambroise Neelov
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 891
Points RP : 614
Date d'inscription : 15/02/2017
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Mar 30 Mai - 22:02

... Invisibilité. Tu m'as attiré rien qu'avec ça. *Q*'
Excellent perso l'ami. /O/
Luv ya already. **

Bienvenue ici, honey. *\O/*
Revenir en haut Aller en bas
Azoth L. Aegnor
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 403
Points RP : 160
Date d'inscription : 07/08/2016
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Mer 31 Mai - 2:09

Hello !
Je viens pour m'occuper de ta fiche. Au niveau des études, c'est une seule Majeure et trois Mineures, tu as inversé les deux :p
Au niveau de l'histoire, je sais pas trop par où commencer XD Le meurtre a 5 ans, que tu le vois, pourquoi pas, que tu te fasse chasser, un peu moins. Qu'à 6 ans tu contrôle aussi bien ton pouvoir et que tu te fasse kidnapper pour rejoindre un groupe d'assassin non. Les premiers contrats à 10 ans, encore moins. Le fait que tu viennes à l'école en tant qu'espion, je dois voir ça avec mes collègues !
Désolée de te donner quelque chose d'aussi vague mais ta fiche est assez compliqué. Tu peux tout de même déjà revoir les études !

▬ ● ● ● ▬
I need some room to breathe
You can stay asleep, you can run with me, if you wanted to, run for your life with me
https://www.youtube.com/watch?v=ifwc5xgI3QM
Revenir en haut Aller en bas
Ueki Shai
Moderato
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 6
Points RP : 0
Date d'inscription : 24/05/2017
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Mer 31 Mai - 7:11

Coucou, merci pour ton retour!
Oui en effet c'est in peu jeune tout ça mais je voulais qu'il ait deja de l'experience avant d'arriver a l'école donc j'ai du baisser son age, mais je peu rectifier.
Alors pour le BG espion c'est un parti pris XD j'avais pour idée que le fait d'etre a l'ecole lui fasse ouvrir les yeux et se sociabiliser au fur et a mesure, puis il voudrait quitter la confrérie d'assassin pour vivre une vie normale mais son passé le ratraperait. J'aimerai le perso très sombre au debut puis il s'adoucirait au fur et a mesure. Apres a toi de me dire si c'est faisable.
Donc soit le BG espion est validé et je refait ma fiche pour matcher les ages correctement. Soit je fait un nouveau BG, j'ai une autre idée mais il faudra que je change le pouvoir tout ça, et la encore faudra que tu me valide car c'est un pouvoir un peu special ^^

Donc voila j'attends ton retour sur le BG et j'adapterai en fonction.

A peluche
Revenir en haut Aller en bas
Azoth L. Aegnor
Admin • Cantabile
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 403
Points RP : 160
Date d'inscription : 07/08/2016
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Mer 31 Mai - 10:13

Alors j'ai pu en parler et donc on accepte l'espion, il faudra juste modifier l'âge !

▬ ● ● ● ▬
I need some room to breathe
You can stay asleep, you can run with me, if you wanted to, run for your life with me
https://www.youtube.com/watch?v=ifwc5xgI3QM
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie A. Gregory
Vivace
avatar
▪ In my Bubble ▪

Messages : 96
Points RP : 67
Date d'inscription : 13/05/2017
MessageSujet: Re: MODERATO - Ueki Shai   Mer 31 Mai - 16:26

Invisibilité ! Je suis choqué xDDD

Non pour de vrai, c' est un beau pouvoir et je suis contente que tu es pris la relève !
Revenir en haut Aller en bas
 
MODERATO - Ueki Shai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tasty Tales ► Forum RPG Université :: Les premiers pas :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers:  
Ewilan RPGHoshi no Musudabberblimp