Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Mentis
Messages : 181
Points RP : 716
Inscription : 19/01/2017

Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 0:22


Desya Dessiatkov

28 ans ᵜᴥ 1er mai 1989 ᵜᴥ 1,92 cm ᵜᴥ ♂ ᵜᴥ Bleus ᵜᴥ Blonds ᵜᴥ  Histoire de l'art ᵜᴥ Français ᵜᴥ Phobie sociale ᵜᴥ Humour (vraiment) pourri ᵜᴥ Maladroit ᵜᴥ Timide ᵜᴥ Susceptible ᵜᴥ Coquet ᵜᴥ Sportif, surtout courir seul ᵜᴥ Peu locace ᵜᴥ Pragmatique ᵜᴥ Anxieux  ᵜᴥ Gentil, quand on le connaît (et avec les animaux) ᵜᴥ Buveur notoire

Mon pouvoir
Confession - Faire dire la vérité, combattre le mensonge et l'infamie ! Non. En vrai les gens jouent juste à Action ou Vérité, avec juste l'option vérité, et sans qu'on leur ai demandé quoi que ce soit. Ça va de la vérité anodine à la confession. Donc du mec qui gueule s'être branlé le matin à celui qui avoue un meurtre. Donc les gens ne peuvent pas me mentir. Bon. Ça marche pas à tous les coups. Mais si je me concentre, devant mes élèves ou les clients de la bibliothèque, ils me disent la vérité. Pas forcément ce que je voulais, mais un truc. C'est toujours ça de pris. Par contre, les gens me parlent. Où est le problème, me direz-vous ? J'aime pas les gens. À cause de ça, justement. Impossible de lier une relation sans finir par apprendre des choses qui la ruinent. Soit je fuis, soit les gens me fuient. Ma solution : éviter les relations.

Mon pouvoir peut faire dire trois types de choses :

Vérité : révélation anodine, presque mignonne, mais souvent un peu gênante.
Aveu : révélation honteuse et grave, qui peut te mettre dans la merde.
Confession : quelque chose de caché, d'enfoui, de profond...

Les vérités sont les plus simples à provoquer. Les aveux nécessitent un peu plus de concentration. Les confessions, par contre, sont bien plus compliquées à réaliser.

Edit : Quand je suis arrivé sur l'île, j'ai d'abord réussi à mieux contrôler mon pouvoir, prenant un malin plaisir de faire balancer des trucs gênants à mes élèves en plein cours sans passer pour une bête de foire. Je pensais que tout allait bien, sauf que le fait d'être entouré de personnes comme moi, de pouvoir tisser plus facilement des relations, a déclenché une crainte profonde de les voir se ruiner, comme toute les autres... Je me suis mis à enfouir mon pouvoir le plus possible, à tout faire pour éviter qu'il ne s'enclenche plutôt que d'apprendre à le maîtriser. Globalement, ça fonctionne,sauf quand je suis en position de faiblesse ou juste dans une position où je n'ai pas le plein contrôle. Chose qui arrive en fait assez souvent à cause de la fatigue, de l'alcool... Dans ces moments-là, mon pouvoir se déclenche seul et plus fort que jamais... Et au final, c'est pire.
Mon histoire
"Et donc, avec mon copain, tu vois, on baise plus. Alors qu'avant on baisait comme des lapins ! N'importe quand, n'importe où ! Je me souviens, d'une fois..."

Bon sang mais elle a aucune pudeur ou c'est encore moi ? Pardon. Pour que vous compreniez, faut que je commence du début.

Tout a commencé le jour de ma naissance. Un père russe, une mère kirghize. Kirquoi ? Kirghize. Native du Kighizistan. Ah, comme tout était simple à l'époque de la grande URSS ! Mais non, il a fallu que la grande union démocratique s'effondre, foutant bien la merde dans ma vie, alors que je n'avais que trois ans putain ! Avec les Kirghize qui se soulevaient contre leur ancienne mère patrie mon père, haut fonctionnaire, a été obligé de fuir avec sa famille – ma mère et moi – et rentrer au bercail. Mais impossible de rester à Moscou ou Saint-Pétersbourg. Pourquoi ? Parce que la vie est une pute. On s'est donc retrouvé dans un coin paumé du pays, à Novossibirsk, en pleine Sibérie putain ! Même si moi, je me souviens pas bien de tous ces déménagements, ça a dû influer sur ma capacité à me lier avec des gens. Ou je suis né comme ça, va savoir. Toujours est-il que je n'aime pas être avec des gens. Surtout des inconnus. Le problème, c'est qu'au début, ce sont toujours des inconnus. Donc au final, je reste seul la plupart du temps. Et c'est plus simple comme ça. Parce qu'avec mon "talent", c'est encore plus compliqué d'avoir des gens autour de moi...

Gamin, même si je parlais à personne, tout le monde me racontait des anecdotes rigolotes. Il suffisait que je croise un regard pour que les gens me racontent des histoires. Je les collectionnais. Ça paraissait anodin. Mais un jour, alors que j'avais dix ans, mon père m'a raconté sa nuit de folie avec ma mère la veille. Dans tous les détails. Sans pouvoir s'arrêter. On s'est doutés d'un truc. Même si cela n'avait alors rien de grave, mon père s'est mis à m'éviter, jusqu'à presque me rejeter, à cause de cette étrange capacité. Et les histoires gênantes ne s'arrêtent pas là. Le soir de ma première fois avec ma première copine, en pleine excitation, euphorie, en pleine partie de jambe en l'air quoi, celle-ci s'est mise à me débiter un flot continu de secrets, les plus honteux et enfouis. Après m'avoir dit qu'elle avait un jour goûté les crottes de son chat parce qu'elles avaient l'air de chocolats, elle est partie. Et je n'ai plus jamais entendu parler d'elle.

Ça a continué sur ce rythme tout le lycée, à la fac jusqu'à ce que j'arrive à l'Université. À la base, je n'étais pas venu pour gérer mon pouvoir, mais pour trouver un prof à la hauteur de ma thèse. Ouais parce que j'ai étudié l'histoire de l'art à Moscou, et à Paris un peu aussi, et je me suis spécialisé sur la couleur dans les noirs de Pierre Soulages. Ça claque hein ? Ouais, bon, ça claque quand tu sais qui c'est, c'est sûr... Mais lors de l'entretien, mon "talent" a aussi joué dans la balance. Voyant que l'Université pourrait à la fois combler ma soif d'étude et peut être m'aider à contrôler mon pouvoir – qui effraie sérieusement mon père – il s'est débrouillé pour trouver l'argent et m'envoyer loin de ses secrets politiques. J'ai pas appris à supprimer mon pouvoir, mais si je peux maintenant le déclencher sur commande, avec ou sans contact visuel, et choisir si je veux un aveu, une vérité, ou une confession. Comment ça c'est pareil ? Mais pas du tout ! Un aveu, c'est un truc dont t'as honte, de grave. Une vérité, c'est un truc anodin, mignon. Une confession, c'est un truc que tu caches, même à toi des fois... Malgré ça, j'ai surtout décidé de rester sur ma méthode qui fonctionne depuis des lustres : me lier à un strict minimum d'individu. Il y a mon colocataire et mon directeur de thèse – même s'il ne m'a pas vraiment laissé le choix dans l'histoire.Qui m'appellent souvent D. Parce que c'est plus simple. Aujourd'hui, alors que je voulais juste me la couler douce et étudier mon vieux peintre français, il faut que je donne des putains de cours de TD à des premières années. Insupportable. Trop de gens. Quand ils me soûlent, je leur fait dire un truc gênant, et ils se taisent. Autant, le boulot à la bibliothèque, passe. J'ai qu'à mettre mes écouteurs pour pas avoir à écouter les gens. Mes écouteurs. Ces sauveurs... En attendant que l'Université ne trouve un moyen de m'aider avec mon "talent", eux me sauvent réellement la vie.

Edit : Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette dernière année sur l'île n'a pas été de tout repos pour moi. D'abord, cet enfoiré de Kaiser qui a disparu sans un mot, me laissant la charge de trouver un professeur remplaçant et avec une montagne de cours et de copies supplémentaires... Et surtout, plus aucune aide sur ma thèse que je devrais pourtant bientôt présenter... De quoi me ronger les sangs jusqu'à l'os. Mais une bonne chose que j'ai pu connaître, grâce à Kaiser, c'est Drew. Drew, c'est le coloc que Kaiser m'a forcé à avoir, mais c'est vite devenu bien plus... En l'espace d'une soirée, une amitié comme je n'en ai jamais connue nous a lié. Il est devenu mon pote, mon bro, ma moitié, mon gouvernail... Il m'a permis d'enfin sortir de ma coquille, d'apprendre à me connaître, à connaître les autres. Avec lui, mais aussi Artemis, ce drôle de petit chat, ma vie est devenue enfin ce qu'elle devait être. Mais j'aurais dû réaliser que Drew était devenu beaucoup trop, qu'il avait pris beaucoup trop de place dans ma vie... Tout allait bien, mais tout s'est effondré. Il a dû partir, retrouver sa mère malade en Angleterre. Là, ça a été le début de ma fin. Seul, dans cet appartement devenu trop grand, trop vide, étouffé par un silence qui ne s'arrêtait jamais, j'ai recommencé à sombrer dans mes vieux démons de solitude et de surmenage. J'ai tenté alors de recontacter Arlen, ce rouquin qui avait su, l'espace d'une nuit, me conquérir, mais il m'a fallu des mois pour le retrouver... Aujourd'hui, peut être, je vais commencer à remonter cette pente et sortir de ces abysses où je m'étais installé.

Derrière l'écran
Biche ᵜ Un demi-siècle passé ᵜ C'était ouvert, j'suis rentrée ! ᵜ Let's go bitches !

Code:
[b]Confession[/b] • Vous direz la vérité, rien que la vérité, toute la vérité ▬ [i]Desya Dessiatkov[/i]
Code:
Yuri Plisetsky • Yuri on Ice !!! ▬ [i]Desya Dessiatkov[/i]

©️ Fiche par Babao pour Tasty Tales


Dernière édition par Desya Dessiatkov le Sam 14 Avr - 22:27, édité 1 fois
Invité
Invité

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 9:14
Mon dieu...

J'adore ta fiche et ton perso :')
Hâte de te voir en RP !

PS : Bienvenue ! /poutre/
avatar
Fonda • Mutatis
Messages : 1728
Points RP : 1173
Inscription : 17/01/2016

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 9:26
Bienvenue
J'aime beaucoup ta fiche ! Je voulais juste te poser une question sur un point... Il est donc élève, mais aussi prof de TD pour les premières années et il travaille dans une bibliothèque ?

▬ ● ● ● ▬

- let the beast rock -I'm just a monster, a beast. Run. Run from me. You don't deserve to die this way. Please, run. You'll never win nothing if you stay with me. I've lost my humanity a long time ago. I'm cold, cold and distant. Welcome to hell, dude.
avatar
Mentis
Messages : 181
Points RP : 716
Inscription : 19/01/2017

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 10:51
Merci !
Et bien à vrai dire c'est un cas assez typique chez les thésards, on les incite à donner des cours aux licence (1ere à 3eme année) de leur spécialité (ici histoire de l'art contemporain) pour que leur encadrement ait un intérêt, et ils ont souvent un petit boulot pour arrondir les fins des mois. Je me suis dit que là où il y a université, il y a bibliothèque, là où il y a bibliothèque, il y a des thésards. Etant universitaire moi-même IRL, le cas m'a paru assez évident mais bien évidemment si cela pose le moindre problème par rapport au contexte de base je peux le modifier.
Invité
Invité

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 11:01
Pour étudier Pierre Soulages il faut que tu ailles à Rodez régulièrement quand même, non ?
Invité
Invité

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 12:14
Je ne veux JAMAIS rencontrer, son, perso. C'est mon Némésis. Impossible de mentir ? Et puis quoi encore ? Vous avouer mon vrai nom ? Mon vrai age ?




Sinon, bienvenue.
avatar
Fonda • Mutatis
Messages : 1728
Points RP : 1173
Inscription : 17/01/2016

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 13:49
Dessia : y a aucun problème pour les multiples postes de ton perso ! Tu peux laisser en l'état, j'étais juste pas certaine d'avoir bien compris :)
Ta fichounette est terminée du coup ?

▬ ● ● ● ▬

- let the beast rock -I'm just a monster, a beast. Run. Run from me. You don't deserve to die this way. Please, run. You'll never win nothing if you stay with me. I've lost my humanity a long time ago. I'm cold, cold and distant. Welcome to hell, dude.
avatar
Mentis
Messages : 181
Points RP : 716
Inscription : 19/01/2017

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 21:35
Pour le coup de Rodez, à ne pas oublier que le musée est très récent ! Et les noirs de Soulages sont éparpillés à beaucoup d'endroit (il en a fait tellement). Avant l'inauguration du musée Soulages à Rodez l'une des plus grandes collections visibles était à Montpellier, et si je ne me trompes pas il y en a pas mal au Japon aussi. J'aime beaucoup ce peintre, mais dans la vraie vie je n'en suis pas spécialiste. Mais ça déchire trop !

Et si tout est accepté oui ma fiche est finie <3
Invité
Invité

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Ven 20 Jan - 21:39

- CONGRATS DUDE -

T'es validé ! C'est t'y pas magnifique ? C'est le moment de te jeter dans le grand bain et de commencer ton aventure sur le forum ! Pour que tu sois pas tout perdu et que tu cherches pas pendant 10 ans où tu dois aller, on te met des petits liens juste là :
> Créer ta fiche de liens
> Faire des demandes de liens
> Faire des demandes de RP
> Créer la messagerie de ton perso

Pour pouvoir savoir tout ce qui se passe sur le fofo, on te propose de cliquer sur les petits liens ci-dessous. Tu verras, ça te mettra automatiquement des notifications quand il se passe quelque chose d'important :
> Evènements du forum
> Evènements CB
> Animations forum
> Annonces du forum
avatar
Mentis
Messages : 181
Points RP : 716
Inscription : 19/01/2017

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

le Sam 14 Avr - 22:29
J'ai mis à jour le pouvoir et l'histoire, en corrigeant au passage les deux trois coquilles qui m'avaient échappées ! Allez, validez moi ce D encore plus dépressif
Contenu sponsorisé

Re: Desya Desyatlov ~ Stop talking to me

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum